Coup de gueule contre « l’Europe de merde »

Coup de gueule contre « l’Europe de merde »

Éditorial

Il fut une époque, pas si lointaine, où des italiens, par centaines de milliers, fuyaient misère, famine et fascisme. La France en accueillait un très grand nombre. Une majorité prenait le large et mettait pieds sur le sol américain. Puis l’Argentine, le Canada et d’autres lieux de la planète. Aussi, des polonais, espagnols, portugais choisissaient les mêmes destinations. Des français, aux mêmes périodes, migraient également vers des contrées plus propices. Au total, ce sont des mouvements de dizaines de millions d’hommes, femmes et enfants qui changeaient de pays et de continents, pour des perspectives de vies meilleures….

Nous sommes en 2018 et un bateau chargé de 629 personnes tourne en rond en mer Méditerranée, en attendant de trouver un port d’accueil. L’Italie, qui a perdu la mémoire, refuse les migrants et réfugiés (on peut les appeler comme on voudra). La France ne dit rien en  félicitant l’Espagne pour son geste humanitaire et l’Europe regarde la pointe de ses chaussures. L’affaire est spécifiquement comptable: « On ne peut accueillir toute la misère du monde », alors que la situation à l’instant T est celle des 629 personnes qui se dessèchent lentement sous le soleil brûlant, la nourriture qui manque, l’hygiène du moyen-âge. En regardant ce mauvais spectacle, des pays et ses responsables politiques martèlent ne plus pouvoir accueillir sans cesse des peuplades venues d’ailleurs. Les mêmes, en France, regrettent de voir jeter à la poubelle, chaque année, 10 millions tonnes de nourriture….

Alors oui, les passeurs professionnels, principaux responsables de la situation, devraient être pourchassés et condamnés. Éventuellement, les forces spéciales devraient être envoyés pour les réduire définitivement.

Des dirigeants européens, bons à rien avérés, devraient partir et laisser la place à de nouveaux venus décidés à en découdre avec la vieille Europe frelatée. Il est grand temps de mettre en place une Europe politique, vraie et efficace, et cesser de glorifier celle de la marchandise et du profit, outranciers.

Cette nouvelle Europe, politique et imaginative, aura à cœur d’accompagner, le temps nécessaire, les pays d’Afrique dans leur développement afin que ce Continent devienne une terre viable. Un travail de titan et long, qu’il faut entamer maintenant. Faute de quoi l’Europe devra absorber, qu’elle le veuille ou non, « toute la misère du monde ».

 

Categories: Europe

Comments

  1. HACHET 19 juin, 2018, 22:11

    Bien parlé.

  2. Zébulon 14 juin, 2018, 07:17

    misère, misère comme le disait si bien Coluche

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.