Eure, Village de Marques, décision le 10 novembre

Village 2La Commission Départemental d'Aménagement Commercial (CDAC) avait accepté, en juin dernier, le principe de l'installation d'un Village de Marques, du groupe McArthurGlen, sur la commune de Douains, jouxtant l'autoroute A13. Quatre recours avaient été déposés par les opposants du projet. C'est la Commission Nationale qui va se prononcer, le 10 novembre prochain.

Une première étape, favorable, avait bénéficié au groupe anglais McArthurGlen et aux défenseurs locaux du projet: consommateurs, élus, Chambre de Commerce de l'Eure et industriels de la région de Vernon. En face, des opposants déterminés portaient le fer contre cette implantation, considérée par certains de ces réfractaires comme "un montage financier destiné à remplir les caisses de fonds de pensions anglo-saxon". D'autres, chez les opposants, lançaient "le groupe McArthurGlen suscite un besoin, par avance, alors qu'il n' y a pas de demande affirmée de la part du consommateur. Le groupe invente, donc, un "besoin". Quatre recours ont ainsi été déposés devant la Commission Nationale d'Aménagement Commercial (CNAC), qui doit statuer le 10 novembre. Ce sont des fonctionnaires qui siègeront et non des élus et des personnes qualifiées à divers titres dans les professions commerciales. Ces quatre recours sont composés, d'une part, des villes d'Evreux, de Louviers, des Communautés d'Agglomération d'Evreux et Seine-Eure, ainsi que de Jean-Pierre Nicolas, député UMP de la 2ème circonscription. Le deuxième recours émane du Collectif de défense des commerçants d'Evreux, Louviers et une partie de Vernon. Le troisième recours est porté par la Fédération Française de l'Habillement, les Chambres de Commerce de Rouen, Elbeuf, Chartres et Versailles. Enfin, le 4ème recours est déposé par le Village de Marques, concurrent de McArthurGlen, de Clay-sous-Bois, dans les Yvelines. Le décor est planté et chacun apportera ses arguments devant la Commission National. Rien n'est joué. Du côté des défenseurs, parmi les arguments les plus solides figure la céation de mille emplois, promis par le groupe britannique. Par les temps qui courent, ce n'est pas rien. Les membres de la CNAC jugeront sur l'ensemble des pièces défendues par  toutes les parties.

Categories: Eure

Comments

  1. Philippe de Pacy 1 novembre, 2011, 12:51

    Il faut tout tenter pour combattre le chômage, y compris par la création de ce genre de commerce. Y aurait-il de bons et de mauvais emplois?

  2. Claude Balouet 30 octobre, 2011, 09:24

    Curieuse cette attitude chez les élus et décideurs économiques de votre région. Ils appellent de leurs voeux ce genre de structure commerciale qui est la règle première du système économique mondialisé, dont les effets ravageurs sont au coeur de l’actualité du moment. Si je lis bien, ce sont les emplois proposés qui argumentent leur positionnement. Il y a de sérieuses chances qu’ils déchantent, ensuite, de leur enthousiasme empressé. Curieuse, enfin, cette propension à s’extasier devant un joujou aux mille feux scintillants, comme dans les contes des Mille et une Nuit, sur un mode Hollywoodien largement dépassé.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.