Impôts, le matraquage fiscal vient surtout d’élus locaux

Impôts, le matraquage fiscal vient surtout d’élus locaux

Sur 36 000 communes, environ 6 000 d’entre elles ont augmenté le taux de la taxe d’habitation. Une décision inique qui contredit la décision du gouvernement de supprimer, sur trois ans, cette taxe considérée comme injuste. Ces maires justifient leur acte par l’impossibilité de boucler leur budget. Pourtant, les 30 000 autres maires ont accepté le principe de desserrer l’étau qui étrangle le contribuable .

Pendant trop longtemps, maires, conseillers départementaux, communautaires, régionaux ont géré comme des pachas leurs collectivités. Ils ont dépensé et dépensé à tue-tête sans se préoccuper des contribuables, vaches à lait des territoires. Les traces de ses dépenses sont visibles partout. Des exemples jonchent le sol d’Est en Ouest et de Sud au Nord. Tel, ce canton du Centre de la France comptant 9 communes sur lesquelles ont été construites pas moins de quatre salles polyvalentes rarement utilisées. Idem pour ces 3 médiathèques distantes d’à peine 2 km, dans une Agglo bien connue. Il était temps de stopper cette frénésie de la dépense. Alors, c’est vrai, nombre de collectivités ont beaucoup de mal à joindre les deux bouts dans des domaines incontournables, comme le social, l’entretien des routes et la construction et entretien des établissements scolaires, toutes collectivités confondues. Il est impératif que l’État prenne des décisions budgétaires à leur égard….Au bout du bout, c’est toute la chaine des dépenses, du plus bas au plus haut niveau, qu’il convient de maitriser. La dette générale du pays prend ses racines dans la multitude des taxes et impôts. La France détient le record d’Europe en la matière, à niveau égal.

Précision bienvenue du ministre

Le ministre des Comptes Publics a eu raison de dévoiler les noms des maires récalcitrants et irresponsables. Ce n’est pas de la « dénonciation » comme tentent de le faire croire certains barons locaux. Seulement de stopper la course effrénée aux augmentations d’impôts.

Le vote, vrai pouvoir de l’électeur

Même motif même punition pour la taxe foncière. Des maires et présidents d’exécutifs lorgnent sur l’hypothèse d’augmentation du foncier. Ce sont les électeurs qui devront veiller au grain lors des municipales de 2020. Ils devront poser la question aux candidats de toutes tendances « dans votre programme envisagez-vous d’augmenter la taxe foncière?« . Selon la réponse, ils décideront de mettre le bon bulletin dans l’urne.

L’Eure, mi-figue mi-raisin

Dans l’Eure, les trois principales villes, Evreux, Vernon, Louviers n’ont pas augmenté la taxe d’habitation. Sur la taxe foncière, Seule Seine Normandie Agglomération a augmenté le taux de 0,065%. Les cotisations ont été relevées de +1,16% pour la ville de Vernon, de +12,50% pour SNA, +1,28% pour le département. Le taux de la taxe ordures ménagères est relevé de 1,37%.

Categories: Eure, France

Comments

  1. zébulon 18 octobre, 2018, 07:33

    Certaines municipalité ont étalés sur quatre ou cinq ans leurs travaux, leurs investissements afin de ne pas les augmenter. Reste à savoir si augmentations des deux impôts locaux et fonciers il y aura en 2019 ET 2020. Quant aux élections municipales je parie que certains maires ne se représenteront pas laissant à leur successeur « la patate chaude » argumentant qu’il est temps de passer la main ! De toute façon ce que l’état, la région, le département, la commune vous donnent dans une main il vous la reprennent dans l’autre c’est bien connu non enfin il paraît !

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.