Lecornu pourrait remplacer Castaner

Lecornu pourrait remplacer Castaner

C’est une probabilité, pas encore une certitude. Son nom a été cité lorsque Christophe Castaner s’est vu proposer par Emmanuel Macron de prendre la tête du Mouvement La République En Marche. C’est Bruno Le Maire, il va sans dire, qui a sauté sur l’occasion pour avancer le nom de Sébastien Lecornu au poste de Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement. Poste stratégique dans le lien entre le gouvernement et les deux Assemblées Parlementaires. L’élu de Vernon reste très discret sur le sujet, lorsqu’on lui pose la question.

Ce que Bruno Le Maire ignorait lorsqu’il pensa immédiatement à Sébastien Lecornu, c’est la volonté du Président de maintenir Christophe Castaner dans sa charge ministérielle. Ce qui a provoqué un tollé chez les adversaires du Président de la République, oubliant que d’autres responsables politiques, de droite et de gauche avaient eux aussi cumulé les deux fonctions. En revanche, Christophe Castaner devrait abandonner son poste de porte-parole du gouvernement, dont devrait hériter Benjamin Griveaux.

Edouard Philippe-Bruno Le Maire, de l’eau dans le gaz

Édouard Philippe, le Premier ministre, a aussi été sollicité par Bruno Le Maire pour la « promotion » de Sébastien Lecornu. Il l’a rajouté à la liste où figuraient déjà Benjamin Griveaux, Julien Denormandie et Hugues Renson. Mais un élément nouveau, passé quasiment inaperçu, a mis de la distance entre le Premier ministre et le ministre de l’Économie. Dans l’entourage d’Édouard Philippe il se dit que la nervosité s’est installée entre les deux hommes. Bruno Le Maire viserait Matignon, à terme, ce qui aurait contrarié Édouard Philippe et provoqué le malaise. C’est vrai aussi qu’en politique ce qui est vrai le mardi peut ne plus l’être le mercredi. Pour l’heure, la tendance est au maintien de Christophe Castaner au gouvernement. Demain samedi, à Lyon, il sera désigné par 800 délégués de la République En Marche, pour diriger le parti et dès lundi nous saurons si Bruno Le Maire a réussi à convaincre le Président et le Premier ministre.

Sébastien Lecornu, doué et plus encore

Sébastien Lecornu, il faut le dire, est tout à fait en capacité d’assumer la charge de Secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement. Intelligent et surdoué de la politique, celui qui fut maire de Vernon, et le reste toujours en partie, comme il continue, en coulisse, de présider le département, atteindra à terme des charges au sommet de l’État. A 31 ans il est l’un des plus brillants de la droite française, même s’il reste actuellement inconnu du grand public. Au cours des 5 ans à venir il aura maintes occasions de parvenir à l’objectif visé: être au premier rang à partir de 2020. Il n’aura que 35 ans.

Categories: Eure, France

Comments

  1. José Alcala Author 25 novembre, 2017, 11:43

    @ Jean-Claude Mary
    Par « surdoué de la politique » j’exprime une capacité à contrôler l’espace politique à tout prix, quel que soit l’intérêt d’un sujet. Il peut y avoir de vrais enjeux, au fond, comme des sujets de pacotille…Sur ce créneau, à mes yeux, Sébastien Lecornu est bien meilleur. Il y a tout de même un bémol si l’on en croit le Président de la République qui a jugé qu’il « n’imprimait pas », comme d’autres au gouvernement.

  2. Jean-Claude Mary 24 novembre, 2017, 19:45

    Bruno Lemaire et Sébastien Lecornu sont assurément brillants. Ils avalent bien les problématiques politiciennes, les digèrent avec facilité et les restituent sans difficulté avec les éléments de langage propres à séduire l’auditeur peu vigilant. Ils ont de l’entregent et une capacité d’opportunisme qui démontre assurément une finesse pour saisir dans les situations où ils se trouvent les moyens de séduire et de flatter. Cela suffit-il à en faire des surdoués de la politique? Oui, si la politique est réduite à la recherche du pouvoir et la démocratie à la seule compétition. Non, si cette dernière suppose la vertu dont parlait Montesquieu qui doit être mise au service de l’intérêt général .
    Ces personnages ne sont certainement pas d’ailleurs de vrais cyniques : ils trouvent facilement les ressources pour rationaliser plus ou moins intellectuellement leurs virages, leurs méthodes . Les vrais cyniques sont rares.
    Et pour être des hommes politiques et non pas seulement des compétiteurs, faudrait-il qu’ils aient une pensée politique, une réflexion ouverte sur les problèmes de l’heure . Les avez vous déjà entendu vous exposer l’état de leur réflexion sur la crise du travail, le fait migratoire, le malaise démocratique, la question écologique, la violence sociale ? Non, sinon en répétant les antiennes de la droite obtuse comme d’autres d’ailleurs chantonnent les refrains de la gauche obtuse, les uns et les autres pour afficher une posture plus que pour traiter les problèmes . On est encore dans la politique à l’ancienne et le pays en est malade

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*