Louviers, Franck Martin devant le tribunal correctionnel


Franck Martin 2Il devait comparaitre le 25 juillet dernier, mais l'audience avait été reportée deux fois. Elle aura lieu ce jeudi 24 janvier à la Chambre Correctionnelle du tribunal de Grande Inatance d'Evreux. Le maire de Louviers est poursuivi par Marc-Antoine Jamet, son collègue maire de Val-de-Reuil, pour propos diffamatoires, à son endroit. Franck Martin a tenu une conférence de presse sur le sujet.


  

 L'antagonisme Martin-Jamet n'est pas une spécificité locale

Ce n'est un secret pour personne. Franck Martin et Marc-Antoine Jamet ne peuvent se supporter et ces tensions durent depuis 10 ans. Le petit monde politico-médiatique de la région se gausse de cette "guéguerre" et considère les protagonistes comme des guignols qui "font mumuse". Superbe analyse des plus simplistes de ceux qui roulent quelque mécanique avec un rictus en biais. Ces rigolards oublient vite le grand amour entre Copé et Fillon, Giscard et Chirac, Mitterrand et Rocard, pour n'évoquer que les plus connus. Plus près du terroir on ne compte plus les dissentions au sein d'équipes municipales. Alors affirmer que messieurs Martin et Jamet font dans le burlesque permanent, c'est l'ivrogne qui moque le drogué….

Quelle est cette diffamation

Franck Martin, sur son blog "bloc note de Franck Martin" écrit, le 1er juin 2012, à propos du refus, par Monsieur Jamet, d'un permis de construire demander par la SODEVIL:

"L'affaire est grave. En refusant de délivrer systématiquement des permis de construire sur des zones économiques aménagées par l'agglomération Seine-Eure, le maire de Val de Reuil sabote le développement économique de toute la CASE et met en péril l'existence de la Sodevil, Société d'économie mixte, chargée de commercialiser les terrains acquis par la CASE".

C'est le terme "sabote", souligné dans le texte, qui a mis le feu aux poudres. Marc-Antoine Jamet y voit une accusation diffamatoire. Pour Franck Martin, ce mot, fort, n'est pas mentionné au premier degré laissant croire que Monsieur Jamet aurait "saboté" une quelconque installation sur le territoire de la CASE. Mais pour l'avocat du maire de Val-de-Reuil, le mot "sabote" signifie dans son acception que Monsieur Jamet "détruit volontairement le développement économique de la communauté d'agglomération Seine-Eure en refusant de délivrer des permis de construire".

Le transfert de compétences déplairait à Marc-Antoine Jamet

Lors de la conférence de presse, Franck Martin explique ce qui amène le maire de Val-de-Reuil (vidéo) à refuser la délivrance de permis de construire dans sa commune. Le maire n'aurait jamais accepté, ou mal accepté, le principe de l'intercommunalité responsable du transfert de compétences des communes vers les agglomérations. C'est donc, selon Franck Martin, un problème de pouvoir personnel. Les maires ont perdu 70% de leurs anciennes prérogatives et Marc-Antoine Jamet le vivrait très mal. Aussi, les nouvelles règles laissent aux maires la compétence de délivrance du permis de construire, qu'ils ne peuvent refuser si le dossier est en règle. Marc-Antoine Jamet défendrait son pré carré et justifierait ses refus par des choix divers qui ne seraient pas de son ressort. Plusieurs industriels, intéressés par une implantation sur le site se sont vus refuser le permis de construire par le maire, d'où la colère du Président de la CASE qui y a détecté une volonté délibérée de nuire.

Coup de fil de Jamet à Martin

A l'approche de l'audience, le maire de Val-de-Reuil appelle celui de Louviers. Il lui propose d'abandonner les poursuites, dans l'intérêt général. Franck Martin questionne son adversaire sur la contrepartie et Monsieur Jamet de répondre "Tu n'écris plus rien sur moi". Autrement dit "je ferai ce que je veux et tu n'auras plus le droit au chapitre". (Vidéo)

 

Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.