Eure législatives, Rififi dans la 3ème circonscription

Eure législatives, Rififi dans la 3ème circonscription

Bruno Le Maire et Hervé Morin s’entendent comme larrons en foire pour se partager, politiquement, le territoire eurois. Le premier a très largement aidé le second à conquérir la Région Normandie, tandis que le second a contribué à installer les amis du premier à la tête du département. Tous deux avaient écrit la suite en matière de partage. Mais voilà, le délégué « Les Républicains » de la 3ème circonscription, décide d’écrire une autre histoire, qui restera sans suite… Explications:

D’abord, la petite histoire

L’information est perçue sérieuse par des militants LR et Nouveau Centre. Hervé Morin pourrait rejoindre, à terme, le parti « Les Républicains » et quitter le Nouveau Centre satellite de l’UDI. Les raisons, en clair-obscur, toucheraient l’affect du président de la Région: son mini parti, composé à 90% d’élus, est balkanisé par le grand frère UDI, parti dirigé par l’ennemi intime, Jean-Christophe Lagarde. Donc, l’âme centriste aurait quitté Monsieur Morin, tel un prêtre défroqué en perte de foi. Une évolution politique qui n’est pas pour effaroucher l’ancien ministre, sarkozyste, de la Défense…..

Terre conquise

Avant cette séquence, probable mais pas certaine dans l’immédiat, Hervé Morin  s’octroie, de fait, la 3ème circonscription de l’Eure pour un successeur centriste parce qu’il y a été député UDF et Nouveau Centre. C’est en 1998 qu’il a été élu pour la première fois en remplacement de Ladislas Poniatowski, lui-même UDF à l’époque, devenu sénateur. Il est réélu en 2012 et a dû quitter son siège cette année pour respecter la loi sur le cumul des mandats. C’est ce point précis que conteste Francis Viez, le délégué « Les Républicains » de la 3ème circonscription, qui trouve que Bruno Le Maire fait trop de « cadeaux » à Morin. Aussi, il souhaite imposer une candidature « Les Républicains » face au candidat centriste qui sera désigné. Il explique, pour justifier sa décision, que la 3ème circonscription n’est pas spécifiquement une terre centriste et qu’une primaire, de premier tour, serait la bonne solution. Le délégué Les Républicains pense que la candidate Isabelle Duong, transfuge passée de l’UDI à « Les Républicains » s’impose par son charisme et sa force de travail, constatée sur  le terrain lors des dernières élections cantonales et régionales.

Le niet des instances départementales

Les patrons des deux partis ne l’entendent de cette oreille. Pour eux pas question de suivre Francis Viez dans sa démarche. La 3ème circonscription sera attribuée à un candidat centriste désigné par les deux partis. Ce candidat pourrait être Pierre Bibet. Mais, Francis Viez estime que Monsieur Bibet n’est pas très apprécié des militants « Les Républicains » qui pourraient ne pas suivre cette décision.

Le grand partage

Bruno Le Maire et Hervé Morin sont les maitres, après Dieu, dans le département de l’Eure. Le binôme fonctionne bien et tous ceux qui se mettront en travers de leur route seront écrabouillés. Rien ne sépare, politiquement, les deux chefs. Ils sont sur la même ligne. Ici, droite et centre c’est du kif-kif. Les noms ne sont que formules.

La configuration prochaine est claire. Sur les cinq circonscriptions, trois seront attribuées à des candidats « Les Républicains » et deux aux centristes de’Hervé Morin.

La 1ère: Bruno Le Maire LR; le 2ème Jean-Paul Legendre LR; la 3ème centriste (Pierre Bibet?); la 4ème François-Xavier Priollaud centriste; la 5ème LR.

 

Categories: Eure

Comments

  1. françois charmot 11 novembre, 2016, 12:36

    Comme vous le notez, droite et centre c’est kif-kif. Il faut aussi savoir que le jeune et très ambitieux Pierre Bibet est, sauf erreur, le gendre de Maurey, le sénateur et ancien maire de Bernay, appelé à ce poste et pour lui succéder par Joël Bourdin. Avant que les deux hommes se fâchent, sur fond notamment de concurrence sénatoriale… Comme quoi, on reste en famille !

Write a Comment