Elbeuf, une sale affaire

Elbeuf, une sale affaire

Elle remonte à l’année scolaire écoulée et implique plusieurs acteurs. S’agissant de l’Éducation Nationale, la règle est celle de l’omerta. Ainsi, l’ancienne directrice de l’école maternelle Jacques Prévert d’Elbeuf, protégée par sa hiérarchie après des plaintes et des témoignages mettant en cause son attitude violente envers des enfants, s’en sort avec une mutation-promotion. Mais voilà, l’omerta vole en éclats avec l’alerte lancée par des enseignants, syndicat d’enseignants, parents d’élèves et  ATSEM. Ainsi, de la maternelle d’Elbeuf, Madame Delphine Bellenguez vient d’être recasée directrice de l’école élémentaire Paul Bert de Caudebec-le-Elbeuf… avec logement de fonction. Explications:

Rentrée des classes de septembre 2014, à l’école maternelle Jacques Prévert d’Elbeuf. Après quelques jours, il y a comme un vent de panique. Des petits pleurent et manifestent leur désir de ne pas retourner à l’école. Caprice? C’est parfois le cas, mais après quelques jours cela s’arrange. Ici, le phénomène persiste. Des parents essayent de comprendre. La réponse viendra en plusieurs temps. D’abord,  d’Agents Territoriaux Spécialisés des Écoles Maternelles (ATSEM). Ces personnes auraient été témoins de comportements inadmissibles de la part de la directrice: cris sur les enfants qui seraient, aussi, secoués fortement, claques derrière la tête, punitions dans les dortoirs sans lumière…A la maison, des parents remarquent un changement de comportement chez leurs enfants: tristesse, cauchemars la nuit, puis refus d’aller à l’école….

Deux familles s’en plaignent et décident de changer leurs enfants d’établissement. Elles le feront pendant les vacances de la Toussaint. Dès lors, des enseignants collègues de la directrice témoigneronpaul bert caudebect également. Certains auraient été pris pour cible par la directrice et harcelés. La mairie d’Elbeuf est alertée par des ATSEM, lesquels dépendent de la ville. Le maire demandera une enquête sur le sujet. Les faits seront confirmés. Un syndicat enseignant, le SGEN-CFDT, fait le même constat et interpelle la hiérarchie de l’Éducation Nationale. Le syndicat aurait recueilli 15 témoignages à charges contre la directrice de la part d’enseignants, parents d’élèves, ATSEM et syndicat. Quelques semaines passent et le mot d’ordre est le silence absolu afin que l’affaire se règle en interne. En mai, le verdict tombe: Madame Bellenguez partira de l’école maternelle Jacques Prévert d’Elbeuf pour « faute professionnelle », mais aucune sanction n’est prononcée. Toutefois, pour les plaignants le départ de la directrice est une bonne chose. Une bonne chose? C’était sans compter sur le cynisme de certains hiérarques du Rectorat, de la direction départementale de l’Éducation Nationale et de l’Inspection d’Académie, qui s’assoient sur la souffrance subie par des enfants et leurs parents, mais aussi d’enseignants qui sont, majoritairement, des professionnels de qualité. Tous ont appris, récemment, que Madame Bellenguez vient d’être nommée directrice de l’école élémentaire Paul Bert de Caudebec-les-Elbeuf, à deux kilomètres d’Elbeuf. Sans doute pour ses qualités humaines, sa bonne pédagogie et sa passion pour les enfants. En apprenant la nouvelle, le SGEN-CFDT n’a eu qu’un mot: « déplorable ».

Photos: en haut école Jacques Prévert Elbeuf. En bas Caudebec-les-Elbeuf.

 

Categories: Région

Comments

  1. José Alcala Author 18 juillet, 2015, 15:45

    @ pepet
    Évidemment que ce n’est que sa version personnelle, suggérée par l’inspecteur d’académie. Les faits sont étayés par des ATSEM, des enseignants, des parents d’élèves et du syndicat SGEN-CFDT. Lorsque Caméra Diagonale contacta la directrice à l’école Jacques Prévert d’Elbeuf, en septembre 2014, sa seule réponse fut « je n’ai rien à dire ». Les maires d’Elbeuf et de Caudebec-les-Elbeuf sont complices de cette mutation-promotion, pour n’avoir fait entendre leurs voix après l’enquête interne qui aboutissait à déterminer une « faute professionnelle »

  2. José Alcala Author 18 juillet, 2015, 15:37

    @ pepet
    Les faits sont étayés par des témoignages, d’ATSEM, d’enseignants, de parents d’élèves et du syndicat SGEN-CFDT. Lorsque la directrice fut contactée par Caméra Diagonale, en septembre 2014, à l’école Jacques Prévert d’Elbeuf, sur les faits qui lui étaient reprochés, sa seule réponse avait été « je n’ai rien à dire ». Aujourd’hui sa réponse au Journal d’Elbeuf lui a été suggérée par l’inspecteur d’académie, lui-même complice comme le sont les maires d’Elbeuf et de Caudebec-les-Elbeuf.

  3. pepet 18 juillet, 2015, 08:32

    Bonjour il y a un article dans le journal d elbeuf à propos de cette affaire la directrice ce justifie mais elle donne sa version personnelle qui est pas tout a fait vrai il faudrait demander au personnes de l école prevert il est facile de dire des choses fausses il faudrait avoir la version des autre personnes

  4. leena97 11 juillet, 2015, 13:07

    J’ai honte pour l’inspection d’académie qui ne fait rien. les enfants concernés eux sont toujours marqués et que nous nous devons de protéger nos enfants à la rentrée de septembre.Un suivi psychologique et une radiation seraient plus appropriées. J’appelle toutes les mamans concernées à rester vigilantes…

  5. Jacques 10 juillet, 2015, 19:54

    Que fait le rectorat, on attend le drame pour agir, c’est la honte

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.