Gouvernement, Sébastien Lecornu pourrait-il remplacer Nicolas Hulot?

Gouvernement, Sébastien Lecornu pourrait-il remplacer Nicolas Hulot?

Démission peu ordinaire de Nicolas Hulot, en direct sur France Inter. Sans prévenir le Président et le Premier ministre. Le ministre, en titre, de l’Ecologie s’en va parce que cornaqué par les lobbyistes anti écologie. Cela le titillait depuis longtemps. Il a franchi le pas. Les ministres s’en vont, l’écologie reste. Reste en son état de clochardisation. Alors qui succédera à l’homme de télévision? Sébastien Lecornu, son Secrétaire d’État, pourrait être celui là. Peut-être…seulement.

L’on connait tout de Nicolas Hulot. Depuis ses activités télévisuelles, en passant par ses combats écologistes, jusqu’à son entrée dans un gouvernement particulier. A la télévision, il avait été un producteur et présentateur hors norme. Dans l’écologie, il était, et est encore une voix écoutée. Au gouvernement il a été cocu de chez cocu. A partir d’aujourd’hui il va redevenir l’incontournable défenseur de la planète, dans le verbe et dans le geste.

Lecornu se prépare

Le Secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot pourrait, à terme, être nommé ministre de l’Écologie à part entière. Il en a l’étoffe et l’envie. Il y travaille et généralement lorsque Lecornu travaille, il aboutit. Ce qui compte pour l’ancien maire de Vernon, c’est d’être au gouvernement et peu importe la spécialité. C’est un pragmatique et comme dans le sport « l’essentiel est de participer ». Le fauteuil est libre, allons-y pour l’écologie.

Pour faire quoi

D’abord pour avoir un ministère prestigieux. Ensuite pour plaire au Président et au Premier ministre. Enfin, pour aborder des sujets hautement pointus, qui touchent l’Homme avec un grand H et la Planète. Ainsi, Sébastien Lecornu va pouvoir favoriser la transition écologique par tous les bouts. Programme éolien étendu et accéléré; baisse de 50% du nucléaire d’ici 2035; arrêt total des pesticides sur le court et le moyen terme; extension de la voiture électrique; arrêt de la circulation automobile dans les centre-villes et transformation en voies piétonnières, etc….Du pain sur la planche. Au fait, pourquoi Nicolas Hulot est sorti du gouvernement?……

Soutiens

Incontestablement, Édouard Philippe et Gérard Damanin sont des soutiens de premier ordre de Sébastien Lecornu.

 

Categories: France, Vernon

Comments

  1. José Alcala Author 2 septembre, 2018, 09:04

    @ Denis
    J’ai évoqué le soutien d’Édouard Philippe et de Gérald Darmanin et non de Bruno Le Maire.

  2. Denis 2 septembre, 2018, 00:21

    Il faut arrêter de se raconter des histoires. Où peut-il y avoir une sincérité écologique dans le personnage de Sébastien Lecornu ? Après avoir été un apparatchik LR, sentant le vent venir, il s’est placé du côté de LREM.

    José, quand vous évoquez les soutiens d’Edouard Philippe et de Lemaire, avec ces gens, c’est un véritable baiser de la mort vis à vis de l’écologie et de la transition énergétique.

    Ces types sont aussi écolos que ma grand-mère souhaitant pratiquer le vélo sur son lit de mort !

  3. MARY 29 août, 2018, 22:40

    Sébastien Lecornu ministre de l’écologie ? Peut-être Le personnage sait y faire pour satisfaire ses ambitions de carrière. Mais quelle pitrerie serait une telle nomination ? L’environnement est absent de ses décisions municipales et si Hulot n’a pas réussi à convaincre Macron, on ne voit pas comment lui y parviendrait.
    Arrêtons ce distinguo entre les écologistes qui seraient modérés et ceux qui seraient des ayatollahs ( car il n’a pas de sens. Ce sont là des éléments de com comme l’opposition entre les écolos intégristes et les écolos pragmatiques. Il y a surtout dans le monde politique ceux et celles ( la très grande majorité) qui pensent qu’il n’ y a pas urgence, que l’on peut continuer le « business as usual », qu’il faut faire confiance au MEDEF, à EDF , à la FNSEA qui sauront bien mettre en oeuvre les avancées de la technologie pour résoudre ces questions de modèles en bout de course qui épuisent les ressources de la planète. Hulot vous apparaît modéré mais voilà pour lui aussi le développement durable ça ne peut que passer par une autre logique , que par un autre modèle économique auxquels restent sourds hélas beaucoup de ceux et celles qui sont sur le devant de la scène politique et médiatique. Les citoyens, au moins une partie d’entre eux, ceux qui ont compris que le bonheur consumériste n’était à terme qu’un enfer climatisé et numérisé, ont une prise de conscience qui s’accélère. Voilà un signe d’espoir bien plus important que les péripéties de notre Rastignac normand.
    Quant à ceux qui ne sont pas convaincus de l’urgence de la situation, tous ces élus qui prennent leur décision en oubliant la dimension écologique, ils feraient bien de consulter les chiffres et les rapports sur la dégradation des sols, la multiplication des cancers et des maladies chroniques, la surchauffe de la planète, les impasses du nucléaire ( tiens à ce propos, Lecornu traitait d’anarchistes les manifestants qui s’opposaient à l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure ; ah, c’est sûr lui, c’est pas un ayatollah de l’écologie, rien à craindre de ce point de vue)

  4. Pingouin 29 août, 2018, 14:52

    Chapeau l’artiste, des ministres qui ont plus de convictions que d’ambitions et démissionnent pour la défense de celles-c,i cela est assez rare pour être souligné.

    Nicolas Hulot n’était pas un extrémiste écologique. Il n’a jamais été un ayatollah de l’écologie comme certains nomment les écologistes moins consensuels pour mieux anathemiser leurs idées. Même avec cette modération, force-lui a été de constater qu’il était impossible de déplacer les lignes. A-t-il été assez naïf en pensant que son approche modérée pourrait faire avancer cette grande cause de la transition énergétique et écologique ?
    Au-delà de son émotion perceptible ses charges contre le Nouveau Monde et son absence de volonté écologique réelles font mal.
    Huitième ministre de l’écologie en sept ans, se pourrait-il une fois le voile des illusions soulevé, la communication écologique du « tout va très bien madame Marquise » oublié se pourrait-il qu’un fleuron du Nouveau Monde le remplace ?
    Par contre si l’écologie la plus modérée est la plus à la recherche de consensus a échoué que pourrait faire ce nouveau ministre ?
    Concernant l’hypothèse d’un remplacement par l’ancien maire de Vernon des questions se posent.
    En quoi son opposition tranchée avec Nicolas Hulot notamment sur le problème de la chasse (https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/08/28/nicolas-hulot-une-icone-de-l-ecologie-impuissante-a-imposer-un-nouveau-modele_5346951_3244.html) favoriserait son ascension ? Les Brutus n’ont pas toujours réussi leur projet.
    En quoi son empreinte écologique d’ancien maire de Vernon le légitimerait à cette fonction ?
    Son ancien chef Nicolas Hulot luttait contre :
    • l’artificialisation des sols, la bétonisation des espaces naturels
    • l’abattage des arbres pour les projets sans dimension écologique évidente
    • l’éclairage intempestif et excessif de nouvelles voiries alors que la ville de Vernon a signé une convention pour la limitation des pollutions lumineuses nocturnes et que certaines Villeroy ont réussi à alléger leur budget en réduisant celle-ci…
    Qu’a fait notre potentiel impétrant dans tous ces domaines ?
    Bonne chance à lui si son énergie légendaire lui permet de terrasser les lobbys dénoncés par Nicolas Hulot.

  5. José Alcala Author 29 août, 2018, 08:31

    @ Ben Oït
    Je pense que vous avez mal lu l’article…
    Il a été constaté que Nicolas Hulot n’a pas pu faire grand-chose puisque, in fine, c’est le Président qui décide de tout. La 5ème République fait élire un monarque. Les ministres, dès lors, ne sont que des exécutants disciplinés et comme Nicolas Hulot n’était pas discipliné, il est parti. Alors, qu’est-ce que ça peut faire que ce soit, ou non, une grosse pointure en écologie qui remplace Hulot. Le remplaçant exécutera les souhaits du Président…
    Ainsi va la vie politique…Un ministre d’aujourd’hui est au gouvernement ce qu’une secrétaire de mairie est au maire, dans les grandes lignes. Que ce soit Lecornu ou un autre, cela ne changera en rien la tournure des décisions. Tout de même, Lecornu est de taille pour assurer la continuité, si l’on peut dire.

  6. Ben Oït 28 août, 2018, 22:39

    Sans vouloir faire injure ,il n’y a rien de comparable entre Hulot écologiste de la première heure, résolu à combattre le tout nucléaire, le réchauffement climatique, les pesticides et autres produits qui nous empoisonnent….. et Lecornu avide du pouvoir, opportuniste dont la carrière passe il me semble souvent avant l’intérêt du citoyen. Certes il s’exprime bien mais cela ne suffit pas pour envisager de le voir nommé ministre de l’environnement Je ne vois rien dans le département de l’Eure ou à Vernon qui puisse être cité en exemple sur le plan environnemental.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.