Crise. « Halte au feu! »

Crise. « Halte au feu! »

Rien ne va plus à 48h d’un samedi potentiellement insurrectionnel. Au-delà des gilets jaunes revendicatifs sur leur conditions de vie, la violence calculée et voulue par des groupuscules infiltrés présage du pire. Il est temps de se ressaisir avant le grand chaos, côté gouvernement et côté gilets jaunes. Le premier doit faire l’immense effort d’un geste spectaculaire et les seconds appeler à ne pas se rendre à Paris. Il en va de l’unité nécessaire pour  préserver le pays d’un début de guerre civile.

Sur les plateaux de télévision, depuis le début de la semaine, c’est la guerre verbale. Des mots, des phrases sont prononcés sans retenue.  Débats où l’excitation l’emporte sur la raison. Des journalistes (certains) mettent de l’huile sur le feu. Audience oblige. L’incompréhension s’installe et l’imbroglio devient le fil conducteur des émissions. Des gilets jaunes sont invités et parfois moqués parce que mal habitués aux plateaux télé. L’on voit très bien où ces attitudes peuvent mener. Aussi, faut-il s’étonner d’une certaine radicalisation d’une partie des gilets jaunes, en dehors des vrais casseurs? Oui c’est vrai, les gilets jaunes ne se contentent plus de la suppression des taxes sur le carburant. En résumé, leur vraie revendication est le pouvoir d’achat. Cela passe par une augmentation des salaires, ou éventuellement une baisse des prix à la consommation qui ne peut s’établir à moins de 30%. C’est la seule réalité qui vaille.

Ratage

Tout de même, pourquoi il a fallu les échauffourées du samedi 1er décembre pour que le gouvernement accepte de supprimer les augmentations du prix des carburants prévues en janvier 2019? Dans la tête de beaucoup de gilets jaunes, « de ce fait, seule la violence donne des résultats« , clament-ils ouvertement. Il faut donc se questionner sur la pertinence de l’exécutif à appréhender la bonne gouvernance.

La crainte

Un rapport des services de renseignements ferait état de la volonté d’éléments incontrôlés, (extérieurs aux gilets jaunes) « de tuer », s’en prendre aux parlementaires, au gouvernement et aux forces de l’ordre ». Si les services de renseignements ont obtenu de telles informations, ils devraient également avoir identifiés d’éventuels futurs auteurs d’exactions ciblées. Dès lors, l’État. aurait l’opportunité de les assigner à résidence d’ici samedi. Non?

 

Categories: France

Comments

  1. zébulon 7 décembre, 2018, 11:44

    Comme beaucoup j’ai regardé, écouté les débats organisés sur différentes chaînes de télévision publiques ou privées. Parmi les intervenants des gilets jaunes il y en a qui font le tout des plateaux télé, radios qui ont été choisis par qui ? Qui représentent-ils ? En effet en écoutant leurs propos il y en a qui se font bousculer par les journalistes, qui malheureusement n’ont pas de réponse aux questions posés, etc. Ce qui est stupéfiant c’est d’entendre on veut la destitution du président de la république, du gouvernement, du parlement sans savoir ce qu’est une destitution entre autre, de tout casser dans l’Elysée qui leur appartient ! Stupéfiant aussi lorsque un présentateur affirme que l’Elysée a publié un communiqué annonçant l’annulation de certaines taxes dont celle des carburants et que le gilet jaune en duplex affirme le contraire, que personne ne regarde la télé à cette heure ! Il y en a des propositions mais lorsque l’on demande qu’est-ce qu’ils comptent faire, qui gouvernera, avec qui, comment. Stupéfiant c’est soit le silence , soit on constitue une assemblée citoyenne : tiens donc alors il faut faire des élections mais avec qui ? Si je n’abuse pour cela il faut des représentants zut il n’y a pas de représentants officiels pas plus que de groupe des gilets jaunes ! De plus ils ne veulent pas créer un parti, un syndicat : c’est mal parti ! Stupéfiant l’appel à la violence, à l’insurrection Alors là rien qu’à entendre certains appels sur la toile, sur les ondes radios, télé, dans la presse mai 68 à côté ce ne serait rien ! Il serait temps que les médias arrêtent de ne mettre en Une QUE LES VIOLENCES. « La France a peur » comme disait Jean-Claude Bourret, sur TF1 un présentateur célèbre du petit écran. Attention trop de gilets jaunes tue les gilets jaunes disent certains mais alors que faire ? Côté gouvernement on envoie tous les ministres sur les chaines de télévision en guise de leurres », de » missiles » mais c’est un dialogue de sourds entre eux, les gilets jaunes, la classe politique, les syndicats qui n’attendent qu’une chose c’est l’intervention du président de la République. Alors peur ou pas peur samedi sera le théâtre d’une pièce dramatique en plusieurs actes en direct de la voie publique (combien on ne sait pas le livret s’écrira sur place!) avec des acteurs difficiles à contrôler. Espérons qu’il n’y ait aucune autre représentation mais un nouveau « metteur en scène » en la personne d’Olivier Besancenot aimerait que la compagnie des gilets jaunes, les syndicats se regroupent pour organiser une nouvelle « générale » la semaine prochaine car plus on est …… vous connaissez la suite et bien non ce n’est pas pour rire mais pour créer le chaos au plan national. Vivement dimanche enfin il paraît.

  2. Pascal Demoriane 6 décembre, 2018, 21:34

    Un gouvernement qui annonce mercredi redouter des violences inédites pour samedi, n’est-ce pas un gouvernement qui laisse entendre qu’il les souhaite ? D’autres diront qu’il les organise. Difficile de prendre au sérieux des volontés « de tuer » en haut lieu venant du mouvement.

    Par contre du terrain régional remontent des idées d’actions plus radicales que de simples barrages filtrants, des groupes bien délimités, aguerris et enivrés par la dynamique (-te) des semaines précédentes pourraient bien cibler des sites disons… plus stratégiques. Sans en mesurer les conséquences, sans volonté réelle d’approbation du corps social qu’il prétendent défendre.

    Le principe dit apolitique c’est à dire non partisan du mouvement, positif au départ, commence un peu à servir de prétexte pour censurer tout raisonnement collectif au profit du leadership de petites minorités locales, de têtes brulées qui s’improvisent.
    C’est fatal, l’informel ne pourra durer, fini toujours par être instrumentalisé de l’extérieur ou de l’intérieur.
    L’apolitisme est une ineptie, une ignardise attrappe-mouches, qui ne doit pas être la porte ouverte à des bandes en réseaux incontrôlées. Un mouvement citoyen est politique par essence et doit l’assumer dans l’ouverture pluraliste, mais beaucoup chez ces gilets jaunes manquent d’éducation populaire et d’une culture des luttes.
    La gauche servait à cela, autrefois, mais c’était jadis.

  3. laulaulouv 6 décembre, 2018, 19:24

    le problème c est que le petit president de la republique francaise a un ego et un orgeuil démesuré de lui même, et il ne pense qu à son image personnelle lorsqu il voyage a l etranger!
    et bien, il va recolter ce qu il a semé
    et c est tres bien comme cela

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.