Eure, le président du département débloque de l’argent pour les agriculteurs

Eure, le président du département débloque de l’argent pour les agriculteurs

La crise des éleveurs qui secoue le pays et notamment la région normande, se termine à peine par des accords globaux entre les agriculteurs et le gouvernement. Les barrages sont levés en grande partie mais la situation restera tendue jusqu’à la concrétisation des mesures annoncées par le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture….Avant hier, le président du département de l’Eure a rencontré une délégation d’agriculteurs du département, après le préfet. Sébastien Lecornu a décidé le principe d’une aide d’urgence envers les éleveurs les plus en difficultés. Explications.

Le président du conseil départemental de l’Eure connait quelque peu le monde de l’agriculture. N’a-t-il pas été conseiller technique au Cabinet de Bruno Le Maire lorsque celui-ci était ministre de l’Agriculture, en 2009? Aussi, lorsque des agriculteurs et éleveurs normands dressent plusieurs barrages en divers points du département, Sébastien Lecornu les invite à une rencontre. Il décide d’ allouer  un prêt à taux 0% aux agriculteurs les plus en difficultés, d’un montant plafonné à 3 000€. Un ballon d’oxygène financier « pour permettre aux exploitants de régler leurs factures les plus urgentes, desserrer  l’étau des banques et acheter du fourrage pour les animaux ». Le département aura ainsi à consentir un montant de 300 000€ aux agriculteurs et le président du département de rappeler que « ce chiffre est loin d’être anecdotique en cette période de baisse des dotations de l’Etat (-40M€ d’ici à 2017) et alors que tous les services du département doivent chercher des pistes d’économies sur leurs budgets de fonctionnement. En plus de ces 300 000€ débloqués en urgence, le conseil départemental mobilise déjà 2,2M€ sur la politique agricole départementale pour accompagner l’agriculture euroise dans son développement économique…. »

Au même instant, presque, le gouvernement, parmi les mesures proposées, débloquait 600 M€ pour l’aide globale aux éleveurs du pays. Questions: l’aide départementale s’ajoute-t-elle, ou non, à l’aide nationale?

Une autre question peut aussi se poser: Est-ce de la compétence du département que de se substituer aux banques, dont c’est le rôle? L’opposition de droite départementale, d’alors, critiquait vertement la majorité sur la multitude de compétences qu’elle s’arrogeait hors de son champ traditionnel déjà bien chargé.Lecornu et agriculteurs 2

Les agriculteurs veulent vivre de leur travail

D’ailleurs, cela a été largement martelé par les agriculteurs tout au long de cette crise. Ils en ont assez de toutes ces demi-mesures qui règlent les problèmes financiers, momentanément, mais jamais sur le fond. Les agriculteurs ne cherchent pas les subventions, les reports et étalements de leurs dettes et autres prêts à taux 0%. Ils veulent être rémunérés au juste prix, vivre de leur travail à 100%. Il semble que cet aspect de la situation va se concrétiser à terme. Les industriels de la viande et la grande distribution vont devoir profiter beaucoup moins du système et rémunérer les éleveurs au bon niveau des prix…. Ils ont été très discrets pendant la crise et pour cause!!

Les circuits courts et les filières de proximité sont l’une des réponses, efficaces, qui pourraient se mettre en place rapidement.

A Louviers, le maire fait le choix de la filière courte

François-Xavier Priollaud vient de faire savoir son choix de la mise en place de la filière courte pour l’approvisionnement de sa régie municipale de restauration  scolaire. Il souhaite ainsi apporter son soutien aux éleveurs de la région. Il rappelle, par ailleurs, que la viande de bœuf servie dans les écoles de Louviers, provient d’animaux nés et élevés à Bernay, puis abattus au Neubourg. Les viandes de porc et la volaille, labellisée « Label Rouge » servies dans les cantines sont toutes d’origine française.

Ce qui apparait comme un bon geste en favorisant ce système de « filière courte », a aussi son revers: l’interrogation sur les emplois qui pourraient disparaitre en supprimant de fait l’ensemble des intermédiaires. Il faudra aussi apporter des réponses…

Categories: Eure

Comments

  1. Bill Bocquet 27 juillet, 2015, 15:14

    @ Patrick
    Seriez-vous en train de dénoncer le fédéralisme européen, la suprématie et l’impérialisme allemand? Ceci étant, tous les gouvernements français ont eu leurs lots de bagarres contre les agriculteurs et si Chirac a été le meilleur défenseur du monde agricole français c’est parce qu’il l’avait défendu contre la PAC. Pour autant, les difficultés n’ont jamais été réglées. Alors, dites-le franchement  » vive Syriza, vive Podemos, vive le peuple contre l’oligarchie dominante franco-germanique.

  2. Ben oït 27 juillet, 2015, 07:38

    Toute les semaines le futur ancien maire de Vernon et président du département fait parler de lui, c’est un peu le » Michel Drucker » Normand. Lundi dernier il était sur la chaine Normande tenant son discours redondant et bien huilé sur ses différents projets. Monsieur Lecornu a effectivement été au coté de Bruno Lemaire au ministère de l’agriculture , il était chargé de la communication politique. C’est un spécialiste du genre! Question média il sait faire mais attendons de voir la suite de sa politique, il y a beaucoup d’effets d’annonces mais seul les résultats comptent! Aider les agriculteurs ne me choque pas si cela est pensé, réfléchi et non pas uniquement électoraliste!

  3. Patrick 26 juillet, 2015, 18:11

    La crise actuelle du porc a en effet deux origines qui se rejoignent : la politique européenne antirusse qui pousse la Russie à réagir et donc à ne plus importer certains produits et le concurrence déloyale allemande. Si en France Hollande et tous les élus qui l’ont soutenu, de droite comme de gauche, ne s’était pas aligné sur les Américains, on n’en serait pas là. Que propose Hollande ? Des aides aux agriculteurs pour compenser en fait l’absence d’exportations françaises et aussi l’arrivée de produits allemands notamment qui ne vont plus non plus en Russie. Hollande voulait mettre la Russie à genoux, mais ce sont des agriculteurs qui le sont aujourd’hui.
    On ne peut désigner pas la grande distribution comme bouc émissaire, car si elle tire les prix de manière excessive, elle le fait depuis des années et n’est pas responsable de la crise ACTUELLE.

    Comme un reportage à la télévision l’a montré il y a 2 ans sur une grande chaine publique, les abattoirs allemands utilisent de la main-d’oeuvre notamment polonaise payée 3 euros de l’heure et qui accepte de dormir à 5 par chambre, ce que ne font pas les abattoirs français. Cette concurrence libérale sans règles équitables entre les différents pays européens facilite les exportations actuelles de viande allemande vers la France, faute de se retrouver sur les étals en Russie.
    Donner des aides supplémentaires aux agriculteurs ne me choque pas sur le principe, mais je préfèrerais que le gouvernement agisse sur les causes (comme le dumping allemand, le nouveau SMIC allemand ne s’appliquant pas à tous les secteurs d’activité) plutôt que sur les conséquences. Le gouvernement demande à la collectivité française de supporter cette concurrence déloyale

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.