Médecins en grève: touche pas à mon confort

Médecins en grève: touche pas à mon confort

Les généralistes sont en grève depuis le 23 décembre. En ligne de mire, le projet de loi du gouvernement. Sur les diverses propositions, celle qui a rendu malades 80% des généralistes concerne un point administratif, inacceptable à leurs yeux: le tiers payant, c’est-à-dire le paiement des honoraires par l’Assurance Maladie et non plus par les patients. Le système existe déjà pour les hospitalisations et les mutuelles le pratiquent pour tout acte médical. Pourquoi, alors, les généralistes sont vent debout contre le projet. Leurs explications demeurent floues et de plus, ils se font menaçants.

Les patients n’auront plus à payer les 23 euros à leur médecin à l’issue de la consultation. C’est la Sécu qui leur versera les honoraires dans un délai de trois jours. Ils n’auront plus à avancer cet argent. Les médecins généralistes y voient une « fonctionnarisation » de leur métier et ne veulent en entendre parler. Pourtant, ils sont déjà payés par l’argent public s’agissant de cotisations de salariés et d’entreprises. Leur ligne de défense s’étend jusqu’à une hypothétique surcharge de travail….

Après 20h, le désert médical

Ainsi, 58% des français approuveraient la grève des généralistes. Dans l’inconscient collectif, l’on ne peut qu’approuver s’agissant de professionnels « qui soignent ». Il serait indécent de s’opposer à des médecins. Dès lors, ils ne peuvent qu’avoir raison. Ils le savent et se positionnent en « Chevalier Blancs » du combat, pourtant d’arrière-garde. Pourraient-ils être aussi inspirés à dire les raisons pour lesquelles il est impossible de se rendre chez un généraliste après 20h?. Ce sont les urgences dans les hôpitaux qui prennent le relais pour des soins qui ne leur incombent pas. Est-ce normal?

Le juste prix

Un président de syndicat de généralistes expliquait le 30 décembre que la consultation à 23 euros est un scandale et comparait les honoraires d’un médecin à ceux d’un plombier, lequel pour le seul déplacement empoche 50 euros. S’ajoute le prix de la main d’œuvre et les fournitures . Subtil et farfelu à la fois. Ce président de syndicat de médecins n’ignore pas que la médecine n’est pas une science exacte et que son diagnostic peut tomber à plat avec une 2ème consultation et une ordonnance différente. Le plombier, quant à lui, doit à son client une obligation de résultat. Si la fuite n’est pas colmatée, ou si son installation comporte des défauts, il revient gratuitement. De plus, un plombier voit en moyenne 5 clients par jour. Combien de consultations pour un généraliste, chaque jour?

Enquiquiner l’administration de la Sécu et les patients, en représailles

Les syndicats de généralistes ont trouver le moyen de peser sur le gouvernement: faire la grève des cartes vitales. Ils utiliseront la feuille de soins manuscrites, comme au siècle dernier. Conséquences immédiates: les patients seront remboursés au bout de plusieurs semaines allant jusqu’à deux mois. Ainsi, de manière assez lâche, ils frappent leurs patients et non le gouvernement.

La grève de décembre et janvier en faux-semblant

Les syndicats de médecins se targuent d’une grève suivi à 80%, voire 100%, selon les jours, par leurs adhérents. La réponse de la Sécurité Sociale n’a pas tardé. En décembre 2013, les consultations ont été moins nombreuses qu’en décembre 2014, avec la grève.

C’est comment ailleurs

Au moment où l’on parle beaucoup d’Europe, il serait intéressant de regarder les pratiques médicales chez nos voisins. En résumé, dans beaucoup de pays, la consommation d’actes médicaux généralistes est inférieure et les citoyens ont davantage recours aux médecins spécialistes. La bobologie est davantage prise en compte par des Maisons de Santé, où infirmières et pharmaciens peuvent prodiguer des soins de base et dans l’hypothèse de troubles plus sérieux ils dirigent le patient vers un spécialiste. N’est-elle pas là une vraie réforme, aussi ?

La loi en question sur le Quotidien du Médecin, cliquer sur le lien: Ici

Categories: France

Comments

  1. DR_HOUSE 6 janvier, 2015, 10:43

    @ Benoit FARAUD

    Bien tenté, mais l’Albert SCHWEITZER local et son homologue Bernard K. ne sont pas médecins, ni impliqués dans le domaine de la santé, pas plus qu’affiliés ou inféodés au PS… Quant à être gênés aux entournures pour critiquer ce gouvernement, si c’était le cas, il faudrait les protéger en tant qu’espèce menacée…

    @Paule
    Bien sûr qu’il s’agit derrière tout cela aussi d’informatique… Mais pas seulement… Notre dossier médical (celui auquel nous tenons…), l’autre, le DMP, le dossier médical, dont personne ne sait encore dire après 20 ans de réflexion si le P vaut pour personnel, partagé ou pour patient, sont de tels fiascos, que mettre en place un système de remboursement intelligent apparait comme totalement insurmontable…

    Savez-vous (mais cela reste a confirmer), que si vous changez de région et de médecin, et si par chance votre docteur gérait des petites fiches papier en guise de dossier médical, vous pourrez déménager avec votre dossier dans le camion… Si votre médecin était informatisé, neuf chances sur dix pour que vous partiez sans vos données médicales, car personne n’a jamais figé ce qu’on appelle les interfaces, qui permettraient à deux logiciels différents de deux médecins de partager des données…

    Enfin avez-vous entendu Marisol TOURAINE ce matin prétendre que pour chaque consultation à 23 euros le médecin généraliste touchait 8 € de plus en partie grâce à elle ? Ce ministre est totalement irresponsable… Interrogez des médecins et faites témoigner ceux qui sont dans ce cas (il devrait s’en trouver des socialistes, élus de surcroit, si une telle situation était réelle ; mais je crains que vous n’en trouviez pas…);

  2. Benoît Faraud 6 janvier, 2015, 09:05

    @ José Alcala
    Le commentateur, au pseudonyme prestigieux, ne peut donner son vrai nom. Socialiste pur et dur, il est coincé aux entournures. En tant qu’élu il ne peut désapprouver le gouvernement, mais comme médecin il exècre la loi de ce même gouvernement. C’est pourquoi il choisit de faire porter le chapeau à son illustre confrère en signant de son nom.

  3. Paule 6 janvier, 2015, 07:01

    Dans cette affaire il me semble que le véritable point d’achoppement est le système informatique qui relie le praticien ,médecin ou dentiste ,à la caisse de sécu .Il n’est pas au point et génère des retards de paiements voire des non paiements.
    Contrairement aux idées reçues les praticiens qui acceptent de soigner les bénéficiaires de la CMU et qui les traitent comme les autres patients sont mis en difficulté par les retards de paiements des soins et les complications des applications informatiques ;Qu’en adviendrait-il si le tiers payant était généralisé ?
    Tous les praticiens n’ont pas une trésorerie qui leur permet de « faire crédit » à la Sécu !C’est en réalité ce qu’on leur demande .C’est mettre cette corporation en difficulté .Une de plus !
    Le système doit être amélioré avant d’être généralisé ;
    Je soutiens l’action des médecins .

  4. Bernard K. 5 janvier, 2015, 18:21

    J’avoue ne pas comprendre la comparaison avec le plombier…

    S’il ne fait que cinq interventions par jour, ses seuls déplacements lui rapportent 250 €. Vous n’êtes pas sans savoir qu’en sus il facture son intervention à un taux horaire lui aussi supérieur à celui du médecin. Comparez ce que gagnent (transport et intervention) un médecin de Val-de-Reuil qui fait une visite à Saint Pierre du Vauvray et le plombier de VDR qui change un joint dans la même maison…

    Quant à la responsabilité comparée des deux professions, je pense qu’il s’agit d’une gageure ?

    Enfin le plombier se sera installé avec volontarisme, certes, peut-être à 22 / 25 ans, et aura été salarié avant… Que faites-vous des dix années d’étude du médecin… Mais votre remarque est sans doute fondée : nous avons perdu nos plombiers, à tel point qu’on nous brandissait la menace du plombier polonais, maintenant nous perdons nos médecins, depuis maintenant vingt cinq ans, heureusement remplacés par des médecins roumains ou espagnols avec le succès que l’on sait quant à leur stabilité… Nombre de communes et de reportages en attestent.

    Le désert médical après 20 heures ? Nous ne fréquentons pas les mêmes médecins… Celui qui m’est proche rentrait plus souvent qu’à son tour à 21h30 / 22h00, même s’il est vrai que ses revenus ne lui permettaient pas d’employer un secrétariat au delà de 18 heures… et qu’ à 19 heures un répondeur prenait la relève… renvoyant sur le médecin qui garde qui « officie » jusqu’à 23 heures…

  5. Zébulon 5 janvier, 2015, 17:29

    petite anecdote : une personne de mon entourage a du subir l’ablation de la totalité de ses dents et donc d’avoir deux prothèses dentaires provisoires. Le chirurgien, ayant passé des accords avec les mutuelles, a refusé de prendre la mutuelle de cette personne sous prétexte qu’il avait du mal à se faire payer par la mutuelle d’une part ou que les patients qui se faisaient rembourser directement ne régler pas la facture. Moralité la personne concernée s’est retournée vers sa mutuelle qui avait signé l’accord avec le chirurgien dentiste. Celle – ci a mis plus de deux mois et demi pour enfin prendre en charge la partie à indemniser après de multiples réclamations téléphoniques, différents interlocuteurs, différents courriers, courriels ! Alors l’on peut se demander pourquoi certaines mutuelles agissent ainsi en faisant pression comme le médecin sur la patient qui lui paie l’addition en totalité pour l’occasion un montant de 800 euros ce qui n’est pas une petite somme !
    Alors oui pour le tiers payant mais à condition que tous les praticiens et que toutes les mutuelles respectent leurs accords, les paiements, les remboursements et non le patient.

  6. José Alcala 5 janvier, 2015, 17:13

    A Albert SCHWEITZER
    Pour me répondre cela êtes-vous obligé de prendre un tel pseudo? Sur le fond du sujet et puisqu’il s’agit, selon vous, de problèmes purement administratifs, n’existe-t-il pas des instances de concertation qui pourraient régler plus aimablement ces difficultés? Mais vous ne répondez pas sur le « désert médical après 20h » ni sur la comparaison avec les « plombiers… »

  7. Albert SCHWEITZER 5 janvier, 2015, 16:54

    M. ALCALA,

    Etes vous bien certain que c’est l’Assurance Maladie qui paierait les 23 € de la consultation ? Si c’était cela, croyez qu’il n’y aurait aucun problème… Non, les médecins protestent parce qu’ils se verront payer la part SS et se trouveront à négocier avec les centaines de mutuelles actives en France, à chaque problème…

    C’est déjà le cas pour la CMU qui apparaît bien sur le papier comme une complémentaire… C’est au praticien de se débrouiller, ce qui a fait passer sa part de travail administratif de 0 à 7 % en deux décennies.

    Aujourd’hui certains médecins s’arrêtent 10 ans avant l’âge légal sans aucun revenu, uniquement pour ces problèmes de paperasseries… Combien seront-ils demain à quitter la profession ou à ne pas vouloir y entrer ? Et puis tous les observateurs vous le diront : la CMU, système oh combien nécessaire, a un effet pervers : les malades consultent beaucoup plus, les médecins des zones sursaturées les poussent aussi à consommer plus… Qu’en sera t-il demain avec un système universalisé ? Un accroissement des dépenses et un surcroit de travail pour les médecins qui en ont déjà trop.

    Mais la mode étant au bashing, pourquoi pas aujourd’hui les médecins ? Pourtant, écouter un matin Madame la Ministre sur une chaine d’informations en continu et par ailleurs connaître le milieu médical est troublant… Comment un tel amateurisme, comment un tel manque de communication ? Parce que les médecins seraient de droite ? Ceux qui s’arrêtent très tôt sont parfois de gauche…

    A propos et cela n’a rien à voir, alors que le Ministre des Affaires Etrangères est donné partant pour des raisons de santé, on voit de plus en plus souvent à l’antenne l’un des ses prédécesseurs, ancien médecin, et son épouse a dit récemment qu’il avait de grandes ambitions… Ne manquerait plus que cela !!!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*