Gilets Jaunes. La nébuleuse des casseurs

Gilets Jaunes. La nébuleuse des casseurs

Le (mauvais) spectacle était permanent. Images des télés en continue, distribuées dans le monde entier avec mélange des genres. Qui était casseur et qui ne l’était pas? Confusion entretenue par le ministre de l’Intérieur qui mettait l’accent sur les irresponsables violents en prenant le soin de ne pas oublier les vrais gilets jaunes, mais en trainant davantage les pieds. Au-delà de la dure réalité qui a fait de « La plus belle avenue du monde » le plus vaste champ de bataille d’Europe l’espace d’une journée, une question s’impose « qui sont, réellement, les casseurs?

Sur l’écran d’une chaine info apparait un jeune, visage, en partie, dissimulé. Face caméra il n’y va pas par quatre chemins « Moi je n’ai rien à voir avec les gilets jaunes. Je suis venu ici pour casser…je suis dans une banlieue où je n’ai jamais rien eu…pas de boulot…la galère depuis que je suis né ».

Le ministre pas très convainquant

Auparavant, le ministre de l’Intérieur affirme « Des casseurs de l’ultradroite« . Explicitement, il pointe Marine Le Pen. Il est possible que des militants du Rassemblement National se soient greffés à la manifestation, mais ont-ils, réellement, participé à la casse? Christophe Castaner, que l’on imaginait plus subtil, a, semble-t-il, entretenu la confusion sur les fauteurs de troubles.  Il n’a pas échappé au ministre que ces casseurs s’immiscent régulièrement dans les manifestations, y compris celles des syndicats et partis politiques, pourtant bien organisées et encadrées. L’un des derniers exemples est la manifestation du 1er mai dernier. Alors, ultradroite et ultragauche sans doute, mais pas seulement. Alors, qui sont les casseurs, réellement? D’où viennent-ils? Existe-t-il d’autres pistes possibles, sur leurs motivations?

Nombre de manifestants en baisse ne signifie pas la fin des revendications

L’autre élément sur le fond de la manifestation des gilets jaunes, est la façon dont le ministre de l’Intérieur insiste sur la participation en baisse par rapport au samedi 17 novembre. Il y revient à plusieurs reprises et tente de faire croire que les revendications des gilets jaunes se réduisent automatiquement avec la baisse des participants. Cela n’a, évidemment, aucun rapport. Les participants du 17 novembre peuvent être fatigués de passer des heures et des heures sur des barricades, ronds-points et autoroutes. Mais cela n’altère en rien leur volonté d’être entendus. Les manifestations peuvent s’estomper avec le temps, mais l’attente restera. 77% des français, disent les études d’opinion, soutiennent les gilets jaunes. Le gouvernement n’aura la paix qu’avec la résolution des difficultés. Les sorties des gilets jaunes deviendront sporadiques, spontanées et entretenues dans le temps…jusqu’aux prochaines élections, le seul rendez-vous qui vaille, avec résultats recherchés.

Élus menacés

En marge des manifestations, des députés LREM ont été menacés par des gilets jaunes, dans divers départements. Ce ne sont plus des casseurs mais de vrais gilets jaunes. C’est la part d’ombre du mouvement. Ces personnages discréditent leur message initial, indépendamment de la nature répréhensible devant la loi, de leur geste. Ceux-là n’ont plus rien à faire au sein d’une majorité de gilets jaunes, femmes et hommes responsables.

Categories: France

Comments

  1. Ben Oït 4 décembre, 2018, 15:06

    Zébulon, je partage votre analyse de la situation actuelle voire de la chienlit pour paraphraser De Gaulle! Je suis surpris par la cécité et la surdité de notre Président qui s’est enferré dans une sorte de mépris ou d’indifférence vis à vis de la colère d’une grande partie des Français. Gouverner nécessite de prendre conscience des difficultés quotidiennes de beaucoup de citoyens, essayer d’être le plus équitable. Je suis inquiet de la tournure des événements car malheureusement j’ai l’impression que certains individus ne désirent que le chaos, sont haineux, dans l’irrespect le plus total. Il faut absolument essayer d’endiguer cette colère plus ou moins légitime et souvent manipuler par quelques revanchards qui veulent « s’offrir » un troisième tour dans la rue. Beaucoup d’élus n’ont pas l’attitude digne que leur mandat « impose ». Etre dans la surenchère est démagogique, facile, malhonnête. Je hais la violence elle est destructive. Dommage que l’on n’écoute pas plus Jean Lassalle qui libre de toute doctrine d’un parti sait écouter et entendre les Français les plus humbles et les plus fragiles!. Ce n’est pas celui qui fait le plus de bruit qui a raison.

  2. zébulon 3 décembre, 2018, 17:20

    Rien qu’à lire les messages, propositions faites sur un réseau social par quatre groupes différents cela donne froid dans le dos. En effet certains prônent d’envahir les chaînes de télévision dans ce qu’ils appellent « L »acte V » le 08 décembre », à casser des forces de l’ordre, de faire des actions en banlieue parisienne, à manifester avec un drapeau blanc (se référant à des conventions de Barcelone, etc.) pour être respecté par la force publique. Il y a pour certains de la haine, de la violence. Les réseaux sociaux demandent dans leur règlement interne de ne pas avoir de discours de haine, de provocation, d’appel à la violence dans les commentaires. OK la liberté d’expression est brandie, elle est bousculée certains demandent des censures, d’autres réclameront cette liberté qui est fondamentale mais quelles sont les limites? Y en a t’il ? On n’est pas sorti de l’auberge !

  3. patrick venturini 2 décembre, 2018, 23:10

    Ras le bol de ces mouvements e t des casseurs : ils se trompent de cible .
    Beaucoup de travailleurs ne se reconnaissent plus dans ces troupeau de sauvages .
    Certes Macron n’es t pas toujours facile dans ses réformes mais ce n es t pas la bonne méthode pour contester .
    Vous avez voté pour lui alors assumez !!!!!!!

  4. Pascal Demoriane 29 novembre, 2018, 16:05

    A propos de casseurs autour des Gilets jaunes, nous voyons maintenant, après deux semaines de mouvement informel mais ouvert, transpolitique, transclasses et quasi unanimement approuvé, arriver un vieux profil de casseur professionnel clivant en la personne de M.Mélenchon, qui après avoir fait mine de le soutenir, ne trouve rien de mieux à faire que des purges chez lui, de se crisper sur sa vieille gauche sectaire des clivages doctrinaux stériles.
    Il a sans doute dû trouver ce mouvement troublant parce que trop blanc pour s’y ouvrir réellement, avant de faire son marketing politique métissé pour les élections.
    Indécrottable. L’antiracisme gauchiste de la FI est bien une obsession raciale clivante capable de distinguer entre les nuances de jaunes pour y semer la zizanie.
    Raté M. Mélenchon, chez nous il n’y a pas de couleurs parce qu’il y a toutes les couleurs sous les gilets et on se purgera très bien de vos minables et inavouables calculs socio-ethniques le moment venu.

  5. HACHET 28 novembre, 2018, 22:30

    Lu dans Paris Normandie du 27/11 : » les garde à vue des 103 suspects nous apprennent qu’il y avait bien des sympathisants d’extrême droite mais également des militants d’extrême gauche et des casseurs « d’opportunité ».
    Et dans Paris Normandie du 28/11, sous la plume de Sophia Chirikou, ex directrice de campagne de J’ean Luc Melenchon , relativement aux journalistes : « leur niveau de corruption mentale, leurs mensonges et la desinformation qu’ils nous imposent, sont autant d’éléments qui justifient la colère. »
    P.H

  6. zébulon 26 novembre, 2018, 07:50

    Ce qui est surprenant, enfin pas du tout, c’est que l’esprit républicain que revendiquent partis politiques, syndicats lors des attentats fait pschitt dans le conflit actuel ! Étonnant, enfin pas du tout, le discours de Marine Le Pen qui s’étonne que l’on autorise les manifestations publiques lors de la coupe du monde, du 14 juillet, du jour de l’an sur les Champs-Elysées : certes mais en qualité d’ancienne avocate fait-elle la différence entre une manifestation festive et une manifestation contestataire ? Côté médias surprenant duplex par une jeune journaliste sur BFM TV près de la Place Charles de Gaulle qui ne connait pas le nom de l’avenue de la Grande Armée , qui quelques instant plus tard donne la parole à un individu qui fume un joint en ayant des propos dénoncés par le présentateur en plateau l’intervention étant finie.Que dire des commentaires sur les chiffres des uns des autres, de minorer les incidents, le nombre de manifestants, etc; Personne ne dit que tous ces dégâts vont alourdir la note fiscale que tous allons payer. Manifester oui casser non. Par contre il serait intéressant de savoir qui sont réellement les « représentants » des gilets jaunes invités en plateau ? Qui représentent-il ? Personne n’a voulu voir venir ce mouvement, personne n’a voulu anticiper et maintenant que faire ? Alors faute de réponse on s’en prend aux journalistes, aux élus locaux, aux commerces mais cela ne fera pas avancer les choses à mon avis. Alors vouloir comparer 2018 avec 1968 cela est ridicule car la situation n’est pas la même, le chômage, la consommation, les crédits. Très peu de personnes avaient les moyens d’avoir un véhicule, la télé, le téléphone, de partir en vacances hors famille, etc. il serait bon que certaines élites descendent sur terre et essaie de vivre comme certains de nos concitoyens qui n’y arrivent plus, qui dorment dans la rue, vont à la banque alimentaire, sont surendettés pour certains, au chômage, Alors dire on vous entend,on vous écoute mais surtout à la veille de Noël n’allez pas leur dire de traverser la rue pour aller à la maraude; d’appeler le 115, que vous allez créer encore une n ième commission, qu’ils ont 20 euros de plus sur leur salaire avec la baisse des charges, etc. Ce que veulent les français c’est pouvoir manger, dormir, se chauffer, aller au travail alors les élus de la majorité arrêtez d’aller sur les plateaux de télé pour énumérer ,comme un opérateur de plate-forme téléphonique, la liste des aides actuelles qui ne correspondent pas à l’attente des français.

  7. laulau274 25 novembre, 2018, 18:53

    les gilets jaunes ont bien raison et on doit continuer,
    l état est dirigé par 2 branquignols, macron et philippe, un socialiste déguisé et un ancien LR, cela ne fonctionne pas, c’est un gag
    l etat de grace  » députés en marche  » est fini, enlevez les masques les socialos,
    depuis 2008 rien de neuf à l horizon
    même l ecologie devient punitive, et la france est toujours championne du monde de l invention de taxes

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.