Municipales Eure suite. Louviers

Municipales Eure suite. Louviers

Ce 2ème volet sur les municipales de 2020 est consacré à Louviers, 3ème ville du département. Terre d’élection de Pierre Mendès-France, Louviers a été longtemps, sociologiquement, à gauche. L’élection de la RPR, Odile Proust, entre 1983 et 1995, avait ouvert une parenthèse à droite. Même si les centristes Rémy Montagne et Édouard Thiers s’étaient immiscés un court moment, à la mairie. En 2014, contre toute attente, la droite centriste est élue et compte bien en reprendre pour un mandat, en 2020. En coulisses, des candidatures se préparent. État des lieux à 16 mois de l’échéance.

Il aura fallu une quinzaine de rencontres, de contacts par SMS,  mails et téléphoniques, pour se faire une idée sur les prochaines municipales de Louviers. Sur place, un candidat déclaré bat la campagne avant l’heure. Diego Ortega ne fait pas mystère, et depuis longtemps, de son intention. Dans son espace électoral il a des atouts mais aussi quelques lacunes. Ancien directeur de Cabinet de Franck Martin il connait bien le fonctionnement de la mairie. Les finances locales ne sont pas un mystère pour lui. Pendant 18 ans il a été au plus près du pouvoir local. Cette masse de connaissances lui permet de détecter les erreurs commises par l’ancien maire, mais aussi les bons réflexes qui ont permis des réussites. Diego Ortega déclare, à Caméra Diagonale, que sa future liste ne sera pas un remake de la liste Martin, «  Ce sera pas une liste qui ira de la gauche au centre, avec des femmes et des hommes de diverses sensibilités et de la société civile..ce qui comptera est leur engagement dans l’intérêt de la ville avec un programme ambitieux loin des promesses électoralistes ».

Très présent, peut-être un peu trop?

Diego Ortega est partout. Il visite les associations, les rendez-vous sportifs, culturels, les jeunes, les personnes âgées. Sa page Facebook relaye son activité de terrain. En ville, il est salué « les lovériens sont chaleureux. Ils me connaissent, savent d’où je viens ». Question: Précisément, vous ne craignez pas d’être catalogué par vos adversaires comme l’homme de Franck Martin qui prépare son retour? Réponse: « Ils voudraient le faire croire pour me discréditer, mais ça ne marche pas. Franck Martin ne sera pas sur la liste pas plus que d’anciens élus de l’équipe. Je pars sur de nouvelles bases et le fait d’avoir travaillé avec l’ancien maire n’est pas pour moi un handicap ». Question: « Vous êtes déjà en campagne, n’est-ce pas trop tôt et ne craignez-vous pas le phénomène d’usure? Réponse: « Je pars maintenant pour me laisser du temps à expliquer ma démarche et convaincre le plus possible de lovériens ». Question: « Reste un élément primordial, c’est votre projet. Vous n’en parlez pas ». « Réponse: « Détrompez-vous, le projet se prépare, il est en gestation. J’organise des réunions thématiques qui ont beaucoup de succès si j’en juge par la fréquentation. C’est un projet que je monte avec les lovériens. Ce sont eux qui m’aident à le mettre en place ».

Questionné sur son principal adversaire, le maire sortant, Diego Ortega n’hésite pas à dévoiler des tensions au sein du groupe majoritaire et dans le personnel municipal. Ancien cadre de la ville, il connait beaucoup de monde avec lequel il entretient, toujours, « de bonnes relations« . il est, également, très critique avec certains choix du maire à l’exemple de la future patinoire qui « va coûter la peau des fesses pour un nombre restreint d’utilisateurs…..De plus, des dissensions se font jour entre Monsieur Priollaud et des responsables du club de hockey »..( Caméra Diagonale a commis une erreur de transmission, en réalité il s’agit du club de patinage et non de hockey. Les discussions concerneraient la mairie et des membres du club de patinage sur les futures conditions financières pour l’utilisation de la patinoire. Il en fut de même, à l’époque, entre le club de natation et la municipalité Martin lors de la mise en service de la nouvelle piscine.

Le député de la circonscription réfléchit, sans plus à ce jour

Bruno Questel est taraudé par Louviers. Le député se trouve dans une situation inconfortable. D’abord, il souhaite le départ du maire, François-Xavier Priollaud. La raison est liée au non soutien de ce dernier à sa candidature aux législatives de 2017. Monsieur Priollaud était lui-même candidat UDI et soutien du candidat Fillon. Mais, une nouvelle donne a bouleversé le paysage politique de Louviers. Il s’agit du changement de pied du maire. Membre de l’UDI, il laisse tomber son parti d’origine pour s’inscrire au MoDem que préside François Bayrou. Bayrou, l’ennemi juré de Hervé Morin lequel reste l’ami de Monsieur Priollaud. Comprenne qui pourra. (Interview vidéo du 18 juillet dernier) http://cameradiagonale.fr/louviers-15-minutes-avec-francois-xavier-priollaud/

Interrogé sur la candidature de Diego Ortega, le député de la 4ème circonscription déclare « La fiction, même en politique, n’a jamais été une passion pour moi ». Sur les risques du maire de Louviers d’être battu si le ministre Lecornu ne le soutenait pas, selon les observateurs, « Les observateurs sont souvent désavoués par les faits, affirme le député…aussi nous verrons si les lovériens décident ou non de désavouer le maire sortant ». Son implication aux municipales de Louviers sera effective affirme le député « Je serai impliqué dans les municipales de Louviers….Cette ville mérité d’être incarnée, ce qu’elle n’est pas aujourd’hui…Si mon inspiration première n’est pas d’être maire, elle est de permettre qu’une nouvelle gouvernance se mette en place dans cette belle ville ». Bruno Questel appelle de ses vœux  « un rassemblement, tout d’abord à destination des lovériens sans faux semblants ». Pour lui, aider la liste de Diego Ortega n’est pas à l’ordre du jour. Enfin la question sur le projet futur pour Louviers, « La question n’est pas tant celle de tel ou tel équipement mais du vivre ensemble entre les quartiers et le centre ville, celle d’une prise en compte des questions intercommunales qui redonnent  aussi à LOUVIERS sa place au cœur de l’Agglomération. A titre personnel je préfère le chauffage dans les écoles plutôt qu’une patinoire, de mon point de vue, disproportionnée ».

L’analyse de Caméra Diagonale

La situation est compliquée, de par le jeu des adversaires d’hier devenus amis aujourd’hui, ou le contraire. D’abord, le maire sortant, François-Xavier Priollaud. Adversaire juré du MoDem qu’il considérait comme une annexe du PS, il s’y plonge aujourd’hui, de la tête aux pieds, sans craindre la contagion socialiste. C’est, à n’en pas douter, un calcul politicien. Mais, Monsieur Priollaud est-il le seul à utiliser ces pratiques? Évidemment, non! Dans le département, ils sont un paquet à avoir changé de cheval en l’espace d’une nuit. La majorité municipale de Louviers est, elle aussi, scindée en deux blocs: les proches du maire, plutôt d’une droite dure, et les amis de Madame Terlez restés fidèles à leurs convictions. C’est quasiment antinomique. L’équipe de 2020 ne sera pas bâtie sur le même schéma…Enfin, l’initiative de Diego Ortega. En l’espèce, il marche sur un fil et l’équilibre est incertain. Trop à gauche il tombe, trop à droite aussi. Ses adversaires, déclarés et futurs, aiguisent un argument de choc « c’est le retour de Franck Martin »…Reste Bruno Questel, le député. Sa position n’est pas simple entre monter une équipe de A à Z, ou soutenir l’opération Diego Ortega. Il a un sérieux handicap. Si La République En Marche décide, le moment venu, de soutenir la liste Priollaud parce qu’il est membre du MoDem, Bruno Questel devra avaler son chapeau, ou dire adieu aux législatives de 2022. On n’en est pas là, mais pas très loin. Subsiste l’incertitude de la réussite d’Emmanuel Macron, car tout dépendra, in fine, de ce paramètre incontournable. Dur dur, la politique!

Categories: Eure, Louviers

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.