Et Maintenant?

Et Maintenant?

Maintenant, il faut attendre la déclaration du Président de la République ce soir à 20h. Après 4 samedis de feu, que peut-il dire pour apaiser les gilets jaunes et ceux qui les soutiennent? Les annonces prévisibles ne changeront pas grand-chose à court terme. L’argent manque. Ce sera du minima pour le plus grand nombre et un léger mieux pour les plus mal lotis. Reste la vraie solution dans une immédiateté  attendue..Explications:

Emmanuel Macron est dans la nasse. Une situation qu’il n’avait imaginée ne serait-ce que quelques heures avant la journée du 17 novembre. Dès cet instant, tout lui échappe. Ceux qui travaillent autour de lui, de fringants jeunes gens qui savaient tout avant d’être nés, semble-t-il, vont devoir retourner à l’école. Celle de la vie. Le Président tombe, ainsi, des nues. Lui, le fort en thème, celui qui avait couvert un parcours sans faute dès 2016 avec la création de « En Marche », jusqu’à son élection de mai 2017, doit reculer pour manque de maturité politique.

Couloir étroit

Quelle marge de manœuvre pour le Président? Promesses d’avenir sur le pouvoir d’achat et baisse drastique des impôts et taxes. Une attente balayée par la dure réalité. Emmanuel Macron ne pourra consentir ce qu’il n’a pas. C’est donc du baume qu’il va proposer, pour soulager momentanément. Mais les gilets jaunes l’ont exprimé maintes fois: ils ne veulent « d’aumône » mais vivre de leur travail. Compliqué. Le couloir est étroit. Reste, sans doute, l’impensable. Le courage à deux mains…

Refaire le match
Pas question de démissionner. Le Président a été élu pour 5 ans. Il restera jusqu’à son terme. En revanche, l’autre moyen efficace pour une sortie de crise s’appelle dissolution de l’Assemblée. Ce n’est ni idiot ni antidémocratique. Solution pour repartir sur de nouvelles bases, avec une nouvelle majorité. Pour Emmanuel Macron une cohabitation serait la moins mauvaise des mesures. Elle aurait, mêmes, des vertus. Ainsi, ceux, dans les oppositions, qui critiquent et flinguent seraient mis devant leurs responsabilités. Ils devront répondre rapidement aux aspirations des français et mettre en place ce qu’ils exigent, aujourd’hui, du Président, du gouvernement et de la majorité parlementaire….Sinon, le 5ème samedi de feu s’organisera en quelques heures. Mais Emmanuel Macron a peut-être d’autres solutions originales et efficaces..? Reste quelques heures à attendre.



Categories: France

Comments

  1. Pascal Demoriane 11 décembre, 2018, 17:29

    Eh bien voilà. L’hypocrite syndic de faillite Macron a fait son numéro « vaseline, moraline et tour de passe-passe ». Quand le banquier joue les curés repentant, les gens sont atterrés par un invraisemblable discours canular !
    En clair et dans les faits, la Ve République de De Gaulle est explicitement vacante, un régime de liquidation lui est substitué.
    Car oui, c’est bien d’un « régime » illégitime, mafieux, anti-national et antisocial dont il faut parler. Car oui, c’est bien un régime sans opposition réelle, sans alternative électorale crédible.

    Les grands défis existentiels sont devant nous, énergétiques, écologiques, démographiques, technologiques, mais la macronie fait du spectacle, de l’épicerie sociale, de la braderie industrielle, de l’optimisation fiscale pour les riches (l’exit tax qui vient d’être votée).
    On l’a bien compris : Avec Macron l’avenir de la France c’est d’en faire l’Emmaüs de l’Europe : prolétarisation des classe moyennes, casse des services publiques, liquidation du patrimoine public comme privé des français et mort aux plus pauvres. Les pseudos « premiers de cordée » sont des boulets égoïstes ! des parasites.
    Le « repli sur soi », la France « rance et moisie » est bien du côté du pouvoir et des classes dominantes.

    L’illusion Macron est terminée, le mouvement dit des gilet jaunes se maintiendra, évoluera comme il évoluera, mais de toute façon les dés sont jetés : l’avenir sera violent face aux imposteurs. Les électeurs et élus qui s’arc-bouteront dans l’illusion macronienne en portent toute la responsabilité.
    Tôt ou tard la question de l’euro, de l’UE et de l’immigration viendra en plus sur le tapis (sous lequel la fausse gauche, dont Macron est issu, veut les cacher.) mais ne divisera pas le mouvement malgré les divergences des uns et des autres.

    Car comble de l’hypocrisie, Macron qui vient de signer le liberticide Pacte de Marrakech, prétend annoncer un débat improductifs et clivants sur l’identité nationale et sur l’immigration en espérant nous diviser. Raté !
    La macronie en panique, a donc bien l’espoir d’instrumentalisation du racisme… on connait la ficelle.

    Maintenant côté populaire tout est ouvert, à inventer. Le mouvement devrait passer des ronds-points aux communes, ces communes françaises qu’il doit se ré-approprier comme lieu de refondation et de re-fédération solidaire.
    Alors oui Monsieur le syndic de faillite, les maires responsables et les municipalités auront un rôle à jouer. Mais vous y êtes définitivement interdit de séjour et vous le savez.
    Vive la Commune !

Write a Comment