François Baroin est devenu « vieux »

François Baroin est  devenu « vieux »

Personne chez « Les Républicains » n’a voulu prendre en charge l’organisation des élections législatives. Alors, la mission a été confiée à François Baroin, l’ex-« bébé Chirac », devenu sarkozyste, puis filloniste. Le Maire de Troyes faisait figure, il n’y a pas si longtemps, de jeune Premier de la droite capable de reprendre le parti pour faire pièce à la République En Marche. Hélas, le nouveau Président a pris tout le monde de vitesse en refondant l’ancien système. En l’espace de quelques semaines, Baroin est devenu « vieux » et « dépassé ».

Nicolas Sarkozy, pendant la campagne de la présidentielle, voulait l’imposer pour remplacer François Fillon en cas de retrait de ce dernier en raison de ses affaires, face à Alain Juppé. Il n’en fut rien, le candidat de la droite et du centre préféra une défaite annoncée plutôt que se retirer. On connait la suite…

Depuis cette période récente, François Baroin pensait devenir le vrai leader « Les Républicains » et misait, après la défaite de François Fillon, sur une victoire aux législatives. Dans son plan de bataille, le maire de Troyes n’avait perçu l’entrée en force du Mouvement En Marche, ni la composition du gouvernement. Aujourd’hui, il entrevoit un avenir bien terne pour son parti. L’ancien ministre de Sarkozy et Chirac n’a plus que de vieilles recettes à proposer. Son tempo s’est figé aux années 2 000 et le programme de Fillon, même lourdement amendé Eric Woerth, est resté positionné sur le clivage gauche-droite qui perdure depuis 40 ans…Depuis quelques semaines, le projet Fillon s’est enrichi de promesses fiscales à faire pâlir les plus à gauche de la gauche: retrait du projet d’augmentation de 2% de la TVA, baisse de la CSG, baisse de l’impôt sur le revenu de 10% pour tout le monde et la défiscalisation des heures supplémentaires. L’on se demande pourquoi le parti Les Républicains n’a pas pensé à ces généreuses propositions à l’origine du projet. Si cela ne s’appelle pas de la démagogie, alors de quoi s’agit-il?

François Baroin, 52 ans pour l’état civil, est devenu un « vieux » de la politique. Son long parcours ne plaide pas en sa faveur. Il représente, désormais, ce qu’une majorité de français rejette: vieilles ficelles, vieux comportements, vieilles querelles partisanes, vielles méthodes de gouvernance. Face à lui, une équipe plus moderne et efficace, c’est ce qui apparait comme un parcours sans faute depuis l’élection d’Emmanuel Macron, composée de femmes et d’hommes, venus de tous horizons. Ce n’est nullement un mariage de la carpe et du lapin, mais une association d’idées nouvelles et, en tout, cas, en rupture après le passé ancien et plus récent.

L’ancien ministre RPR, UMP et Les Républicains, en même temps n’est pas, politiquement, un perdreaux de l’année. Son CV politique se compose d’une liste impressionnante de postes, charges et mandats: député de 1993 à 2014; maire de Troyes depuis 1995, plusieurs fois ministre à partir de 1995, secrétaire national du RPR, UMP et Les Républicains, diverses charges locales depuis 1995, président de l’association des maires de France depuis 2014, sénateur depuis 2014.

Très peu probable que le parti obtienne la majorité le 18 juin prochain.

 

 

Categories: France

Comments

  1. Zébulon 25 mai, 2017, 07:22

    serait-ce, pour lui, un « barouin »d’honneur cette législative ?

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.