Louviers, l’Agglo vote la dissolution de la Maison de l’Emploi et de la SODEVIL

Louviers, l’Agglo vote la dissolution de la Maison de l’Emploi et de la SODEVIL

La majorité communautaire a décidé de dissoudre, jeudi soir, deux structures liées à la commercialisation et la gestion des Hôtels d’entreprises et au développement de l’emploi local. Proposition de Bernard Leroy, le président de l’Agglo, lequel explique cette décision par la baisse des dotations de l’Etat qui l’amène à internaliser le dispositif en le confiant à la compétence « Développement Economique de la Communauté d’Agglomération. L’opposition n’a pas manqué de réagir, d’abord par la voix de l’ancien président, Franck Martin et du groupe Front de Gauche mené par Gaëtan Levître. Au téléphone, à Caméra Diagonale, Bernard Leroy explique le bien-fondé de cette décision…Interviews vidéo de Bernard Leroy, au téléphone et de Franck Martin lors de conférence de presse.

Un raté du service communication, ce qui peut arriver au plus malin, a empêché la présence des journalistes au conseil communautaire de jeudi soir. Un soupçon de manoeuvre orchestrée a circulé parmi des élus. Il n’en est rien. Le président de l’Agglo n’a « aucune honte de sa décision », fait-il savoir….

C’est donc à la majorité que le conseil communautaire s’est prononcé sur « la création de la nouvele organisation stratégique pour le développement économique et l’emploi. Le principe de la dissolution de la SEM SODEVIL, le principe de la fin des financements apportés à la Maison de l’Emploi et de la Formation et son corollaire: la dissolution de l’association portant la structure. La décision qui s’ensuit valide la création d’une nouvelle organisation stratégique pour le développement économique et l’emploi. Les deux entités seront dissoute, officiellement, le 31 décembre prochain.

Est-ce la volonté de la nouvelle majorité communautaire de mettre un terme au dispositif, au fond? Interrogé, Bernard Leroy affirme qu’il n’en est rien. Au passage, il reconnait le travail efficace effectué par la SODEVIL et de la MEF. Mais, selon lui, ces dispositifs , n’étaient plus adaptés, « le nombre importants d’intervenants, dans le domaine, rendait complexe la lecture des missions des équipes et des satellites tant pour les entreprises et les salariés que pour les demandeurs d’emploi ». Et Bernard Leroy de proposer une nouvelle Direction du Développement Economique et de l’Emploi, avec des missions précises. Evidemment, les explications du président de l’Agglo n’ont pas convaincu l’opposition et singulièrement le groupe Front de Gauche, ainsi que l’ancien président de la CASE et ancien maire de Louviers, Franck Martin. Pour Gaëtant Levître, vice-président de la CASE et maire d’Alizay, Bernard Leroy s’empresse de détruire des dispositifs qui ont fait preuve d’efficacité au service des habitants du territoire… et poursuit…la SODEVIL est une société qui a pignon sur rue depuis 18 ans, connue et reconnue tant par des chefs d’entreprises que par la Chambre de Commerce et d’Industrie. Son efficacité et son utilité ne sont plus à démontrer: commercialisation de locaux d’entreprises, facilitation à l’implantation d’artisans. En 2013 elle a vendu 43 000 m2 de terrains industriels, elle a loué ou vendu 2 600 m2 de locaux d’activité et 4 600 m2 de locaux construits ou en cours de construction. Gaëtan Levître poursuit avec la Maison de l’Emploi et de la Formation, « Ses action menées sur notre secteur furent toutes couronnées de succès comme la rencontre réalisée sur l’économie sociale et solidaire ou encore l’action préparée actuellement en direction des jeunes et de l’illettrisme…

Même tonalité chez Franck Martin. L’ancien maire de Louviers cible « la méconnaissance de Bernard Leroy ». « La MEF faisait des enquêtes très approfondies, rencontrait des chef d’entreprises. La structure avait une expertise très affinée du territoire…la MEF était un bolide de F1 et Bernard Leroy lui a retiré les roues… L’Hôtel d’entreprises dégage 200 000 euros de bénéfice. ».Voir Interview vidéo

 

Categories: Louviers

Comments

  1. Sylvia Mackert 9 novembre, 2014, 00:24

    @ Paule

    je ne suis pas systématiquement d’accord avec F Martin sur tout non plus et il le sait depuis longtemps, simplement je pense qu’on a brisé un bel élan malgré tout et peut-être même pour rien, car il faudra bien respecter des décisions prises plus haut aussi, des normes, des objectifs d’intérêt général etc, la restructuration de la France en prévision aussi et l’agenda 21, le développement durable etc (département Eure en 86e position selon France 3, concernant l’environnement), donc on ne pourra pas faire n’importe quoi en matière de création d’entreprise, car ce n’est plus comme 30 ans en arrière.

    Et quant à F Hollande, je suis déçue sur certains points, pas sur tout et au moins il paraît abordable comme un citoyen « normal », les personnes en face de lui n’avaient pas à avoir peur de lui. Cela rappelle un peu la démocratie participative quand un Président échange avec les citoyens, et peut-être que ça vous rappellera Giscard d’Estaing, époque où je ne vivais pas encore en France et qui s’invitait même chez l’habitant..

    F Hollande se trompe de mettre les diplômés au même niveau que les personnes sans diplômes à travers les emplois avenir, en ne reconnaissant pas la différence de niveau par exemple, et dommage aussi que les futurs professeurs doivent passer par ces contrats avenirs précaires sans aucune garantie de CDI par la suite. La précarité, c’est ce qui m’inquiète le plus dans toutes les politiques.

    Trop de personnes « prioritaires » dans toutes les tranches d’âge, au point qu’on ne sait plus faire le tri entre les priorités des uns et des autres au chômage, l’urgence est partout.

    Et ce matin, dans une réunion de quartier, FX Priollaud a rappelé qu’il ne détruira pas tout ce qui a été fait par l’ancienne municipalité, qu’il y avait de bonnes choses à Louviers… donc on verra bien, s’il tient parole. Les gens essaient d’obtenir de lui ce qu’ils n’ont pas obtenu par l’ancienne municipalité, par exemple abattre un arbre qui gêne parce que l’habitant en question a des allergies… ou le problème des pigeons qui n’a jamais été résolu de façon définitive malgré le pigeonnier… donc voilà, c’est la vie quotidienne qui intéresse les habitants là et pas le « haute politique » et là ils comptent effectivement sur l’intérêt général et le sans étiquette, mais attendent des mesures allant dans leur sens. Et la voirie de Louviers dépend de la CASE… pour bien des travaux à faire.

    Il y aura probablement encore bien d’autres sujets à l’avenir concernant la politique locale, Louviers ou la CASE, qui vont de paire et le département et la région au-dessus encore. Voyons si ça va fonctionner.

  2. PAULE 7 novembre, 2014, 10:27

    « @Sylvia :en matière d’Entreprise , de créations d’emplois nous pouvons faire confiance à B.LEROY ..;;-) il excelle !
    Et pour les décisions qu’il a initiées à la CASE ,il serait bon de lire son argumentation avant de crier « aux loups  » !
    J’espère pour les chômeurs ,de la CASE qu’il réussira !
    Il m’est arrivé de défendre des projets de F.Martin . »
    Si nous voulons sortir de l’ornière ,une seule règle :cessons d’être partisan !
    PS :hier soir je me suis endormie devant l’écran de TF1 à 21 H . J’ai « halluciné  » comme disent les jeunes ! Notre Président de la République s’est moqué des français ;-(
    L.GERRA a de la matière ……
    Les lycéens qui tentent d’organiser des « manifs  » sous le prétexte de la mort de R.Fraisse ,m’inquiètent !

  3. zébulon 7 novembre, 2014, 09:52

    J’espère que cette dissolution pour créer une nouvelle organisation stratégique pour le développement économique et l’emploi pourquoi pas. La CASE veut diminuer les intermédiaires pour faire des économies pourquoi pas. Internaliser la MEF afin d’orienter des formations, des qualifications, proposer des emplois aux citoyens pourquoi pas. Les services économiques, les élus de la CASE vont devoir retrousser les manches, faire face à bien des problèmes économiques, humains entre autre. Le bassin d’emploi de la CASE ne propose pas forcément des emplois pour celles et ceux qui n’ont aucun diplôme, aucune formation mais recherche plutôt des personnels qualifiés dans des domaines spécifiques dont les formations ne sont pas forcément assurées sur le territoire de la CASE ou bien certains demandeurs d’emplois sont surdiplômés et là ils n’ont pas de débouchés non plus. Alors il faudra peut-être aussi que la CASE se mette en rapport avec les services de formations du Rectorat de Haute-Normandie, de la région pour faire le point sur la demande, l’offre et les formations existantes si ce n’a pas été fait ou revoir les études réalisées.

    Quant à l’Hôtel des Entreprises trouvez vous normal qu’une personne accompagnante, qui a rendez-vous avec un cadre d’une entreprise, se voit interdire d’attendre sur une chaise dans le hall, dans une salle d’attente la personne qu’elle accompagne par l’hôtesse d’accueil qui l’informe que les personnes qui n’ont pas rendez-vous ne sont pas admises et doivent attendre dans leur véhicule sur le parking car il y a des dirigeants d’entreprises qui viennent en rendez-vous, que cela n’est pas possible d’avoir des personnes qui attendent? C’est la mésaventure d’un ami qui s’est vu recevoir les excuses du responsable de l’entreprise venu lui expliquer sur le parking la situation embarrassante dans laquelle il se trouvait car des consignes auraient été données pour que les personnes sans costume et cravate accompagnantes soient dans l’obligation d’attendre dans leur voiture sur le parking. Drôle de façon d’accueillir les accompagnants qui pourrait aussi avoir besoin d’aller aux toilettes, qui doivent attendre dans leur véhicule sans parler des questions météorologiques qui peuvent être difficilement supportables. Etonnant non.

  4. Sylvia Mackert 6 novembre, 2014, 21:32

    « quand la soupe est mauvaise » ?… à chacun ses goûts et ses ingrédients. Il ne faut pas non plus confondre le rôle d’une maison de l’emploi et des entreprises qui embauchent en principe. Ce n’est pas la maison de l’emploi qui peut embaucher tout le monde.

    Il faut d’abord faire un état des lieux du territoire et de ce qui pose problème et à l’époque de l’étude le problème était déjà l’emploi des seniors, des personnes d’un certain âge qu’on peut difficilement reclasser vu l’évolution du monde du travail et des besoins, donc pas tirer des conclusions hâtives sur tout le reste. Ce n’est qu’un petit exemple de ce qui a été fait.

    Si les emplois n’ont pas été créés ce n’est pas la faute de le MEF, il faut tout de même des entreprises pour ça, des entreprises qui ont un projet. et aussi des projets par rapport aux besoins de la population, donc dans ce cas précis, si on regarde les seniors, se poser la question , quel type d’entreprise faire venir sur le territoire et qui de plus correspondrait à l’agenda 21 qui a été défini avec tout un tas de projets… donc la faire autrement ou poursuivre la recette qui n’est pas terminée pour autant et où il manque encore des ingrédients ?

    A chacun sa façon de cuisiner, la gauche a ses recettes, la droite à d’autres recettes, et qui se fait « manger » à la fin ? à quelle sauce les chômeurs les cuisinera-t-on ?

  5. Henri Clément 5 novembre, 2014, 23:18

    « complexe la lecture des missions des équipes et des satellites » de la Maison de l’emploi ?

    Cela a été souvent dit, et on connaît une certaine Maison de l’emploi d’une grande ville de l’Eure qui fut horriblement dirigée…
    Maintenant orienter, observer, analyser, contribuer à développer l’emploi peut-il être autrement que complexe ? j’en doute, aujourd’hui moins que jamais.
    Sur ce terrain local nous avons des obligations de moyens et au mieux des objectifs de résultats.
    Pas le moment de réduire les moyens, mais c’est vrais qu’ils ne sont pas exclusivement matériels et financiers. Ces métiers , les méthodes doivent aussi évoluer.
    Si la structure est criticable, lourde, je pense au contraire qu’il faudrait un réseau de service peut être plus léger mais équivalent dans chaque ville centre de communauté d’agglomération. La proximité est fondamentale pour les missions.
    Une Communauté d’agglo est -elle faites pour en intégrer les services ? Rien est moins sûr. Nous verrons l’alternative réalisée.

  6. PAULE 5 novembre, 2014, 22:15

    Si les chômeurs sont toujours chômeurs c’est que le système mis en place par la précédente équipe n’a pas fonctionné ?Non ?
    « Quand la soupe est mauvaise il ne sert à rien d’ajouter du sel et du poivre ,mieux vaut la faire autrement  » .

  7. Sylvia Mackert 5 novembre, 2014, 20:25

    Dans un atelier d’insertion pour l’emploi notre groupe a eu l’occasion de rencontrer un étudiant qui a fait un important travail pour la maison de l’emploi et de la formation en 2012, ils nous disait qu’il avait bac + 5 et qu’à la fin de ses études il allait lui-même devoir s’inscrire à Pôle Emploi.

    Je ne sais pas ce qu’il est devenu depuis, mais j’ai retrouvé son site et son travail qu’il a publié sur les seniors sans emploi et la formation du bassin d’emploi de Louviers et alentours. Un exemple de ce que la maison de l’emploi faisait dans le cadre de ses fonctions. Ainsi on peut avoir une idée aussi, sans passer par les élus. Voir un autre côté de la MEF.

    http://www.doyoubuzz.com/loic-minouflet_2

    mémoire de Loïc Minouflet sur les seniors sans emploi

    http://www.doyoubuzz.com/var/f/wq/YG/wqYGcsOKUr_lhI4-piFf5JxHZ0V12kMgu39CDyL6Q7avSXNEtP.pdf

    etude dans le cadre MEF de Louviers, diagnostic formation continue

    http://www.doyoubuzz.com/var/f/ar/n1/arn1T9u-xWtzmGyLHX0i4_b8FCe5V6YEhJjKNpf3sIPAkSwclg.pdf

  8. Denis Laheye 5 novembre, 2014, 12:08

    Souvenons nous, il y a six mois:  » ce n’est pas à 64 ans que je vais commencer une carrière de démolisseur  » .
    Déclaration de Bernard Leroy ( s’inspirant de De Gaulle )alors qu’il venait d’être élu à la présidence de la CASE.
    Abandons ,gel de projets, démolition, casse méthodique des outils mis en place au service des habitants de l’Agglo par l’équipe précédente.
    Alors les déclarations de Bernard Leroy rappellent le refrain d’une chanson célèbre: Paroles, paroles, paroles..
    Denis Laheye

  9. Sylvia Mackert 4 novembre, 2014, 20:28

    Dans les oreilles des chômeurs on entend « supprimer des chances de retravailler » quand on supprime la maison de l’emploi et de la formation.

    Je ne connais pas le côté des élus, n’ayant pas participé à ce genre de projet, donc j’écoute ici ce que disent les uns et les autres.. j’imagine mal les chômeurs s’orienter tous vers Paris ou Rouen pour aller travailler par exemple, il faut des solutions locales et je me souviens que dans les projets de l’agenda 21 on souhaitait créer des emplois de proximité, des emplois durables, réduction du temps de trajet, pouvoir se passer de voiture. Pour cela on a besoin d’une maison de l’emploi et de la formation et de pôle emploi sur le territoire, capable de travailler autour du sujet création d’emploi et de formation adaptés aux besoin des entreprises et aussi de la population, de leur aptitudes et capacités.

    J’ai donc du mal à comprendre cette décision et je me dis que c’est un frein de plus, un projet de plus stoppé depuis le changement de majorité, que ce soit à Louviers ou la CASE.

    La réunification de la Normandie exclut quelque part le grand Paris, donc pourquoi on se tournerait vers Paris ensuite ? le mille feuille ne serait pas réduit pour autant et on complique la vie des gens, si j’ai bien compris.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.