Eure, le préfet d’accord pour l’intégration de Saint-Aubin-sur-Gaillon à SNA

Eure, le préfet d’accord pour l’intégration de Saint-Aubin-sur-Gaillon à SNA

Thierry Coudert, le préfet de l’Eure, vient de signer l’arrêté (lire ci-dessous) autorisant la commune de Saint-Aubin-sur-Gaillon à intégrer la Communauté d’Agglomération « Seine-Normandie-Agglomération » et de quitter ainsi la Communauté de Communes Eure-Madrie-Seine à laquelle elle appartenait depuis l’origine. (Voir les deux articles et vidéos précédents). Le représentant de l’Etat s’appuie sur le vote du conseil municipal de Saint-Aubin et de celui de SNA, mais ne tient compte du vote contraire de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale, de lundi dernier, pas plus que de celui de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure qui a voté, à l’unanimité, la fusion intégrale de Eure-Madrie-Seine.

A quoi sert la CDCI, même si elle est un organe consultatif? En l’espèce et sur ce cas précis, à s’asseoir dessus. C’est ce que vient de faire Monsieur le préfet de l’Eure. Les diverses collectivités sont-elles traitées à égalité, ou certaines ont-elles plus de poids que d’autres? (poids politique évidemment) Le préfet de l’Eure s’assoit aussi sur certaines d’entre d’elles, à priori. Sinon pourquoi, alors, le préfet réunit la CDCI sachant d’avance la décision qu’il allait prendre et pourquoi a-t-il donné la parole aux différentes parties afin qu’elles puissent exprimer et défendre leurs argumentations? Monsieur le préfet ne fait-il pas perdre du temps et de l’argent? Certes, il est en droit de prendre cette décision mais pouvait aussi en choisir une autre avec les mêmes raisons dans l’autre sens: volonté d’habitants de la commune de Saint-Aubin à travers une pétition de 700 signatures, vote largement majoritaire d’élus de la CCEMS (Seine-Madrie-Eure) et vote unanime de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, en faveur de la fusion au 1er janvier 2018 de la totalité des communes de la CCEMS. Donc, deux poids, deux mesures. La décision de Thierry Coudert, si elle n’est illégale, semble disproportionnée et ambigüe.

Ce soir, les réactions sont nombreuses. D’abord, l’Assocation-pour-le maintien-de Saint-Aubin-sur Gaillon-dans-la-CCEMS diffuse un communiqué de colère, lire plus bas. D’autres subodorent des raisons sur l’attitude du préfet, « c’est une décision de copinage, Lecornu a toujours été à la manoeuvre dans cette affaire, le préfet et lui se sont côtoyés dans des cabinets ministériels, alors…!?. … »Le préfet ne peut refuser une décision d’un Secrétaire d’Etat… »Lecornu profite de son poste de sous-ministre pour imposer la manip au prefet »…Des réactions en chaine, aussi, d’élus qui trouvent la situation malsaine. L’un d’eux au téléphone sous-couvert d’anonymat: « Lecornu et le petit groupe ex-Les républicains ne resteront pas au gouvernement durant tout le quinquennat. D’autres les remplaceront, tout comme le préfet Coudert qui ne fera pas de vieux os dans l’Eure. Le drame, c’est que le mal aura été fait »

Arrêté préfectoral, cliquer sur le lien:   -sur-Gaillon à SNA-1

Le parcours politique acrobatique de Monsieur Coudert

Énarque et diplômé de Sciences-Po, Thierry Coudert, outre son parcours de Haut-Fonctionnaire dans la préfectorale a, aussi, côtoyé la politique. Après ses années dans les Cabinets préfectoraux, ses charges de sous-préfet dans le Haut-Rhin et en Haute-Savoie, il travaille dans les Cabinets ministériels, tour à tour avec des personnalités de gauche et de droite, Kofi Yamgnane (PS), Alain Madelin, (droite libérale), puis chez Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux, ministres, UMP, de l’Intérieur. Il créé un club de sarkozystes de gauche. En 2008, Françoise de Panafieu l’intègre sur une liste de droite pour la mairie de Paris et adhère à l’UMP…Plus tard, il se tourne vers le parti Radical valoisien et est candidat aux législatives de 2012, dans la 3ème circonscription de Paris, soutenu par le Centre. Il est, alors, exclu de l’UMP pour dissidence et trouve un accueil au Parti Radical de Gauche. En 2014, il soutient Anne Hidalgo à la mairie de Paris contre NKM. Il est nommé préfet de l’Eure en mai 2016.

Communiqué de l’Association de Saint-Aubin-sur-Gaillon

Et les Saint-Aubinois dans tout ça ?

Vendredi 8 septembre, le préfet de l’Eure Thierry Coudert a confirmé ce qu’il laissait entendre le 4 septembre, malgré le vote défavorable de la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) qui débattait sur le sujet : Saint-Aubin-Sur-Gaillon quitte la CCEMS et rejoint la SNA.

Nous, AMSAC, forts du soutien de 660 signataires (pour mémoire : Saint-Aubin-Sur-Gaillon, 1332 électeurs inscrits, 617 suffrages exprimés aux dernières législatives), sommes révoltés par cette décision, motivée par les mystifications de notre mairesse Nicole Drouillet et de Frédéric Duché, président de SNA.

La décision du préfet va à l’encontre des intérêts de la population. Nous sommes solidaires des habitants de la CCEMS avec lesquels nous avons construit un territoire cohérent et sain, aujourd’hui démantelé par de basses manœuvres politiciennes. Nous n’avions jamais remis en question à Saint-Aubin de décision du conseil. Parmi nous sont sept anciens ou actuels élus de la commune. Nous n’avons pas l’habitude d’un tel mouvement, nous ne sommes pas des professionnels de la contestation ; mais devant un arrêté d’une telle importance et à l’inverse de nos intérêts, qui bouleverse nos quotidiens, nous sommes plus que jamais mobilisés. Nous allons contester la décision du préfet par tous les moyens que nous permettent les lois et la jurisprudence, jusque devant le parlement européen s’il le faut.

Nous affirmons que Nicole Drouillet a menti devant les élus de la CDCI et le représentant de l’Etat en prétendant que cette enquête confirmait que notre bassin de vie était Vernon, en s’appuyant sur une enquête sournoise (elle ne disait pas son objectif de sortie de la CCEMS) et tardive, faite par la mairie et dont nous avons les résultats : 70% des 120 habitants ayant répondu ont leur “bassin de vie” sur Gaillon-Aubevoye, et non pas à Vernon. Nous sommes en possession de ce document. Nous contesterons sa validité auprès de la Commission des sondages de la représentation nationale.

Pour comprendre ce qui nous avait éventuellement échappé, nos représentants sont allés à la rencontre de F. Duché qui ne nous a donné aucun argument valide pour aller à SNA. Au contraire, il nous a confirmé que nous continuerions à utiliser les services de la CCEMS ! Que la mairie de Saint Aubin compenserait : le peu d’économies réalisées avec un fond de péréquation (20 000€) sera insuffisant pour contrebalancer le coût de tous les services, car nous serons “hors secteur”. Nous n’aurons plus la priorité aux services culturels, sportifs, sociaux de la CCEMS. Il nous sera impossible de profiter des services de SNA à moins d’1 heure de route aller-retour -alors que nous avions tout à portée de main … Nous allons payer pour ces services SNA dont nous ne bénéficierons pas, et nous paierons une deuxième fois pour compenser les tarifs “hors secteur de la CCEMS”. La mairie de Saint-Aubin-Sur-Gaillon financera t’elle les frais de transports ? Qu’en pense le secrétaire d’Etat à la transition écologique ?

Les habitants de Saint-Aubin qui nous soutiennent sont consternés par cette décision du conseil municipal prise en catimini. Seuls MM Duché et Lecornu étaient au courant (voir Paris Normandie du 12/06/2017 « Saint-Aubin-sur-Gaillon veut quitter Eure-Madrie-Seine »).

F. Duché, avec ses puissants soutiens départementaux, nous parle de démocratie… Alors que Président de la République a affirmé devant le Congrès en juillet dernier qu’il fallait revaloriser le droit de pétition, comme la clef de voûte de la «démocratie participative», et écouter les citoyens après avoir été élu. F. Duché nous parle plutôt de la vieille politique, celle qui décide par oukases sans considérer l’opinion publique. Alors nous ne nous laisserons pas dévaliser ! Nous appelons les Saint-Aubinois et leurs amis à protester sur la page Facebook de la mairie et à venir nous soutenir sur la nôtre !

Contact :

www.facebook.com/Association-pour-le-maintien-de-St-Aubin-sur-Gaillon-dans-la-Ccems

 

 

Categories: Eure

Comments

  1. marcel le marcellois 9 septembre, 2017, 14:46

    @ Thibsib
    J’habite sur le territoire de SNA, ex-CAPE, et j’admets que cette manipulation n’est pas digne d’élus responsables. Vous avez raison de dire que « la CAPE n’a jamais réussi à faire émerger le Normandie Parc et il suffit de se servir chez le voisin ». Preuve est faite que Monsieur Lecornu, pas plus que d’autres avant lui, n’ont su être à la hauteur de la tâche. La communication ne suffit pas à ériger une vraie politique. C’est davantage « la cravate qui l’emporte » dans son cas. Le temps viendra où Monsieur Duché sera éconduit comme l’a été Gérard Volpatti.

  2. Thibsib 9 septembre, 2017, 09:50

    Monsieur Alcala,
    Je pense qu’il est inutile de s’en prendre au préfet et à son parcours acrobatique, c’est celui de la plupart de nos élites et à sa place, je n’aurais aucune envie de devenir (par une mystérieuse promotion) représentant de l’Etat à Saint Pierre et Miquelon ou sur les Iles Kerguelen.
    Il a obéi, et n’avait sans doute guère le choix.

    Habitant de la SNA, je ne me réjouis pas de cet « Anschluss » (Fillon avait bien parlé de Blitzkrieg devant un parterre de patrons …)
    La ComCom EMS avait bâti avec des investissements important la ZAC de Saint Aubin.
    La CAPE n’a jamais réussi à faire émerger le Normandie Parc.
    Il suffit donc de se servir chez le voisin …
    Les interco ont été créées pour avoir des logiques de bâtisseurs, pas des logiques de pillards et de baronnies.
    Cela annonce des fractures importantes, des guerres à venir et rien de bon à récompenser une telle attitude : on voit ce que le clan SNA a choisi : l’usage de la force, de la manipulation plus que celui de la raison.
    Nous vivons des temps barbares et si nous nous laissons faire, cela sera de pire en pire.
    Bien à vous.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*