Pauvreté

Pauvreté

Le Président de la République a dévoilé, aujourd’hui, son plan de lutte contre la pauvreté. Il n’est pas le premier. Avant lui et depuis 40 ans, d’autres s’y sont essayés sans jamais avoir réussi à enrayer le fléau. la panoplie a toujours été la même avec saupoudrage d’aides diverses et allocations. Tels du baume sur des cancers. Si ces aides ont pu soulager momentanément, elles n’ont jamais sauvé, définitivement, les victimes. En 2018, les pauvres sont plus nombreux et ce énième plan n’aura d’effet réel dans son concept sur le long terme. Voici, sous forme de lettre ouverte au Président de la République, sinon une proposition mais au moins une tendance à envisager.

Monsieur le Président de la République,

Les pauvres de France vont apprécier vos mesures. Elles vont leur permettre un soulagement. Il sera passager, momentané. En effet, et par exemple, les petits déjeuners offerts aux enfants, des repas à 1 euros par enfant et par jour, c’est bien. Malgré cette aumône ils resteront pauvres et les parents auront toujours les mêmes difficultés de revenus. A 1000 euros par mois, voire moins avec des RSA, aucun miracle présidentiel ne les tirera d’affaire.

Monsieur le Président, il faut regarder ailleurs vers d’autres solutions. Il est important de rompre avec un système qui a trouvé ses limites. Les pauvres ne se satisfont pas de prises en charges, aides financières et autres dons. Ils aspirent à un vrai statut social qui font d’eux des citoyens responsables et contribuables de leur pays. Ils veulent travailler et gagner dignement leur vie, éduquer leurs enfants, leur donner une vie décente. Nos pauvres n’ont pas de velléités à devenir tous, ingénieurs, énarques, cadres d’entreprise.  Leur volonté farouche est de participer à l’essor et la richesse de la France, Avoir un métier, un salaire convenable, un logement décent, payer des impôts. Ils n’attendent rien d’autrui, n’être redevable à personne. Le regard jeté sur eux par une partie de la société est d’une grande injustice. Les « tricheurs » et autres « profiteurs » sont marginaux. Ils ne représentent aucunement une majorité.

Monsieur Le Président de la République, notre pays, la France a un potentiel gigantesque en matière de modernité, d’innovation, d’intelligence, de création. Depuis quatre décennies notre industrie a disparu, nos manufactures rayées de la carte, nos ateliers de construction et fabrication, fondues ou délocalisées de par le monde. Il est plus qu’urgent d’exiger, de nos chefs d’entreprises et créateurs, d’imaginer des besoins réels en matière de production. Parmi les possibilités nombreuses, celles tournées vers les énergies renouvelables, mais pas seulement. La confection française doit revenir sur le territoire national. Notre électronique pourrait présenter des nouveautés avec des matériaux propres, recyclables. Notre habitat ancien a besoin d’être renouvelé, rénové et réalisé de la même manière. Rompre avec l’actionnariat mis en place jadis dans le but de faire de l’argent sans effort. Des placements contreproductifs qui n’ont rien apportés à la vraie richesse de la France, mais destinés à des intérêts particuliers. Monsieur le Président, il faut produire dans l’intérêt général. Aujourd’hui, l’essentiel de l’activité tourne autour des services, de la restauration et le tourisme. Parler de métiers et professions et non d’emplois, terme à connotation péjorative car synonyme d’occupation précaire sans intérêt. Vous avez raison, cela passe par la formation. Mais la vraie formation, celle qui aboutit à un métier choisi.

Aussi, nos chefs d’entreprise doivent être mis à contribution. Ce sont eux les professionnels, les créateurs. Vous, le politique, ne pouvez que baliser le terrain, susciter les vocations et encourager l’activité. Nous verrons, en 2022, ce que avez réussi, ou non, sur ce front de la pauvreté et de l’activité industrielle.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

Photo d’illustration: Secours Populaire Français

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.