Le maire d’Évreux se tire une balle dans chaque pied

Le maire d’Évreux se tire une balle dans chaque pied

Guy Lefrand est maire d’Evreux, depuis 2014, de par la grâce de Bruno Le Maire, son ami d’alors. C’était une autre époque, celle des vaches grasses de LR. Depuis, des évènements politiques ont changé la donne. L’actualité de ce jour termine le processus. Ce sont les gilets jaunes qui, sans le vouloir, ont poussé Guy Lefrand à commettre l’irréparable. La scène s’est passée sur un rond-point tenu par des manifestants. Le maire d’Évreux leur a soumis d’aller bloquer la préfecture et la police municipale. Un comportement qui, selon le préfet et le ministre de l’Économie, est indigne de la part d’un maire qui est aussi agent de l’État.

Le scène s’est déroulée lundi dernier au rond-point Cocherel à Evreux. Plusieurs gilets jaunes s’y trouvent lorsqu’ils reçoivent la visite du maire d’Évreux. Pour les encourager dans leur démarche, semble-t-il, mais sans les soutenir officiellement. La scène est filmée pour Facebook par un gilet jaune. L’échange se prolonge sur plus de 23 minutes. Sur la vidéo l’on entend des gilets jaunes demander des conseils à Guy Lefrand. Et Monsieur le maire d’en donner. Il évoque plusieurs solutions dont celle du blocage de la préfecture et de la police municipale. Pour le centre des impôts il pense que cela ne changera rien. Et, lorsqu’un gilet jaune lui dit, sur le ton l’humour, « et la mairie? », Guy Lefrand répond « comme ça je resterai au chaud »….

Réactions du préfet et de Bruno Le Maire

Immédiatement alerté, le préfet de l’Eure a réagi par un communiqué de presse, ce jour:

Le préfet de l’Eure a pris connaissance avec stupéfaction des propos de Guy LEFRAND, maire d’Évreux lors de sa rencontre, lundi dernier, avec les gilets jaunes, rassemblés au rond point Cocherel à Évreux, propos qui ne correspondent pas à la qualité habituelle des relations entretenues par le maire et le préfet et bien évidemment les regrette.

Le préfet rappelle qu’un maire est un élu en charge d’une collectivité territoriale mais qu’il est aussi agent de l’État.

Le droit de manifester est dans notre pays un droit incontestable et incontesté et bien entendu il est légitime, si cela correspond à ses convictions, qu’un élu apporte son soutien à ceux qui l’exercent.

Il n’est, en revanche, pas acceptable, de faire obstacle au fonctionnement de la police municipale ou de la police nationale chargées d’assurer la sécurité de nos concitoyens, ni d’empêcher le bon fonctionnement des services publics.

Bruno Le Maire a, lui aussi, réagi aux propos de son ancien ami:

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Séverine Gipson, députée de la 1ère circonscription de l’Eure, ont pris connaissance des propos tenus par le maire d’Evreux le mardi 27 novembre dernier en marge d’un rassemblement de gilets jaunes et rendus publics par une vidéo diffusée sur le site internet de Paris-Normandie le 28 novembre.

Ils condamnent sans réserve ces propos inacceptables appelant aux blocages de bâtiments publics et à l’entrave du bon fonctionnement du service public, en particulier des services de police.

Rien ne justifie la démagogie et l’appel à quelque forme de violence que ce soit, en particulier de la part d’un élu.

Ils appellent Guy Lefrand à présenter ses excuses aux agents publics pris pour cibles.

Cette sortie du maire d’Évreux ne restera pas sans conséquences, pour lui, lors des prochaines municipales. Déjà fragilisé par une fronde à l’intérieur du groupe majoritaire, avec la démission de deux adjoints importants. C’est désormais une balle dans chaque pied que Guy Lefrand s’est tirée en l’espace de quelques semaines.

Categories: Evreux

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.