Le magazine Society flingue une députée de l’Eure

Le magazine Society flingue une députée de l’Eure

Dans son n° spécial paru ce jour, le magazine Society épingle allégrement la députée de la 5éme circonscription de l’Eure, Claire O’Petit. Ce n’est pas le premier medium à viser la tonitruante chroniqueuse de l’émission « Les Grandes Gueules » de RMC. Toutefois, le magazine donne davantage d’informations sur le passé de la nouvelle députée de l’Eure et précise mieux son affaire, en cours, de tribunal de commerce jugée en appel dans deux semaines.

La vie professionnelle et politique de Claire O’Petit n’a rien d’un roman d’aventure susceptible d’intéresser un cinéaste en quête du sujet fort. Son côté « grande gueule » n’est ni exceptionnel, ni extravagant. Constater sa forte personnalité et sa propension à ne pas se laisser impressionner par la gente politico-médiatique, est une évidence. Il faut s’interroger sur les raisons qui ont amené le personnage à faire parler de lui. Issue d’un milieu populaire, avoir exercer de nombreux métiers, tirer le diable par la queue et au final devenir députée de la République française, n’est pas acceptable pour un milieu bien assis, classique, traditionnel, de gauche et de droite. Alors, Claire O’Petit dérange. Elle dérange parce que d’aucuns imaginent qu’elle a « volé » son élection. A commencé par un comité « En Marche » de Vernon. Surprenante réaction lorsqu’on scrute l’esprit avec lequel Emmanuel Macron a fondé son Mouvement, dès l’origine. Il s’agissait bien d’ouvrir de nouveaux horizons avec des femmes et des hommes nouveaux, éloignés des vieilles traditions politiciennes et quel que soit leur âge d’état civil. Envoyer un courrier dénonciateur à la commission d’investiture de « En Marche » pour viser la candidate sur des faits et agissements, supposés, rappelle d’autres dénonciations historiques…plus gravissimes, il va sans dire, mais l’esprit est le même. La Commission d’investiture a eu quelques cas similaires à régler, mais n’a rien retenu d’essentiel contre Claire O’Petit, selon Jean-Paul Delevoye.

Histoire de la paille et de la poutre

Certes, Madame O’Petit n’est peut-être pas une blanche colombe comme dans les contes pour enfant. Mais qui est sans tâche dans le monde politico-médiatique? Grande Gueule, madame O’Petit? Mais assurément et il serait très facile d’établir une liste non exhaustive de Grandes Gueules reconnues et reconnaissables et dont l’honnêteté intellectuelle et matérielle laisserait la députée de l’Eure sur place.

Le Magazine Society a raison de faire son portrait, d’évoquer ses maladresses, citer ses dérapages verbaux et rappeler avec plus de détails que ne l’ont fait les autres médias, sur l’affaire en cours de jugement en appel. Cela permet des comparaisons, de constater des comportements de pseudo-justiciers et d’évaluer des discours tenus par ceux qui échouent d’élection en élection et prétendent que la députée de l’Eure n’est pas digne de la fonction qu’elle occupe.

Society nous apprend aussi que Claire O’Petit est amie avec Brigitte Macron, avec qui elle communique régulièrement. Parallèlement, les responsables de La République En Marche se défendent d’avoir obtempéré à une quelconque recommandation pour imposer Claire O’Petit dans la circonscription. C’est bien la moindre des chose.

Society

C’est un quinzomadaire en kiosque depuis 2015. Le magazine se veut « Libre et Indépendant ». Il appartient au groupe SoPress crée par Franck Annese, dont il est le directeur de la rédaction. Classé ni à gauche ni à droite, Society se distingue des autres magazines (hebdomadaires Le Point, l’Express, l’Obs) par un traitement décalé de l’information. Portraits très complets et avisés et divers sujets peu traités sur les autres supports. Le magazine revendique 50 000 ventes, environ, en kiosque, après deux ans d’existence. C’est une pénétration importante à l’heure où la presse traditionnelle, quotidienne et hebdomadaire, peine à maintenir son équilibre de vente et financier. A suivre.

Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*