Europe, pourquoi aussi peu d’intérêt

Europe, pourquoi aussi peu d’intérêt

Demain, 7 mai, Emmanuel Macron aura bouclé ses deux premières années de Présidence. L’état des lieux, malgré des réformes réalisées, ne casse pas trois pattes à un canard — comme le disait Pierre Dac — Une parenthèse s’ouvre, en ce mois de mai, avec les élections européennes. Et l’on voit que la liste LREM semble ne pas faire mieux que Emmanuel Macron au premier tour, en 2017. Une indication qui montre le peu d’engouement pour l’Europe…Pour cette Europe-là.

Bilan en demi-teinte pour le Président de la République. Coté réformes, des résultats sont là mais pas ceux qu’espéraient les français, prioritairement. L’avènement des Gilets jaunes lui a quelque peu forcé la main, côté pouvoir d’achat. Le Grand Débat national n’a pas changé, fondamentalement, ce qu’en attendait une majorité de français. « Le vieux monde », que voulait balayer Emmanuel Macron, est resté intact voire plus pernicieux encore.

Bomber le torse avec 23%

Côté élections européennes, aucun espoir n’est visible à l’horizon. La liste du Président s’est lancée dans une danse du scalpe, contre les autres, parce que placée en tête par des instituts de sondages. Des taux plutôt peu rassurants, car avec 23% la liste de la majorité apparait comme une représentation bien rabougrie au sein du Parlement européen. C’est vrai, les autres listes sont dans une position bien pire. Cependant, en les additionnant, elles constituent une large majorité contre LREM. En terme plus concrets, les français rejettent majoritairement une Europe de la marchandise, libérale et gnangnan.

Ainsi, avec 23% LREM ne représente qu’un quart des français. Si l’on ajoute les 8% de la liste EELV, cela fait un petit tiers face aux deux tiers qui ne veulent pas de cette Europe-là.

L’Europe libérale et des lobbys

L’Europe rassemblée en Nations, avec un grand projet politique où seuls les politiques auraient la main sur sa gouvernance, n’est pas pour demain. Tout est fait pour conserver une Europe aux allures d’immense hypermarché, gérée par une Commission inapte laissant les lobbys agir à leur guise. En face, d’autres continents se bougent le derrière et n’auront, à terme, aucun mal à manger cette Europe-là.

Categories: Europe, France

Comments

  1. laulau274 17 mai, 2019, 13:08

    le drame, c’est que plus personne n ‘est intéressé par ce projet « europe » car le produit ne fonctionne pas tel qu on nous l ‘a vendu.(1957)
    passer de 6 à 28 a tué son fonctionnement.
    trouver une unanimité à 28 est quasiment impossible, donc cela devient ingouvernable.
    créer une monnaie unique pour sauver la face et faire croire que tout va bien , les peuples viennent de se rendre compte de la blague.
    les pecheurs estoniens ( mer baltique) et bulgares ( mer noire) votent contre un projet des pecheurs de l’atlantique ( pays bas UK belgique france espagne portugal) , donc trouver un projet cohérent est mission impossible, on marche sur la tête.
    alors on sauve les élections comme on peut, histoire de faire venir les électeurs, en trouvant des arguments locaux alors que les enjeux sont internationaux (européens).
    l abstention va encore sortir vainqueur…..

  2. José Alcala Author 14 mai, 2019, 16:57

    @ Nicolas
    Je n’arrêterai rien du tout. Qu’est-ce cette injonction? Ma liberté de journaliste et de simple citoyen ne s’arrête pas où commence la vôtre. Ai-je écrit que seule LREM est responsable des âneries politiciennes qui perdurent depuis 40 ans? Si vous avez cette impression c’est que à l’évidence vous ne suivez pas ce site régulièrement. Compulsez les archives et vous constaterez la réalité.
    Sur le fond, oui LREM reprend et poursuit sur le terrain de ses prédécesseurs, dans certains domaines. Les lobbys, c’est vrai, sont partout mais ne convient-il pas de faire le tri et de ne retenir que ceux qui recommandent des sujets d’intérêt général. Une seul exemple, mais il y en a des centaines: les lobbys des camionneurs lesquels ne veulent pas entendre parler du ferroutage, le transport par voie ferrée et non plus par la route. LREM, victime de ces lobbys, ne fera rien pour faire aboutir le projet. Pourtant François Bayrou, il y a quelques années, l’avait défendu…comprenne qui pourra. Les bienfaits du ferroutage sont innombrables: plus de rejets d’hydrocarbures dans l’atmosphère; coûts réduits de moitié; plus d’encombrements sur les routes; moins de morts. Ainsi, vos amis de LREM sont comme les autres pour avoir cédé à ces lobbys. Oui Monsieur, il y a des méchants et des gentils lobbys, mais il y a surtout des élus bouchés jusqu’au trognon.

  3. Nicolas 14 mai, 2019, 15:25

    Il faut arrêter de coller les lobbys à LREM. Les lobbys approcheront n’importe quel politique.
    Après c’est comme tout il faut faire des choix:
    Tel ou tel lobby. Et entre nous, les associations de défense des animaux sont des lobbys. Il n’y a pas de méchants ou gentils lobby, ou bien cela dépend de quelle coté de la barrière on se met.

Write a Comment