Les Andelys, Marine Le Pen chahutée par un groupe d’opposants à sa venue

Les Andelys, Marine Le Pen chahutée par un groupe d’opposants à sa venue

La présidente du Front National est candidate dans cette région Nord-Ouest aux européennes du 25 mai prochain. Sur cette même liste figure Steeve Briois, nouveau maire d’Hénin-Beaumont et Nicolas Bay, conseiller régional de Haute-Normandie et secrétaire général adjoint du FN. Dans sa tournée de jeudi dernier, Marine Le Pen est venue aux Andelys, puis à Evreux où elle a tenu un meeting. Dans les deux villes, des opposants de gauche l’attendaient pour lui signifier leur hostilité.

Outre les deux manifestations plutôt calmes, des informations faisaient état de groupuscules plus violents prêts à lancer des projectiles sur la candidate FN. Aux Andelys, le maire, Frédéric Duché déplaçait la réunion initialement prévue dans la salle de fêtes du centre ville, vers le local des associations, plus excentré afin d’éviter tout débordement. La gendarmerie alertée prenait le contôle de la situation et il n’y eut aucun incident grave. Militants et sympathisants prenaient place aux abords du local et à l’intérieur. Soixante deux opposants conduits par l’ancienne maire, Madame Dael, scandaient slogans et chantaient la Marseillaise à l’arrivée de Marine Le Pen. A l’intérieur, dans une chaleur étouffante, 200 personnes environ, pour une salle trop petite, la présidente du Front National expliquait l’Europe telle quelle est aujourd’hui, selon elle, et ce qu’elle sera si le Front National obtenait un nombre d’eurodéputés suffisant. Première orientation, la sortie de l’Euro, la monnaie « qui est à l’origine des diverses crises depuis sa mise en place ». Répondant à une question d’une journaliste de la télévision grecque sur un éventuel rapprochement avec le parti grec « Aube Dorée », Marine Le Pen affirme qu’il n’y aura aucune alliance avec ce parti.

Vers 18h, la voiture de Marine Le Pen file sur Evreux, pour d’autres aventures…

Faut-il empêcher le FN de tenir des réunions?

Les manifestations contre le Front National, lors des déplacements de Marine Le Pen, sont-elles efficaces? La question peut-être posée. Il s’avère qu’elles ne réduisent pas l’inffluence sur les électeurs. Des observateurs et spécialistes du FN sont formels: manifester contre le Front National ne sert à rien et le combat ne prend son sens que par l’offre politique. De plus, le FN est un parti autorisé et financé, en partie, par la subvention d’Etat comme tous les autres. C’est donc par le débat d’idées et  le vote que la question trouvera une réponse. Il appartient à l’Etat de prendre ses responsabilités sur l’existence et la légitimité du FN.

Categories: Eure

Comments

  1. ericp27 18 mai, 2014, 14:34

    pauvres socialistes ! Mme Dael sait elle qu elle vit dans une démocratie??? ses propos sont hors-jeu, dehors les guignols

  2. José Alcala 18 mai, 2014, 09:54

    @ Henri Clément
    Vous vous trompez! C’est réellement le rôle de l’Etat, garant de la République, de dire si tel parti, ou tel autre, est dangereux pour la démocratie. Si le Front National a pignon sur rue c’est que l’Etat estime qu’il ne présente aucun danger. C’est sa responsabilité.

  3. Henri Clément 18 mai, 2014, 09:45

    Manifester contre une candidature légitime, représentative, et parfaitement légale c’est sortir du champs démocratique et républicain.
    De même que dire qu’il appartient à l’Etat de décider de l’existence d’un parti populaire
    c’est nier le valeurs républicaines.
    Cela montre qu’effectivement, la bête immonde totalitaire n’est pas morte. Et il est probable que les trois années à venir inspirent aux pouvoirs en place des réactions violentes.
    En pratique, tout cela confirme que le FN reste le centre de gravité de l’opposition, du vrai débat ouvert sur les vrais enjeux et de la démocratie réelle.
    En creux, cela démontre que la gauche officielle n’a plus d’autre opposant que le peuple patriote, par conséquent plus de substance ni de projet.
    Le deuil des mythes et des utopies fumeuses arrive à sa fin.
    Les gens de gauche sincères et authentiques ne manquent pas de le dire, de l’écrire, de le dénoncer. Quand l’un d’eux déclare récement « je voterai pour Charles De Gaulle aux Européennes », tout est dit.
    Bienvenue dans le réel, camarade !

Write a Comment