Évreux, manifestation de 800 gilets jaunes

Évreux, manifestation de 800 gilets jaunes

Flash. Le rassemblement a débuté ce matin vers 10h. Des gilets jaunes du département convergent peu à peu vers Évreux. La préfecture estime leur nombre à 800. Selon elle, aucune déclaration préalable n’a été effectuée. Les manifestants entament une déambulation vers le centre ville et s’arrêtent devant la Banque de France où des dégradations sont commises. Ils prennent ensuite la direction du boulevard Georges Chauvin et tentent d’accéder à la préfecture. Les forces de l’ordre présentes les en empêchent et c’est le début d’affrontements avec lancements de projectiles. la riposte se fait à coups de jets de grenades lacrymogènes dans le but d’une dispersion. Les gilets jaunes tentent, alors, de rejoindre un autre accès à la préfecture et de nouveau sont stoppés par la police. Ils mettent le feu à diverses poubelles. Les locaux de la police municipale ont été envahis, puis dégagés. Le préfet, dans un communiqué, dit déplorer ces actes de violences.

Mise à jour 22h10. Suite à la mise en cause du préfet par le maire d’Évreux, la préfecture fait parvenir aux journalistes le communiqué suivant:

Évreux, le 26 janvier 2019

Le maire d’Évreux et son adjoint en charge de la sécurité ont critiqué la stratégie de maintien de l’ordre mise en œuvre pour contenir les manifestations de plus de 800 gilets jaunes le 26 janvier 2019 à Évreux.

Le préfet souhaite ramener de la sérénité et appelle chacun à la raison. Il s’étonne d’entendre que la préfecture aurait été privilégiée au détriment du centre-ville alors même que des bâtiments de l’État ont été attaqués.

Un dispositif adapté et prenant en compte des effectifs mis à disposition avait bien été mis en place. Toutefois, le préfet déplore des dégradations commises à l’endroit de bâtiments de l’État (bâtiments préfectoraux, Banque de France, etc.), de bâtiments municipaux, voire de commerces et les condamne fermement

En matinée, les manifestations se sont déroulées dans le calme jusqu’à l’arrivée du cortège à hauteur de la Banque de France, puis de la préfecture où il y a eu des dégradations et affrontements entre gilets jaunes et forces de l’ordre avant que le calme ne soit ramené. En début d’après-midi, entre 300 et 400 gilets jaunes se sont à nouveau rendus devant la Mairie, place sur laquelle ils s’étaient réunis à plusieurs reprises. Certains d’entre eux ont alors, soudainement, pénétré dans les locaux de la police municipale d’Évreux.

Les effectifs de la police nationale ont été déployés au plus vite afin de faire évacuer les manifestants qui avaient envahi les locaux de la police municipale.

Ils ont été renforcés, par des fonctionnaires de police supplémentaires et les gendarmes de l’escadron de gendarmerie mobile afin de disperser les manifestants qui avaient dressé des barricades, y avaient mis le feu, feu qui s’est propagé à deux véhicules.

Le maire d’Évreux lui-même, le 27 novembre 2018, lors de sa rencontre avec les gilets jaunes au rond- point Cocherel avait appelé à bloquer la préfecture et avait ajouté s’agissant de la police municipale « Si bêtement, vous décidez de bloquer la police municipale, ou en tout cas les ASVP et que moi j’oublie d’intervenir, ça ne gênerait personne et ça peut être visible… Si vous êtes à cinq pour bloquer la police municipale, mes gars ne sortiront pas. Si vous le faîtes, je ferai semblant de ne rien voir ». Un rappel à la loi avait été prononcé par la Procureure de la République à la suite de ses propos.

En dépit de ses déclarations, la préfecture a tenu à mobiliser immédiatement les forces de l’ordre pour porter secours à la Police Municipale.

Par ailleurs, alors que la manifestation était annoncée depuis plusieurs jours, il avait été demandé à l’adjoint au maire chargé de la sécurité et aux services municipaux de procéder à l’enlèvement de tout objet pouvant être utilisé. Force est de constater que des barricades ont pu être dressées grâce au matériel des différents chantiers situés autour de la mairie, matériaux qui ont également servi de projectiles à l’encontre des forces de l’ordre.

S’agissant des commerces, ils ont été préservés par l’intervention des forces de police. Il n’est à déplorer que deux incidents en centre-ville avec les protections mises en place par une agence bancaire qui ont été arrachées et la vitrine d’un salon de coiffure qui a explosé sous l’effet de la chaleur d’un feu.
Le centre commercial CORA a, quant à lui, fait l’objet d’une tentative d’intrusion.

Les effectifs de police et les militaires de la gendarmerie nationale sont restés mobilisés jusqu’à la dispersion totale des manifestants qui ont continué leur déambulation dans les rues d’Évreux jusqu’à vingt heures.

Le préfet salue le travail de tous les fonctionnaires de police et militaires de la gendarmerie qui ont œuvré toute la journée pour contenir des manifestants déterminés à en découdre.
Aucun blessé n’est à déplorer. 12 personnes ont pu être interpellées.

Categories: Evreux

Write a Comment