Louviers. Il était une fois…Anne Terlez

Louviers. Il était une fois…Anne Terlez

Tout va très vite. A deux ans des municipales, l’agitation est bien réelle du côté de Louviers. Expressions à travers les réseaux sociaux, du côte de la gauche, photos à l’appui. La presse locale n’est pas en reste qui scrute le moindre mot, déclarations et autres indiscrétions. C’est tout ce que cherchent les protagonistes, adeptes de sensations et bien décidés à occuper le terrain de la communication. Caméra Diagonale dévoile ce qui pourrait bien advenir à Louviers dans très exactement 2 ans . L’aventure pourrait avoir pour intitulé: Il était une fois… Anne Terlez.

Encore deux ans, mais les couteaux s’affutent déjà en coulisse. D’anciens membres de l’équipe Martin ont commencé leur tour de piste. Des ex-PRG en désaccord avec la fusion récente des deux partis radicaux, maintiennent la pression dans sa version de gauche. Discrètement, ils tentent de détecter ce qui se trame du côté de La République En Marche. Des photos diffusées sur Facebook montrent bien l’agitation. L’ancien maire, Franck Martin, est soupçonné de vouloir jouer « Le grand retour ».  Il s’en défend en précisant qu’il aidera une équipe à émerger, sans plus. Toutefois, d’anciens membres de la municipalité Martin se préparent ardemment pour 2020. Leur but: faire tomber l’actuel maire, élu « par accident » et dont « une majorité de lovériens ne veut plus« . Jusque-là nous sommes dans la logique du débat politique et municipal. Mais, une autre configuration se dessine. Elle prend racine dans le nouveau paysage politique imposé, électoralement, par Emmanuel Macron depuis la présidentielle. Les partis traditionnels ont volé en éclats et les français semblent s’y conformer avec une certaine jubilation et…prudence, malgré tout. Louviers n’échappe à la règle et ce qui pourrait advenir aux prochaines municipales s’inscrit pleinement dans la nouvelle donne.

Anne Terlez, « discrète et efficace », attend son heure

Mère de six enfants, Anne Terlez s’intéresse à la politique, ou plus exactement à la gestion municipale, depuis une dizaine d’années. La jeune femme choisit d’agir au sein d’une formation politique du centre. Ce sera le Mouvement Démocrate, présidé par François Bayrou à qui elle voue de la sympathie et de la dévotion. Madame Terlez n’a pas le goût de la politique politicienne préférant se consacrer aux réalités humaines de la société: action sociale, dossiers d’intérêt général pour les citoyens Son engagement municipal est avant tout une « mission » dans l’intérêt général. Elle ne souhaite pas s’engager dans une carrière politique, pour, uniquement, faire de la politique. C’est avec cet idéal qu’elle a décidé, entre les deux tours de la municipale de 2014, de faire alliance avec la liste UDI-UMP avec laquelle elle n’avait rien de commun au départ. Depuis, Anne Terlez a réussi à démontrer, ce qu’elle appelait de ses vœux, « travailler dans l’intérêt de Louviers et ses habitants ». Naturellement, d’aucuns réfutent le bilan de l’actuelle municipalité. Faudrait-il simplement rappeler que Madame Terlez n’est pas maire de Louviers, mais la 1ère adjointe qui ne décide pas de tout.

Bien vue et appréciée

Inutile d’essayer de critiquer le maire, François-Xavier Priollaud, à Anne Terlez. Elle renverrait l’audacieux dans ses cordes. La 1ère adjointe ne fait pas dans la critique et la délation, surtout envers le maire dont elle respecte la charge. Toutefois, elle pourrait avoir envie de voler de ses propres ailes en proposant une autre offre pour Louviers dans nombre de domaines importants. Mais cela se ferait en toute franchise et d’abord en l’évoquant en tête-à-tête avec Monsieur Priollaud. Pour l’heure, Anne Terlez bénéficie d’une bonne image auprès des personnels de la mairie et de la Communauté d’Agglo Seine-Eure, où elle est vice-présidente. Selon des témoignages, nombreux, son empathie pour les personnels de la mairie et de l’Agglo est bien ressentie.

La République En Marche et le MoDem prêts à la soutenir pour 2020

Rien d’officiel ni gravé dans le marbre. Nous sommes à deux ans de l’échéance et beaucoup d’eau va passer sous les ponts. Cela n’empêche pas des responsables de rêver et soutenir cette hypothèse. Le Mouvement Démocrate de l’Eure est ravi de la perspective. LREM, partenaire du MoDem, ne s’y opposera, pour plusieurs raisons objectives. D’abord, la 1ère adjointe de Louviers « est compétente » et a « une tête bien faite ». Ensuite, il faudra des femmes cheffes de file dans des villes importantes. Dans l’Eure, les hommes seront les sortants en 2020, il faudra bien qu’entre les villes d’Évreux, Vernon, Louviers, Gisors, Les Andelys, Gaillon etc, figurent des femmes. L’hypothèse d’une liste LREM-MoDem élargie à des personnes du centre-gauche, centre-droit et société civile, s’annonce sous les meilleurs auspices.

Agitation à gauche

Outre Franck Martin qui compte s’impliquer dans une équipe de gauche, mais avec beaucoup de prudence et de recul, ses proches s’agitent beaucoup sur les réseaux sociaux. C’est logique. Mais, en font beaucoup en détaillant par le menu leur va-et-vient dans des réunions, des rencontres, embrassades, serrages de mains, déjeuners au « Bureau » de Val-de-Reuil, états d’âmes, critiques des actions municipales. Les élections de 2020, c’est encore loin. Les réseaux sociaux, entre états d’âme, selfies à tire-larigot et fake news, ne feront pas l’élection, mais cela ne veut pas dire que la gauche est battue d’avance. La communication, la vraie, doit rester invisible pour l’efficacité. A suivre…

Categories: Louviers

Comments

  1. Diego 7 février, 2018, 00:27

    Merci José pour ce papier « éclairant ».

    Mais …
    que c’est difficile la cohésion d’équipe !

    Entre :
    – des élus de la majorité qui disparaissent des écrans radars et se laissent aller ici et là à l’expression d’états d’âme
    – un vote compliqué au dernier conseil municipal où deux élus de la majorité ont voté « Blanc » pour la désignation de leurs délégués à l’Agglo Seine-Eure.
    Expression on ne plus explicite d’un désaccord ou pour le moins d’une prise de distance dans un vote à bulletin secret.
    – Une « première adjointe » qui selon le papier ci-dessus aimerait bien trouver un moyen de s’émanciper et de voler de ses propres ailes dans la perpective de 2020 …

    Le tout, à encore deux années de l’échéance, en effet, pas toujours facile la cohésion d’équipe

  2. José Alcala Author 5 février, 2018, 12:10

    @ marcel le marcellois
    Oui, j’ai lu sur Facebook cette sortie du responsable départemental de En Marche. J’y ai apporté une réponse, courte. Je peux ajouter d’autres éléments. D’abord, ce jeune homme semble ignorer le vrai sens de « fake news ». Pour rappel: un « fake news » est une fausse information dûment fabriquée pour faire du tort à quelqu’un ou un groupe de personnes dans le but de nuire politiquement ou économiquement. Par définition, il est impossible, ou quasiment, d’en identifier le ou les auteurs. La fausse nouvelle fait le tour de la toile, est reprise partout et le mal est fait. En ce qui concerne l’article de Caméra Diagonale à quelle personne, ou groupe de personnes, le média fait-il du tort? De plus, l’auteur de l’article est identifié: votre serviteur. Cela devient pénible, dès qu’une information déplait à quelqu’un il l’affuble de « Fake news ». Le jeune homme, responsable de En Marche, pourrait faire l’effort de se cultiver politiquement, d’étudier le département de l’Eure, connaitre les élus, les responsables et militants d’autres partis. C’est bien de débarquer tout neuf et polissé, mais il lui faudrait éviter l’amalgame. Il devrait, surtout, savoir que Caméra Diagonale, si l’on constate sa fréquentation quotidienne, na pas pour vocation d’inventer et de raconter des histoires sans fondement, sinon le média n’existerait plus. Je maintiens les informations, qui peuvent évidemment évoluer et je le précise dans l’article.
    A travers sa réaction, quelque peu stupide, le jeune homme exprime, doit-on comprendre, son désaccord avec ce qui est écrit et c’est son droit à condition qu’il n’accuse pas caméra Diagonale de mensonge calculé..Mettre en exergue un selfie avec Emmanuel Macron n’est pas un gage de crédibilité.
    J’avais l’intention de l’inviter dans la magazine vidéo mensuel « 15 minutes tout compris », j’y renonce parce que je pense, en définitive, qu’il manque de maturité politique.

  3. marcel le marcellois 5 février, 2018, 09:37

    Monsieur Alcala
    votre article n’a pas été apprécié par le responsable départemental de En Marche. Dans un Tweet il dénonce un fake news. Quelle est la part de vérité, ou de mensonge?

  4. Paule 4 février, 2018, 07:29

     » La DIVISION est le DIABLE de la Politique  » F Bayrou
    C ‘est sur cet engagement que le
    Mouvement Démocrate entend oeuvrer au sein des unités territoriales.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*