Louviers. Ce soir Jacky Bidault, adjoint au maire, sera destitué par le conseil municipal

Jacky BidaultIl s'était livré au journal local, Caméra Diagonale dit la suite. Jacky Bidault, adjoint au maire de Louviers chargé des Travaux, va être tout simplement viré de sa charge et un autre élu le remplacera. Ainsi s'achève l'histoire de l'ex-colonel des sapeurs-pompiers, que Franck Martin alla chercher lors des municipales de 2008, pour enrichir et diversifier sa liste. Le pourquoi du comment. Récit.

A 17h30, les élus de la majorité tiendront une conférence de presse sous l'autorité du 1er adjoint en exercice. Il remettra aux journalistes la lettre que la majorité municipale a écrit au maire. Le contenu est clair. En substance, il propose que devant l'attitude antisolidaire de Jacky Bidault (interview très critique dans la Dépêche de Louviers) envers la majorité municipale, il soit destitué de sa fonction d'adjoint par vote lors de la séance du conseil municipal, qui doit se tenir à 18h30. En séance, Franck Martin acceptera la proposition.

Décryptage

Lorsqu'un adjoint au maire est en disgrâce pour des raisons diverses, le maire peut lui retirer ses délégations de signature. L'élu reste adjoint en titre, puisqu'il s'agit d'une élection par vote du conseil municipal, mais ses responsablités antérieures et ses indemnités lui sont retirées. Dans le cas de Jacky Bidault, la sanction est plus lourde. Franck Martin et sa majorité vont voter sa destitution du titre d'adjoint, afin qu'un autre conseiller municipal puisse être élu à sa place.

L'affaire

Elle est simple. Depuis 2008 et avant, la section socialiste de Louviers avait rompu avec Franck Martin jugé "sectaire", "trop à droite", "prêt à tout pour réussir politiquement", dépensié" "cumulard" etc. Les socialistes décident de quitter le navire Martin et présenter leur propre liste. C'est la guerre. Franck Martin est réélu à la mairie sans les socialistes, mais ces derniers présentent, parallèlement, un candidat contre lui à l'élection cantonale Louviers-Sud qui se maintient au second tour. Il perd son siège et la guerre redouble de force. Par blogs interposés, les protagonistes s'adonnent à la guerre des mots et des petites phrases. Aux élections cantonales de 2011, pour le renouvellement de l'autre moitié des cantons, Franck Martin présente Jacky Bidault, adjoint au maire et ancien lieutenant-Colonel des sapeurs-pompiers, dans le canton de Louviers-Nord. Il s'agit de battre la candidate socialiste sortante, Leslie Cléret, pour rendre aux socialistes la monnaie de leur pièce. Jacky Bidault ne gagne pas, mais son score de 15,58% des votants est nettement supérieur à la moyenne nationale obtenue par les candidats du Parti Radical de Gauche….Il devra se retirer n'ayant pas obtenu les 12,5% nécessaires pour se maintenir au second tour, mais appellera à voter pour la candidate socialiste. Attitude saluée, que n'avait pas eue le PS trois ans avant….

Après la guerre, la" Paix des Braves"

Les mois passent et Franck Martin souhaite enterrer la hache de guerre. Première étape, il se rapproche de François Loncle, le député socialiste de la circonscription, contre lequel il s'était présenté aux législatives de 2007, sans succès. Mission accompli. Le député sait que Franck Martin est incontournable à Louviers. Cela lui permet également de faire un pied de nez à Marc-Antoine Jamet qui tenta de lui indiquer la porte de sortie dans la perspective des législatives. François Loncle devient l'artisan de la "Paix des Braves" entre Franck Martin et Christian Renoncourt, le secrétaire de la section locale PS. Après moultes discussions, réunions et décisions contradictoires, la paix est signée et les socialistes locaux acceptent la liste d'union pour 2014. Cette position fait dire à Marc-Antoine Jamet, Premier Secrétaire Fédéral et maire de Val-de-Reuil, que si les socialistes acceptent l'accord proposé par Franck Martin, c'est qu'ils ne peuvent composer une liste de 33 noms…

La colère de Jacky Bidault

Depuis des mois Jacky Bidault rechignait sur ce "rabibochage de circonstance". Pour l'adjoint au maire, rien ne peut effacer des années d'injures, insultes. Il se souvient de la campagne électorale des cantonales de 2011, où il subit les foudres des socialistes locaux. Jugé, lui aussi, "incompétent", "inculte", "marionnette de Martin" et autres morceaux choisis…. Aujourd'hui, Monsieur Bidault n'arrive pas à oublier ces agressions verbales et faire comme si rien n'avait jamais existé. Il ne comprend comment Franck Martin "peut lui tourner le dos et se jeter dans les bras de ceux qui avaient tout tenté pour le détruire". C'est vrai, l'adjoint au maire avait demandé à Franck Martin d'être nommé premier adjoint si les socialistes entraient dans l'équipe. Une position qui aurait permis à Jacky Bidault une sorte de réhabilitation face aux socialistes qui l'avaient tant méprisé lors de la campagne électorale de 2011 et jusqu'à maintenant. Franck Martin n'a pas retenu la proposition. Le maire de Louviers estime qu'il ne peut dégager l'actuel 1er adjoint qui "fait bien son travail". En revanche il lui a proposer la charge de 3ème adjoint qui le positionnera devant devant les socialistes. Jacky Bidault a refusé.

L'honneur d'un colonel

Ce soir, Jacky Bidault ne sera plus adjoint au maire et demeurera conseiller municipal, sauf s'il décidait de tout quitter pour rejoindre une autre liste. Question de fierté.
 

Categories: Eure

Comments

  1. Olivier Taconet 18 novembre, 2013, 14:16

    Quelques précisions qui nous ramènent un peu plus loin en arrière, mais qui sont nécessaires.
    1) Franck Martin se présente aux législatives de 2007 face à François Loncle. Il perd. Mais les socialistes ne lui pardonnent pas cet affront et provoquent la rupture aux municipales et cantonales suivantes.
    Ceci pour rappeler que Franck Martin a toujours cherché à rassembler.
    2) Bien entendu, les socialistes siégeant dans l’opposition, il y a eu une candidature du candidat radical de gauche Jacky Bidault contre la socialistes sortante.
    3)Jacky Bidault a refusé la ligne majoritaire et le choix du maire qui a toujours prôné une vision de rassemblement. Les conditions étaient réunies suite aux présidentielles, et grâce au soutien de François Loncle, qui eux se sont rabibochés. Et c’est tant mieux ! Mais ne mettons pas ce rabibochage sur le compte de Franck Martin qui y appelle très régulièrement. Franck Martin est l’homme qui a rassemblé la gauche à Louviers et permis sa victoire face à Odile Proust, ne l’oublions pas.
    3) Où est le sacrifice ?
    Franck Martin suit sa ligne. Jacky Bidault veut bien renoncer à la sienne à la condition qu’il passe devant tout le monde pour devenir premier adjoint. Personne n’a été sacrifié, si ce n’est les valeurs qu’on voulait échanger contre un plat de lentilles. Classique (Ge 27 !), mais ça marche pas toujours !

  2. Caméra Diagonale 18 novembre, 2013, 10:55

    @ Christophe Bonnevault
    J’ai commis une erreur de chiffres. Jacky Bidault avait obtenu, non pas 12% mais 15,58%. Je vais rectifier. Il s’agit évidemment des voix exprimées. Sur les scores obtenus par rapport aux inscrits, aucun candidat n’avait atteint les 12,5%. Tous étaient sous la barre des 10%. La loi électorale précise que dans ce cas de figure seuls les deux candidats ayant obtenus les meilleurs résultats sont autorisés à participer au second tour. Ce fut le cas pour Leslie Cléret, PS, 9,49% au 1er tour et Nathalie Saclier, FN, 7,86% au 1er tour. Au second tour, la candidate socialiste l’emporta.

  3. Christophe Bonnevault 18 novembre, 2013, 10:28

    Juste un petit rectificatif: pour la cantonale de 2011, Jacky Bidault n’était pas en position de se maintenir légalement au second tour (il avait recueillit un peu moins de 7% des électeurs inscrits, soit très loin des 12,5% nécessaires lorsque l’on n’arrive 4ème au 1er tour). Rien ne dit (en tout cas moi je n’en sait rien) que s’il avait eu la possibilité de se maintenir au second tour il ne l’aurait pas fait.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.