Giverny, une équipe de choc pour l’écologie

Giverny, une équipe de choc pour l’écologie

Le CAR, « Conseil d’Administration » de l’État, se réunissait, hier, au musée des Impressionnistes de Giverny. Il est composé des 5 préfets des départements normands et de l’ensemble des directeurs régionaux et d’agences de l’État. Il a pour but de mettre en œuvre et suivre des politiques publiques au niveau régional. Le CAR n’est qu’une structure de consultation (donc qui ne sert à rien) sur les orientations stratégiques de l’État, dans la Région. Autrement dit « cause toujours te m’intéresses ». Explications:

Le Secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, s’est joint au groupe, selon le communiqué de presse, pour « exposer les grandes orientations de la politique gouvernementale en matière environnementale et de transition écologique: économie verte. Restauration de la bio-diversité. Mobilité décarbonnée. Littoral, ou encore s’agissant de la gestion des risques naturels et technologiques….Ces riches échanges ont permis d’aborder les grands enjeux en matière de transition écologique et énergétique » dit encore le communiqué. Et de terminer par, « La Normandie s’engage à être pionnière dans le développement de ces nouvelles gouvernances et alternatives écologiques ». Cela relève de la bonne intention.

Une vaste rigolade (point de vue de Caméra Diagonale)

Lorsqu’on scrute la photo, il est permis de douter de la fibre écologique de certains membres de ce groupe. Rassemblées à Giverny, ces personnes auraient pu parcourir les 5 kilomètres qui les séparaient de Vernon pour visiter le site de dépôt du fuel, dans le centre ville. Ils auraient interrogé des riverains sur les bienfaits provoqués par les émanations de ce carburant dont Nicolas Hulot expliquait qu’il fallait s’en débarrasser dans les plus brefs délais…

De vrais sujets ignorés

…Ce conseil d’administration pourrait, par la même occasion, se déterminer sur le fameux contournement Est de Rouen, dont les (vrais) écologistes de la Région dénoncent la « stupidité » écologique et environnementale: bétonnage à outrance, saccage des paysages, pollutions diverses et variées, circulation gigantesque de poids lourds etc..Le tout pour la modique somme de 1 milliard d’euros, dont on sait qu’il s’agit d’une estimation à minima. Que disent Messieurs les préfets, Madame la préfète de Région, les directeurs régionaux et d’agences de l’État, eux qui annoncent que «  Normandie s’engage à être pionnière dans le développement de ces nouvelles gouvernances et alternatives écologiques »?

 

Categories: Eure

Comments

  1. laulau274 8 octobre, 2018, 07:42

    2 questions aux écologistes pragmatiques ou intégristes : (peu importe)
    en imaginant que l’ on possède une baguette magique, et que l’ on transforme demain 50% du parc automobile français en voitures électriques :
    – faut il une centrale nucléaire supplémentaire pour répondre aux besoins?
    – que fait on du recyclage des batteries ?

  2. Pascal Demoriane 17 septembre, 2018, 15:29

    Excellente pédagogie de M. Mary. Cependant…
    Ce qui me gêne toujours avec ces nuances sémantiques c’est qu’elles laissent croire qu’il y aurait un écologisme sincère et un écologisme insincère. Comme si la sincérité avait un effet opératoire sur les décisions collectives, comme s’il s’agissait d’un problème moral. Voire pire, un problème sentimental (voire le larmoyant M.Hulot) !
    Tout cela semble dérisoire au vu des enjeux. Le système du capital – qui n’est piloté par personne, sûrement pas par les politiques, pas même par les détenteur du dit capital – ira jusqu’au bout de sa logique, jusqu’à la destruction des matérialités naturelles comme artificielles qui rendent son illusion collective encore possible, crédible. Fut-elle violente.
    L’écologisme politique militant, parce qu’il omet sciemment ce point fondamental du fait même de la logique démocratique, permet aux guignols politiques comme aux entreprises et aux ONG d’entretenir le mythe de la réforme « pour sauver la planète », ou « sauver le climat », le mythe « d’une autre Europe » ou « d’un autre capitalisme mondialisé vertueux » et finalement retarde le mouvement de conscience collective, seul capable de sauver l’humain de lui-même.
    Tant qu’on aura pas compris tous ensemble que derrière la notion même de valeur économique, de production et d’échanges, il y a de l’énergie, de la matière, de la physique, et donc des limites matérielles déjà largement outrepassées, eh bien tout les écologismes réformistes et démocratiques seront des impostures.
    Quand le réel sifflera la fin de la récréation, je crains que le rêve d’une « transition énergétique » opérée par le capital et pour le capital ne tourne au cauchemar, au chaos, à la dictature. Car c’est trop lui demander.

  3. MARY 16 septembre, 2018, 23:41

    En fait, sur la photo, on voit une belle brochette d’écologistes pragmatiques. Car, dernière trouvaille des conseillers en communication, la distinction entre écologistes pragmatiques encore appelés écologistes réalistes et les écologistes utopistes encore appelés parfois plus méchamment écologistes intégristes. Par exemple Nicolas Hulot depuis sa démission est un écologiste utopiste et Sébastien Lecornu un écologiste ( il se dit tel depuis sa nomination) mais un écologiste pragmatique. François de Rugy est très apprécié aussi pour son réalisme et son pragmatisme.
    Prenons deux exemples simples . 1) Le projet Europa City qui va manger 300 ha des meilleures terres agricoles d’ Ile de France, des terres limoneuses, pour construire une immense zone commerciale de 500 boutiques avec parc à jeux dont une piste de ski artificielle, un parc aquatique climatisé, bureaux et parkings .Si vous êtes contre parce que vous pensez qu’il y a mieux à faire avec une telle somme d’argent pour concilier la lutte contre le réchauffement climatique et la satisfaction des besoins sociaux, vous êtes un écologiste intégriste. Mais si vous pensez qu’un tel projet mérite d’être défendu, à la condition qu’il dispose de quelques sources d’énergie renouvelable qui ne l’empêcheront pas d’émettre autant de gaz à effet de serre qu’une ville de 140 000h, alors vous êtes un écologiste pragmatique car vous n’avez pas oublié les nécessités de l’économie ( sous entendu de l’économie telle qu’elle fonctionne ou dysfonctionne aujourd’hui)
    2) La mine d’or en Guyane. Pendant douze ans , on va tout dévaster jusqu’à 200 mètres de profondeur sur 8OO ha, arroser de cyanure et divers acides, broyer la roche etc…., Si vous y êtes favorable car cela permettra de récupérer 85 tonnes d’or même si une grande partie de la Guyane n’aura plus d’eau potable, on peut dire que vous êtes un écologiste positif . Oui, écologiste positif est un autre terme pour écologiste pragmatique . Nicolas Hulot est contre ce projet, c’est donc un écologiste négatif, intégriste mais Francois de Rugy qui est pour comme Macron ou Lemaire est lui un écologiste positif , pragmatique .
    En fait, l’écologiste pragmatique est pour qu’ l’on n’en entrave pas la logique de l’économie dite néo-libérale mais qui n’est en fait ni néo, ni libérale. C’est en cela qu’il est positif ( il ne s’oppose pas) et qu’en fait il n’est pas plus écologiste que moi évêque comme dirait l’autre. L’écologiste intégriste est méchant ( intégriste voyons!), il est négatif ( il s’oppose, quel crime même en démocratie que de s’opposer à la déesse économie) et il est utopiste ( non mais comme s’il pouvait y avoir une autre économie que la néo-libérale !)
    Tiens on pourrait parler du projet LGV qui vient de ressortir à ce propos

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.