Gilets jaunes. Une suspension ne serait pas un recul

Gilets jaunes. Une suspension ne serait pas un recul

L’attentat terroriste de Strasbourg pose question, outre son caractère infâme, aux gilets jaunes. Il divise quant à l’opportunité de poursuivre les manifestations de samedi, ou non. Une partie d’entre eux, non négligeable, opte pour une poursuite du mouvement tandis que l’autre partie admet volontiers le principe d’une pose. Quel serait le bon geste pour que les français continuent d’apprécier et soutenir le mouvement?

Le gouvernement lance un appel pour que samedi soit une journée de pose. Il n’est pas le seul. Il ne s’agit d’interdire les manifestations, seulement de laisser la police sur un autre terrain d’action, celui de la recherche du tueur de Strasbourg. Les forces de l’ordre sont épuisées suite aux quatre samedis de maintien de l’ordre dans les conditions de nous savons. Cette pose ne serait pas un recul ni un abandon des revendications. Si les gilets jaunes acceptaient une suspension, ils seraient applaudis de part et d’autre.

Il n’y a pas qu’un âne qui s’appelle Martin

Les injures envers les gilets jaunes ne font qu’entretenir un climat de haine. Il est étonnant, par exemple, que l’ancien maire de Louviers, aujourd’hui en retraite dans le sud de la France, se lance dans des colères mesquines envers les gilets jaunes. D’abord par le mépris. Il les appelle les « Gilles & John« , via son compte Facebook, qui commettent des agressions racistes et homophobes, s’attaquent aux journalistes, et veulent la démission du Président. Ils exigent de défiler place de la Concorde en souvenir du 6 février 34 et des ligues factieuses? Bref, ils veulent imposer la dictature de la rue. Franck Martin, puisque c’est de lui qu’il s’agit, prend la précaution d’ajouter « Bien entendu l’immense majorité des G&J n’ont pas de projet fasciste organisé et ne sont pas des fachos. Mais il ne manque qu’un Adolf pour organiser leur colère ». Le mal est fait. Curieux pour un ancien élu d’être à ce point expéditif et borné. N’a-t-il jamais appris que dans tout mouvement, politique, syndical ou autre, il y a toujours eu quelques têtes brûlées, mais qui ne constituent l’essentiel du groupe. L’ancien maire de Louviers s’ennuie dans sa retraite lointaine, alors il tape sur son clavier quelques âneries pour passer le temps. Il est permis de le penser à la lecture de ses diatribes. Dommage pour lui. Il fut un temps où il était mieux dans ses baskets…


Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.