Eure, Morin 2012, un dimanche à Berville-sur-Mer

Bervile sur MerFrançois Bayrou a annoncé sa candidature, hier. Hervé Morin le fera ce dimanche à Berville-sur-Mer, dans l'Eure, à deux pas du Pont de Normandie qui relie les deux Régions normandes. Le symbole de la réunification, cher à l'ancien ministre de la Défense, est toujours présent.

Il voulait la réunification de la Normandie et en avait fait le serment chez lui, à Epaignes, autour d'une bonne table et en présence d'une dizaine de Mousquetaires. C'était en 2005. "Pour la réaliser, avait-il précisé, il faut être au pouvoir". Que nenni! Ministre de la Défense il n'en a plus jamais parlé. Le Président Sarkozy lui retira cette idée "saugrenue", de la tête. Au gouvernemnt, Hervé Morin a beaucoup souffert. Il comprit sur le tard que le candidat UMP se servit de lui pour ridiculiser Bayrou. En 2010 le ministre est prié de quitter son ministère. L'affront lui est resté en travers de la gorge. Ainsi, depuis 18 mois, il se consacre à sa candidature pour 2012. Quel espoir? Faire un score et négocier son désistement pour le second parait une opération impossible, mais comme Hervé Morin a dû voir le film "Impossible pas français", il se met à croire en sa bonne étoile. Il est, à peu près, le seul. Ce matin sur BFM-TV, son collègue et ami, André Santini, lance à propos de sa candidature "Il est un peu court". Sympathique. Santini qui le suivait dans l'opération "Espadon" contre Bayrou. Décidément, la politque est une fosse aux lions, où il est bon de na pas tomber. Qu'à cela ne tienne, Hervé Morin veut montrer ses canines de lionceaux. Ce sera dimanche, dans ses terres haut-normandes. Seront présents, surtout, ses fidèles amis et électeurs du canton de Cormeilles et de sa commune d'Epaignes, où il est toujours le prophète adulé. Les autres, ceux de la direction du Nouveau Centre, vont observer de loin. Majoritairement, ils ont dissuadé l'ancien ministre de partir dans cette aventure et ne le soutiendront pas. Les mêmes qui l'avaient suivi lorsqu'il quitta François Bayrou pour rejoindre Nicolas Sarkozy. Le président du MoDem regarde la scène, à la fois, avec bonheur et compassion. Parmi ceux qui le trahirent en 2007, il a toujours gardé une certaine affection pour Morin. François Bayrou est certain "qu'Hervé" n'ira pas jusqu'au bout. L'aspect financier, d'abord. Morin compte dépenser 3 millions d'euros pour cette Campagne. C'est trop peu. L'Etat lui versera, comme à tous les candidats, 850 000€, les généreux donateurs lui ont promis 300 000€. Le reste sera emprunté au Crédit Agricole Seine-Eure, qui a consenti le prêt. La banque connait le patrimoine de son client, avec notamment ses chevaux de course. Et, si par hypothèse Hervé Morin jetait l'éponge avant le dépôt de candidature, la maison du père spirituel sera toujours ouverte. Le retour de l'enfant prodigue chez François Bayrou est, aujourd'hui, une probabilité des plus sérieuses. A suivre….

Categories: Eure

Comments

  1. Zébulon 25 novembre, 2011, 20:17

    Le pont de Normandie est le symbole de la réunification de la Basse Normandie avec la Haute Normandie. Hervé Morin, fervent défenseur ce cette réunification sera-t-il réunificateur du Nouveau Centre avec l’UMP, avec le MODEM? Je pense qu’avant que cela arrive il y aura beaucoup d’eau qui aura passé sous le pont et comme il y a aussi souvent du brouillard cela ne risque pas d’éclaicir la situation !

  2. Scarface 25 novembre, 2011, 18:27

    Morin est cuit. Quant à Bayrou, il ira du côté de celui qui lui proposera d’être premier ministre. De plus il a besoin d’un groupe parlementaire à l’assemblé. Pour ça ses candidats auront besoin des voix de la gauche ou de la droite, selon les accords qu’il aura passé.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.