DSK, le coup de Pub de France 2

DSK, le coup de Pub de France 2

WelomePour qui connait un peu le monde des médias et de la communication, l’intervention de l’ancien ministre français des Finances, directeur du FMI et séducteur du Sofitel de New-York sur une chaine du service public, cela ressemble fortement à une action conjuguée, d’une part, de recherche d’audience et de mesure de notoriété, en terme d’image, d’autre part, de celui qui est encore sous le coup d’une action judiciaire dans l’affaire du Carlton de Lille. Explications.

Welcome to France 2. Dominique Strauss-Kahn sera l’invité de France2, ce soir. L’ancien directeur du FMI et anti-héros d’une affaire sordide, sera partie prenante d’un documentaire intitulé « Le roman de l’Euro », avec ensuite débat de spécialistes. L’ensemble, pour tenter d’expliquer l’aventure de la monnaie commune, européenne, créée en 1999 et concrétisée le 1er janvier 2002. L’on sait ce que cette invention a provoqué en matière de flambée des prix et autres joyeusetés économiques. Mais les spécialistes de la spécialité en sont très heureux et continuent avec acharnement de vanter ses bienfaits. Voilà, entre autre, ce que DSK, le « meilleur économiste de France », en son temps, va décortiquer. Meurtrière lame à double tranchant. L’ntervention de l’ancien « séducteur du Sofitel de New-York », peut-elle contribuer à faire avaler la monnaie européenne, sans quelle reste en travers de la gorge, des quelques millions de téléspectateurs curieux, surtout, de revoir celui qui rata de peu la présidentielle de 2012. Aujourd’hui, loin de la politique, Monsieur Straus-Kahn brasse des affaires qui lui rapportent beaucoup d’argent. Sa compétence ne s’est pas arrêtée le 14 mai 2011 à New-York, mais l’exercice de la politique, oui. La proposition de David Pujadas, de le faire participer à l’émission est une aubaine pour l’entourage de DSK qui y voit une possibilité de test grandeur nature de son champion. Son biographe officiel répète sur tous les plateaux radios et télés que DSK « a bénéficié d’un non-lieu à New-York, donc il est innocent! ». Cette « innocence », doublée d’une réapparition médiatique sur un sujet d’actualité, pourrait changer l’image de l’ancien directeur du FMI. Le biographe commet une erreur de définition, évidemment volontaire, sur le terme « non-lieu ». Le non-lieu n’est pas une innocence avérée. Il est le résultat d’un décision de justice prise par manque de preuves formelles.

Et comme l’actualité fait bien les choses, l’intervention technique et probablement ciselée de DSK, sur la chaine publique, permet aussi d’ouvrir les contre-feux sur le film d’Abel Ferrara « Welcome To New-York » qui décrit, avec une part de vérité et une part de fiction, l’affaire du Sofitel. Aucun distributeur français n’a voulu prendre le film, aucune chaine de télévision n’a souhaité y participer dans son financement, selon les règles de la production française. De ce fait le film est proposé sur Internet et peut-être une projection à Cannes en sélection parallèle, mais rien n’est conclu…Pour autant, l’intervention de l’ancien ministre des Finances, ce soir, ne manquera pas d’intérêt.

Categories: France, Médias

Comments

  1. Sylvia Mackert 16 mai, 2014, 12:48

    DSK est surtout intéressé par l’argent et par le pouvoir en général, et s’il revenait, on ne sait pas sur qui il exercerait ce pouvoir et serait-ce pour les autres qu’il s’investirait ? au service de l’état et du peuple, dans l’intérêt général ou le sien ? pour lui ?
    L’affaire à New York a mis en évidence bien des faces cachées qui n’inspirent pas la confiance nécessaire pour qu’il revienne sur le devant de la scène politique ou publique.
    Je ne lui ferais pas confiance, ni à ceux qui miseraient sur lui, donc s’il revenait au PS sur le devant de la scène ce serait mauvais pour ce parti.
    Quand la confiance est perdue, difficile de la retrouver.

  2. Gérard Morand 16 mai, 2014, 10:11

    Peu importe les « non-lieu » (notion juridique qui n’existe pas aux USA où DSK a négocié une « indemnisation » à la victime) ou l’issue de la sordide affaire du Carlton, sans oublier celle de la MNEF…DSK n’a peut-être jamais été condamné mais c’est tout sauf un innocent.Autant je pense qu’il faut le laisser en paix, autant il me semble qu’il n’a plus rien à faire dans la vie publique de notre pays.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*