Le choc

Le choc

Jamais depuis 50 ans Paris n’avait connu une telle violence. Elle s’est enflammée dans les quartiers communément appelés « chics ». Forces de l’ordre agressées, vitrines brisées, pillages, incendies de véhicules, de magasins, d’hôtels particuliers, Arc-de-Triomphe souillé matériellement et symboliquement. Guérilla urbaine, ou très proche. Gilets jaunes (les vrais) dépassés, surpris, touchés. En province, si la violence a été moins forte, elle s’est aussi manifesté dans diverses villes. Le pouvoir politique n’avait mesuré l’importance, réelle, de la fracture sociale. Elle éclate à la figure du pays, après 40 années de politique à la petite semaine.

En 3 samedis, en novembre et décembre, c’est-à-dire 3 journées au total, pour l’instant, les dégâts humains et matériels ont largement dépassé le bilan de tout le mois de mai 1968. Les mots ne seront jamais aussi forts que les images diffusées en direct au cours de la journée d’hier et une grande partie de la soirée. Personne n’aurait imaginé une telle déflagration de violence. Personne.

La manœuvre a été celle des casseurs, hyper organisés. L’État et ses services de sécurité ont été dépassés, car sous-estimé la réalité. Les 5 000 policiers et gendarmes n’ont pu canaliser les hordes de casseurs. D’autant plus que l’ordre venu d’en haut a été d’éviter le pire. Gendarmes et policiers n’ont, ainsi, pu intervenir qu’avec un seul bras. L’autre leur a été attaché dans le dos, si l’on peut s’exprimer ainsi.

Et maintenant?

Le Président et le Premier ministre sont en réunion. A leur sortie il leur faudra dire les mesures qu’ils entendent mettre en place, dans la semaine. Les gilets jaunes n’accepteront pas de promesses pour dans trois mois.

Tout ça pourquoi?

Ministres et députés LREM devraient, aussi, arrêter de d’expliquer que les plus bas salaires vont bénéficier de 20 ou 30 euros supplémentaires. Cela devient indécent. Les gens ne peuvent se satisfaire d’une aumône. Ils aspirent à des salaire décents. Les économistes expliquent qu’avec les prix de la consommation, alimentaire, produits de première nécessité, énergie gaz et électricité, le revenu mensuel par ménage de 4 personnes ne peut être inférieur à 3 000€ et 1 800€ pour une personne seule. Nous sommes loin du compte. C’est la dure réalité.

Les solutions

Elles sont du ressort du gouvernement et de sa majorité. Il a voulu devenir Président de la République, pour l’un. Ils ont accepté d’être ministres, pour  d’autres. Il ont voulu être élus députés, pour les troisièmes. Personnes ne les y a obligé. Leur projet, qu’ils développent depuis 18 mois, trouve ses limites. Les journalistes et observateurs (dont Caméra Diagonale) avaient indiqué qu’il fallait deux ans avant de faire un bilan sérieux. Mais, la situation économique de millions de français a précipité l’échéance. Aujourd’hui, gilets jaunes et beaucoup d’autres sans gilet, sont au bout du rouleau économique.

Samedi prochain

Les gilets jaunes n’ont rien arrêté à cet instant. Ils attendent les paroles du Président et du Premier ministre. Les plus radicaux (nombreux) veulent continuer. Les plus calmes préfèrent des rassemblements de proximité, dans les départements. Mais tous souhaitent la poursuite du mouvement si les réponses, auxquelles ils aspirent, ne viennent pas.

 

Categories: France

Comments

  1. ericp27 4 décembre, 2018, 20:46

    comprenez bien mon inquietude
    deja il ne reste plus qu 1 personne sur 2 qui se sent concernée par les scrutins,
    si la deuxieme qui s exprime n est pas tres vigilante ou regardante sur le bulletin qu elle glisse dans l urne,
    alors oui je suis inquiet

  2. zébulon 3 décembre, 2018, 17:05

    @ERIC27 : vous n’avez pas bien lu car j’ai bien dit que des citoyens ont voté par défaut pour Macron car ils ne se retrouvaient pas dans les partis politiques et pour cause (querelles internes, affaires judiciaires, rivalités etc.). Et oui il y a d’anciens socialistes dans la LREM mais pas que des socialistes car à l’assemblée nationale il y a beaucoup de débutants qui sont arrivés en politique via LREM. Ces élus pensaient certainement changer les choses mais j’ai bien l’impression qu’ils sont « bâillonnés », il suffit d’entendre les discours sur les médias : on a l’impression que certains lisent, apprennent par cœur un texte et le récite le petit doigt sur le pli du pantalon. Alors si les élections ne conviennent pas pour élire un maire, un député, un président de la république quel est le régime qu’il faut mettre en place ? Dans toutes les élections qu’elles soient associatives, syndicales, politiques, etc. il y aura toujours des contestataires mais la démocratie est quand même meilleur qu’un régime militaire ou que d’autres régimes de part le monde qui nous montre qu’il ne fait pas bon vivre dans certains pays. Alors certes il y a des réformes à faire car on ne peut se satisfaire de la situation actuelle en matière de pouvoir d’achat, de taxes, d’impôts mais qui détient la recette miracle actuellement ? Alors dire que la situation actuelle est de la faute des électeurs c’est très réducteurs car les présidents, gouvernements précédents n’ont pas fait des miracles il me semble non ! Le futur ne manque pas d’avenir !

  3. ericp27 3 décembre, 2018, 12:52

    @ zebulon,
    vous etes bien sûrs de votre raisonnement???
    si le peuple ne voulait plus des anciens partis politiques, alors pourquoi le peuple a t il voté pour E Macron (conseiller à l’élysée pendant 4 ans d un president socialiste) et pourquoi voter bruno questel , depute socialiste , qui change de costume pour se faire réélir??
    les électeurs auraient ils la memoire courte à ce point??
    sur les 300 bisounours LAREM à l assemblee nationale, y en a au moins 100 socialistes deguises.
    ce n’est pas ce que j appelle une vraie volonte de changement.
    alors que peut etre nous en sommes comme aux USA ou ils avaient le choix entre une dinde et un ane
    nous c etait entre la peste et le cholera, la faute à qui?
    Fillon voulait passer la tva a 22%, lui le premier voleur ou gangster de deniers publics
    Melenchon (le faux insoumis quand on voit sa fortune personnelle) nous pompe l’air avec hugo chavez
    mais faut que le peuple soit un peu plus reveillé quand il va dans les isoloirs….

  4. arthur 3 décembre, 2018, 11:45

    la coalition des mauvais perdants politiCHIENs (DE GAULLE) de toute la droite comme de toute la gauche qui n’ont jamais supporté l’election démocratique ce ce « petit garcon ».Tous en sont à encourager la destruction par la rue de nos institutions de NOTRE REPUBLIQUE.y compris des élus se réclamant du gaulisme.!!!.forfaiture du sieur MELENCHON aboyeur de l’extre me gauche main dans la main avec LEPEN et l’extreme droite

  5. ericp27 2 décembre, 2018, 18:20

    les gares et petites lignes sncf disparaissent ( on reprend la voiture)
    les maternités ferment ( on reprend la voiture)
    les docteurs se font rares en campagne (on reprend la voiture)
    il reste encore La Poste, mais Internet ne réglera pas tout
    la France profonde existe encore, elle s’abstient ou vote Front National
    quelqu un a t il essayé de comprendre la fracture politique-peuple?
    ce n’est pas spécialement Macron qui est en train d’échouer, mais tous les précédents qui n’ont jamais su prendre les bonnes décisions au bon moment
    pour avoir les bonnes réponses, il faut se poser les bonnes questions

  6. laulaulouv 2 décembre, 2018, 18:11

    Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines,
    Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne,
    Ohé ! partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme !

    Macron, descend voir la France d’en bas,
    et salis tes chaussures dans la boue,
    mais viens voir et peut être tu comprendras
    à quel point c’est dur pour nous!

  7. zébulon 2 décembre, 2018, 16:05

    Malheureusement nous ne sommes pas sortis de cette impasse sociale, économique, politique. Premier point négocier oui mais avec qui car côté gilets jaunes on se réclame d’un mouvement populaire, citoyen ne voulant pas être récupérer par les partis politiques, les syndicats : OK mais on fait comment ? Petit rappel au départ beaucoup de citoyens ont adhéré, soutenu le mouvement populaire d’un certain Emmanuel Macron en 2017. Ceux-ci ne supportant plus les partis politiques dans lesquelles ils se reconnaissaient auparavant et ils ont voté Macron par défaut ce qui fait de lui le président de la République élu démocratiquement. Maintenant ils désireraient, pour certains qu’il y ait un représentant des gilets jaunes par département soit 96 plus les 5 DOM soit 101 représentants. Je serai curieux de savoir quelles seront les revendications car il ne sera pas possible d’avoir une liste de 50 voir plus de sujets à aborder. D’autre part si entre les gilets jaunes on ne peut pas dire que c’est l’union nationale puisque ceux qui sont invités sur les plateaux télé, sur les réseaux sociaux, qui se disent représentant, porte-parole ne sont pas reconnus par la base des manifestants ! Dans ce climat difficile de trouver quelques interlocuteurs. Côté politiques, syndicats ils ne sont pas les bienvenus par les gilets jaunes alors on fait quoi et avec qui. Côté gouvernement  » j’entend, j’écoute mais je ne vous ai pas compris », on continue notre objectif, on ne lâchera rien. Alors si tous les week-end on répète ce que l’on vient de voir, de vivre pour ceux qui y participent, qui sont victimes faudra-t’il qu’il y ait encore plus de blessés, de décès, d’exactions, de casseurs de tous genres ? Ah les casseurs : impossible de les ciblés tous, de les repérés ils se fondent dans la masse en gilet jaune, d’autres non et ils se déchaînent partout, sur tout et nos forces de l’ordre courent dans tous les sens, les pompiers quant à eux ils sont des cibles aussi, on les empêche d’intervenir. Bref il serait bon que le président, le gouvernement passe aux actes et non aux paroles, aux promesses. Il n’est pas déshonorant de revenir ou de changer certaines décisions, de les remettre à plus tard dans la concertation au calme. Ce n’est pas en incendiant, détruisant les biens des autres, des commerces, des bureaux, des véhicules que cela résoudra les problèmes car l’addition finale c’est le citoyens, le chômage technique, la non reconduction d’un CDD, d’un intérim c’est le citoyen. Alors au gouvernement de prendre les bonnes décisions qui à déplaire à Bruxelles qui ne réfléchit et travaille qu’avec des tableaux Excel et une technocratie qui n’a pas de soucis en fin de mois elle !

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.