Evreux, Jean-Pierre Nicolas livre son histoire politique

Evreux, Jean-Pierre Nicolas livre son histoire politique

Son livre est paru en juin et des séances de dédicaces sont organisées en divers points du département. « L’Eure de Vérité, un parcours politique inattendu », tel est le titre de l’ouvrage de l’ancien maire d’Évreux et député de la 2ème circonscription. D’aucuns parlent de règlements de comptes. Pour Jean-Pierre Nicolas c’est d’abord le récit d’une expérience politique qu’il a décidé de dévoiler tant il y a découvert jusqu’où des politiciens professionnels pouvaient aller pour arriver à leur fin. Récit sans concession étayé par des notes annexes.

L’on comprend mieux aujourd’hui pourquoi Jean-Pierre Nicolas, du temps où il était élu, avait une aussi mauvaise presse de la part des médias et surtout de ses collègues UMP. En lisant la « vérité » de l’ancien député, indéniablement certains « ténors » se sont servi de lui, lui laissant « la sale besogne » et tirer les marrons du feu. Le livre dévoile anecdotes, mais aussi chausse-trappes, manigances, trahisons. En résumé, Jean-Pierre Nicolas a été une sorte de dindon de la farce. Entre  ténors et petits marquis, avides de mandats, il a été le paillasson sur lequel on s’essuyait les bottes. Faut-il croire cette « vérité »? Il y a un début de réponse: personne n’a attaqué l’auteur en justice…

Le livre comporte du croustillant, ce qui tend parfois à sourire. Mais il traite aussi de comportements, d’élus et responsables de l’UMP de l’Eure, que l’on n’imaginait pas. Parfois, Jean-Pierre Nicolas nous entraine dans une sorte de danse de Saint-Guy: un pas en avant, deux pas en arrière etc. Ouvertement, il voue une admiration particulière à Jean-louis Debré pour ensuite se plaindre de son « double-jeu et ses trahisons ». Il s’étonne lorsque lors d’une réunion avec des élus UMP, Debré, montant sur ses grands chevaux, leur clame « sans moi vous n’êtes rien!« . Pour la petite histoire, personne ne lui a rétorqué « Et vous, Jean-Louis Debré, sans Chirac que seriez-vous?« . Cette distanciation est assez surprenante. Crainte ou respect envers une certaine noblesse d’État?

Mais, la grande bagarre interne, intestine, qui fit beaucoup de dégâts est celle qui l’opposa, en 2013-2014, à Bruno Le Maire et Guy Lefrand. Un imbroglio incompréhensible pour les ébroïciens et les électeurs. A ce jeu, Jean-Pierre Nicolas ne pouvait que perdre. La partie était inégale. L’énarque ancien ministre, évoluant dans la cour des grands avec passages à la télévision et à la radio de manière permanente, ne laissait aucune chance à l’ancien ingénieur d’EDF-GDF, entré en politique par hasard, localement. Le récit de cette séquence municipale à Evreux est riche d’enseignement…

Jean-Pierre Nicolas a eu d’autres antagonismes avec, notamment, un directeur de Cabinet de Jean-Louis Debré à la mairie d’Évreux. L’homme prétendait continuer de faire travailler sa société avec la ville. Incompatibilité avec sa charge auprès du maire. Jean-Pierre Nicolas avait dû faire intervenir Debré pour que la manœuvre cesse. Le même personnage s’est retrouvé en 2014 sur la liste de Guy Lefrand, mais s’était retiré avant le premier tour des municipales. Des incongruités, manip, manœuvres, tours de passe-passe. Tout ce qui éloigne, de jour en jour, le citoyen de la politique….

Le livre de l’ancien maire d’Évreux est salutaire. Il remet les choses à leur juste place. S’il y avait un autre reproche à faire à l’auteur, ce serait « pourquoi avoir attendu pour dénoncer ces pratiques? Ne fallait-il pas le faire au moment des faits? Cela pourrait ressembler, en effet, à une sorte de petite vengeance. Toutefois, le livre explique bien qu’il n’en est rien.

Enfin, l’auteur évoque une dernière réalité qui pourrait se résumer ainsi « ceux qui tiennent le haut du pavé, aujourd’hui, verront la tendance s’inverser. A leur tour ils subiront les affres et le cynisme de nouveaux venus qui leur indiqueront, sans ménagement, la porte de sortie ».

L’ouvrage de Jean-Pierre Nicolas est préfacé par Antoine Rufenacht, ancien maire du Havre, ancien député RPR, ancien ministre de Jacques Chirac (directeur de sa campagne présidentielle de 2002) et actuel responsable dans l’organigramme « Les Républicains ».

Categories: Evreux

Comments

  1. Pace27 20 août, 2015, 06:21

    Comme Fabrice Lemesle il faut reconnaître que Jean-Pierre Nicolas a eu une carrière professionnelle respectable ainsi que son parcours de député. Par contre il a eu un ego qui a l’a amener à se faire des ennemis, se faire détester. J’ai des souvenirs où JPN voulait toujours être sur les photos, les images, être interviewer par les médias. Un forcing qui n’était surement pas du gout des journalistes, de certains je pense. Si tout se paie tôt ou tard. Il a eu une impopularité et effectivement c’est sur ce point qu’il a été jugé plutôt que pour son bilan comme le dit justement F. Lemesle. L’amitié existe mais pas en politique milieu qui s’intéresse surtout à vous que pour servir de fusible, pour être admis dans une région, un département, une commune avec vos relations. Je pense qu’il pensait aussi qu’il ne pensait pas que l’oubli de certains élus avec lesquels il avait collaboré, qu’il avait aidé pour certains puisse arriver. La politique est féroce, il n’y a pas de place pour les gentils, c’est un milieu où la franchise n’est pas la première de qualités requises et encore moins la parole. Mais dans la vie seuls les vrais amis qui sont là sont ceux qui ont toujours étaient avec vous dans les moments les plus difficiles de la vie privée, professionnelle et non les arrivistes, carriéristes, opportunistes. Il y aurait pu y avoir une « dynastie politique » dans la famille Nicolas avec son épouse Catherine qui fut députée, conseillère générale, conseillère municipale, leur fils mais nous ne sommes pas aux USA car de ce côté il y a eu de sérieux ratés avec l’échec de son épouse dans sa réélection à ses mandats. Jean-Pierre Nicolas en écrivant et publiant ce livre fait une sorte de thérapie qui va, et je l’espère, lui permettre de tirer un trait sur cette période, de rebondir autrement, de profiter des siens car comme tous il a des qualités, des défauts mais lui comme son épouse sont humains, simples contrairement aux apparences.

  2. fabrice Lemesle 19 août, 2015, 17:10

    Même si j’ai moi-même été égratigné dans son ouvrage, j’estime que ce navrant livre règlement de comptes auquel je ne souscris absolument pas, comporte néanmoins quelques portraits de « proches » pas si éloignés de la réalité que j’ai connue à mon niveau. Personnalités diverses (collaborateurs, élus…) que j’ai aussi cotoyées pendant toutes ces années en tant que journaliste puis comme directeur de la communication de la ville d’Evreux, où il fallait beaucoup « jongler » entre Jean-Louis Debré, son adjoint aux finances, Jean-Pierre Nicolas et son grand ami directeur de cabinet, David Laborie, avec qui les relations ont été très tendues dès le début, pour ne pas dire plus! Ma disgrâce n’est probablement pas étrangère (en partie) à mon hostilité profonde sur l’attribution d’un contrat concernant la création d’un site internet de la Ville.
    Il faut bien reconnaître par ailleurs que JPN (dont la carrière professionnelle est tout à fait respectable tout comme son parcours de député) a tout fait ou presque pour se faire détester. Ce qui se paie naturellement tôt ou tard. Il a surtout payé pour son impopularité plutôt que pour son bilan. Il faut aussi savoir ne pas faire le combat de trop, erreur commise quelques années plus tôt par l’un de ses prédécesseurs, Roland Plaisance, que je salue au passage.
    Je reprocherai davantage à ce « brûlot » et à son auteur d’avoir fait état de courriers personnels émanant de l’un de ses meilleurs amis (d’avant) dont je suis resté proche en dépit de mon éloignement géographique. L’amitié est encore un beau mot contrairement à la politique, milieu ingrat s’il en est et peu reconnaissant. Je pense avoir été bien placé pendant toutes ces années en tant que
    professionnel pour juger aussi de la grande facilité d’oubli de certains élus que vous avez « accompagnés »…et ce, quelle que soit leur couleur politique, car il y a des gens propres à gauche et à droite…et même au centre! Le sectarisme n’a jamais été ma tasse de thé…
    Fabrice Lemesle, ancien journaliste et directeur de la Communication de la ville d’Evreux et depuis quatre ans commerçant au Havre.

  3. Mathieu LE SIRE 19 août, 2015, 16:19

    Un très bon article de José Alcala !

    Je renouvelle mon soutien total et sans condition à Jean pierre Nicolas et encourage chacun à lire ce livre qui résume parfaitement les petites combines locales de quelques personnes avides de pouvoir prêt à tout pour réussir.

    Le soi disant renouveau de la politique est une façade ! Un slogan !

    Prestidigitateurs, ils nous donnent l’illusion alors que es coulisses sont bien pires qu’hier !

    Mais dans la vie chacun paie tôt ou tard sa malhonnêteté.

    Fidèlement

    Mathieu LE SIRE

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*