L’erreur

L’erreur

Éditorial. Au congrès socialiste de Poitiers, le Premier ministre a prononcé un discours remarqué, offensif et rassembleur. Les « frondeurs » y mettent un bémol, mais dans l’ensemble Manuel Valls a été au niveau que les socialistes attendaient de lui. Mais voilà, hier se disputait, aussi, à Berlin, la finale de la Coupe de la ligue des champions,  Juventus de Turin- FC Barcelone. L’on ne peut lui reprocher de préférer l’équipe de sa ville natale, mais aujourd’hui Manuel Valls est Premier ministre de la France et à ce titre il lui faut observer une rigueur absolue. A Poitiers, c’est le militant socialiste qui était au rendez-vous de ses camarades et cadres du parti. Qu’il se rende à Berlin durant quelques heures n’est pas une faute. Qu’il prenne un avion privé pour ce déplacement  est la moindre des choses s’agissant d’un déplacement non officiel. La seule question qui se pose est « qui paye la facture? » Or, Manuel Valls n’a pas répondu clairement, se contentant d’une observation, à une chaine de télé qui l’interrogeait « Je ne réponds pas à ce genre de question. Je suis Premier ministre et me déplace avec les moyens que vous connaissez. ne créez pas de faux débat! ». Pardon, pardon! Il est important de savoir si la République paye le déplacement privé, ou si c’est le citoyen Valls, ou encore le parti socialiste. Dans les deux derniers cas il n’y aurait rien à redire, s’agissant d’argent personnel ou de parti politique. La réponse de Manuel Valls, malheureusement, donne une indication sur le « payeur » de l’aller-retour Paris-Berlin. C’est une erreur politique d’importance. Ce n’était pas la peine, alors, de cibler et critiquer la droite pour les mêmes raisons. Crédit photo: capture d’image sur écran TV.

Categories: France

Comments

  1. Sylvia Mackert 7 juin, 2015, 13:22

    reste à savoir s’il avait une mission officielle ou pas ? lol,

    bon, que ce soit à droite ou à gauche, les hommes politiques confondent « vie privée » et « vie publique » bien souvent et selon ce qui les intéresse, ils ont l’habitude de se faire rembourser leurs frais sans se soucier du contribuable. Cela paraît « normal » à leurs yeux. Des privilèges, un dû par rapport à leur position sociale à leurs yeux.

    Et le contribuable veut surtout de la transparence et comprendre à quoi servent ses impôts et tout en bas, ceux qui rament pour survivre, peuvent ne pas comprendre ces besoins de faire tant de km juste pour assister à un match de foot quand on « rame » pour ne pas couler dans sa situation de précarité. L’ordre des priorités est différente. Et on se demande même si c’est plus écologique de se déplacer aussi loin en avion alors qu’on taxe fortement les carburants pour réduire les déplacements et baisser la pollution, on trinque tous et eux là-haut continuent ? ne changent pas de comportement ? .

    Faute politique probablement à moins qu’il n’y ait des « lots de consolation » pour le peuple avec des mesures allant dans le bon sens.

    On se demande tout simplement en qui on peut avoir confiance.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.