Eure, 2ème volet Sébastien Lecornu Pascal Lehongre

Eure, 2ème volet Sébastien Lecornu Pascal Lehongre

Après avoir évoqué les futurs projets du département, Pascal Lehongre et Sébastien Lecornu se sont attelés à expliquer leur position sur le contournement Est de Rouen, dont ils ne souhaitent pas participer financièrement, puis la fermeture prévue du collège Mendès-France de Val-de-Reuil. Enfin, des questions relatives aux positionnements politiques depuis l’entrée au gouvernement de Sébastien Lecornu, lui ont été posées et le sort que lui réserve son parti « Les Républicains ».

L’ancien maire de Vernon s’est montré officiellement à la presse locale depuis son entrée au gouvernement. Trois mois de quasi silence et un entourage qui ne comprenait pas grand-chose à la situation. Tous, membres du parti Les Républicains et hostiles au phénomène Macron. Tous, ou presque, n’avaient d’yeux que pour François Fillon. Macron « l’homme de gauche », « le fils spirituel de François Hollande », « l’homme de la loi El Khomri », « le banquier d’affaires« , « la bulle qui explosera sous peu« , etc…Effectivement, tout ce petit monde tombait de l’armoire lorsque Bruno Le Maire s’empressa de rejoindre le gouvernement Edouard Philippe, nommé par Emmanuel Macron à Matignon, 48 h après sa victoire. Les législatives terminaient le travail en laminant les 3/4 des députés sortants, de droite et de gauche. Ainsi, lors du remaniement ministériel, les Républicains de l’Eure retombaient de la même armoire en entendant le secrétaire général de l’Élysée prononcer le nom de Sébastien Lecornu….Depuis, ils se sont relevés, mais restent dubitatifs…

« En Marche, Les Républicains, UDI, c’est bien! »

Les explications sont venues plus tard. Des explications fournies à la presse ce lundi. Sébastien Lecornu donne la raison première de son ralliement « au fils spirituel de François Hollande« : il est un pragmatique. L’adjectif est prononcé à plusieurs reprises..il a entendu le candidat proposer ce que la droite suggère depuis longtemps: réduire le chômage, simplifier le code du travail etc.. « Et peu importe qu’il ne soit pas membre Les Républicains, il pourrait être de n’importe quel autre parti, à l’exception des extrêmes…Si on est En Marche, c’est bien. Si on est Les Républicains, c’est bien aussi. UDI, c’est bien aussi », ajoute l’ancien maire de Vernon. Voilà, c’est dit. Sébastien Lecornu affirme ne pas avoir trahi ses idées originelles. Pour l’essentiel, « si elles figurent dans le projet Macron c’est tant mieux ».

Contournement Est de Rouen, c’est trop cher

D’autres questions sont posées sur le choix du département de ne pas participer au financement de l’autoroute prévue pour le contournement Est de Rouen. Le département avait accepté une dépense de 15 millions d’euros dans le financement indirect: volet aménagement et sécurité du réseau secondaire qui lui incombe. Pascal Lehongre précise que l’Eure n’a pas les moyens d’accompagner ce projet…Et le Secrétaire d’État d’affirmer que tous les projets d’infrastructures importantes sont gelés jusqu’à nouvel ordre au niveau de l’État. Dans le lot, la Ligne Grande Vitesse (LGV) Paris-Normandie, qui devait se construire entre 2018 et 2024.

Enfin, Sébastien Lecornu, répondant à une question sur l’affaire de Saint-Aubin-sur-Gaillon, affirme n’être pas intervenu, d’aucune manière, pour peser sur la décision du préfet, lequel a décidé dans le strict respect de la loi NOTRe. « Ceux qui aurait été scandaleux, c’est que le préfet force le conseil municipal à prendre cette décision », ajoute Sébastien Lecornu. Enfin, sur la fermeture prochaine du collège Pierre Mendès-France de Val-de-Reuil, il reste inflexible.

Categories: Eure

Comments

  1. jean-claude Mary 22 septembre, 2017, 15:33

    Ah, il faut réévaluer tous les grands projets d’infrastructures . Voilà à vrai dire une excellente idée . Il faut les réévaluer quant à leur dimension financière et quant à leur pertinence, ce qui veut dire je suppose quant à leur utilité sociale et au regard des solutions alternatives. Cette réévaluation contient la dimension environnementale. Dans ce cadre, pour éviter le gaspillage des grands projets inutiles, S Lecornu va certainement militer en faveur de la réévaluation , dans toutes leurs dimensions, financières, écologiques et socio-économiques de l’aéroport de Notre Dame des Landes , des subventions publiques accordées aux élevages industriels et autres fermes des 1000 vaches, de l’EPR de Flamanville dont le prix initial a été multiplié par 3, le délai de construction par 2 et dont la cuve du réacteur est peu fiable d’après l’autorité de sureté nucléaire elle-même, le projet de fusion nucléaire ITER qui ne produira que quelques secondes d’électricité dans 50 ans d’après ses promoteurs eux-mêmes si tout va bien et celui d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure ,projets qui chacun se chiffre en dizaines de milliards d’euros. On pourrait ajouter le projet de grand carénage des centrales nucléaires de 200 milliards d’euros qui les fera durer avec tous les risques de cuves de réacteurs vieillissantes et qu’on ne peut, elles, remplacer , alors que ( des études le confirment) , on peut, avec la même somme investie dans les énergies renouvelables ou les économies d’énergie, économiser ou produire 2 fois plus de KW/H et créer 3 fois plus d’emplois.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*