Face-à-face. Pour dimanche soir, Emmanuel Macron choisit le bras-de-fer

Face-à-face. Pour dimanche soir, Emmanuel Macron choisit le bras-de-fer

Jeudi dernier Emmanuel Macron a été interrogé par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. Une promenade de santé, dans un terroir normand…Dimanche soir, ce sera une autre paire de manches. Emmanuel Macron aura face à lui deux « parias » de l’information. Le premier, Edwy Plenel, patron de Médiapart, média numérique qui ne traite jamais l’information désuète, de complaisance, inaugurale, ou de salon. Le second, Jean-Jacques Bourdin, journaliste chevronné chez RMC et BFM-TV et dont la spécialité est l’interview-interrogatoire, se fait fort d’ébranler le Président. Les deux ténors de l’info vont, peut-être, passer un mauvais moment.

La bande-annonce diffusée en boucle depuis le début de la semaine sur BFM et RMC, par la voix de Jean-Jacques Bourdin, ne laisse aucun doute sur la volonté du journaliste de « ce faire Macron ». Le journaliste jubile. S’il met à mal le Président de la République, ce sera son trophée jusqu’à la fin de sa carrière et réussira ensuite à en écrire un livre. C’est ainsi. Jean-Jacques Bourdin est avant tout soucieux de son impartialité, croit-il, envers n’importe quel politique et le rappelle quotidiennement. Sur les réseaux sociaux, c’est partagé. A l’antenne RMC, JJB en fait des tonnes. Difficile de cerner sa vraie part de professionnalisme et de donneur de leçon. Il est capable d’être à la fois empathique et antipathique. Son côté tordu: chercher à mettre en difficulté l’interviewé avant toute autre analyse de fond. Côté sincère: il respecte ses invités quelles que soient leurs tendances politiques. Vu sous cet angle, il est impossible de lui coller une étiquette politique. Emmanuel Macron ne va, probablement pas, tomber dans les filets de Jean-Jacques Bourdin.

Edwy Plenel, c’est une autre affaire. Le journaliste, ancien patron du Monde, est avant tout un professionnel de l’investigation. Son métier est de tendre un miroir devant le visage des femmes et hommes politiques, pour qu’ils se voient et s’interrogent sur leur propre responsabilité que lui a confié le peuple. EP se moque des couleurs politiques. Médiapart est le journal le plus éloigné de l’information spectacle. La vie des stars de la chanson, du Music-hall, du cinéma, n’est pas son affaire. Médiapart informe sur l’essentiel, invite le lecteur à observer différemment sous des angles inhabituels, à réfléchir au fonctionnement du pays et du monde, à interpeler sans vociférer, montrer. Ensuite, au lecteur de se faire une idée, de l’infléchir et l’améliorer. Dimanche soir, Edwy Plenel ne va pas claquer des doigts face au Président de la République. Il va tenir sa place pour questionner le Président. Les sujets importants sont nombreux: la Syrie et les évènements d’hier, les foyers de contestations qui perdurent. Mais pas seulement. Les interrogations sur la marche du pays avec sa plongée dans un libéralisme débridé, loin des fondamentaux de la 5ème République. L’attente des français qui souffrent, de la jeunesse qui espère et des retraités qui désespèrent. Les mille feux qui ravagent le secteur sanitaire, de l’enseignement, de la fonction publique, des territoires abandonnés…..

Qui peut dire, à quelques heures du débat, que le Président de la République va se laisser entrainer sans réponses adaptées aux assauts des deux journalistes, lesquels, ce soir, vont se déchainer?

 

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.