L’hommage à Simone Veil c’est aussi rappeler ce qu’elle a subi

L’hommage à Simone Veil c’est aussi rappeler ce qu’elle a subi

Tout a été dit sur Simone Veil, surtout par ceux qui l’ont connue et aidée dans son action. Pour les autres, les plus jeunes, restent les témoignages et l’empreinte du temps. Les archives le rappellent, sans concession. C’était en 1974. Seuls la gauche et les centristes avaient soutenu la ministre dans sa lutte pour la loi qui porte son nom. Les autres, malheureusement, étaient des gaullistes, mais c’est vrai, le Général n’était plus là pour leur tirer les oreilles comme il savait le faire parfois. Et Michel Debré en savait quelque chose. Gaulliste, se disait-il, mais de temps à autre contre De Gaulle. Sa haine, à la tribune de l’Assemblée est restée mémorable, sinistrement mémorable. Un discours pour la dignité, croyait-il, alors qu’il la taillait en pièces. Il n’était pas le seul. Une flopée de dignitaires de l’UDR lui emboitaient le pas dans une sorte de surenchère à la stupidité et à l’antihumanisme.  Jacques Chirac, Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, avait, lui, soutenu sa ministre. Archive vidéo de 1974.

 

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*