C’était prévisible

C’était prévisible

Mais oui évidemment, la confrontation d’hier soir n’a rien révélé de nouveau sur le projet des candidats, les plus connus. Les « petits candidats », en revanche, ont davantage apporté  sur le fond et pour cette raison, l’émission n’a pas été inutile. Précisément, ces candidats, moins connus, ont imposé l’échange avec les autres et fait déborder le programme de près d’une heure. Il y a donc eu des bribes de débat, mais truffé d’attaques dont François Fillon a eu le plus à souffrir. C’est Philippe Poutou qui a porté l’estocade à l’ancien Premier ministre. Il l’a attaqué sur les affaires avec une formulation bien particulière. Sur la défensive, François Fillon n’a pu répondre comme il l’aurait souhaité à cause du temps imparti. Cette séquence tourne en boucle actuellement sur les réseaux sociaux, ce qui ne peut arranger son image. La configuration de l’émission ne laissait place à un vrai face-à-face entre candidats.

Un sondage réalisé par Elabe, juste après l’émission, donne des résultats différents que ceux obtenus à l’issue du premier débat, où seuls les « grands candidats » avaient participé.

A la question: Qui a été le plus convaincant? C’est Jean-Luc Mélenchon qui arrive en tête avec 25%. Il est suivi par Emmanuel Macron 21%, François Fillon 15%, Marine Le Pen 11%, Benoît Hamon 9%, Nicolas Dupont-Aignan 6%, Philippe Poutou 5%, Nathalie Arthaud 3%, François Asselineau 3%, Jean Lassalle 1%, Jacques Cheminade 0%.

A la question: Quel est le meilleur projet pour la France? Emmanuel Macron arrive en tête avec 23%, Jean-Luc Mélenchon 22%, François Fillon 18%, Marine Le Pen 15%, Benoît Hamon 11%. Tous les autres sont à moins de 5%.

A la question: Qui a le plus de qualités nécessaires pour être président?: Emmanuel Macron obtient 27%, Jean-Luc Mélenchon assez loin derrière avec 21%, François Fillon 20%, Marine Le Pen 13%, Nicolas Dupont-Aignan 3%, les autres à 1% et 0%.

Ce sondage d’après débat n’est qu’un instant T. Tout de même, le premier enseignement qui frappe est le positionnement de François Fillon. Dans aucune de ces 3 questions importantes, il ne prend la tête. Il est placé systématiquement en 3ème position. L’autre remarque est la position de Jean-Luc Mélenchon vainqueur dans la première question et 2ème dans les deux autres. Marine Le Pen est renvoyée partout à la 4ème place. Enfin, Emmanuel Macron tire son épingle du jeu en se plaçant 2ème à la première question et premier dans les deux suivantes, notamment sur les qualités nécessaires pour être président où il obtient 27%, laissant ses concurrents loin derrière. Pour un candidat considéré par BFM-TV comme le plus fragile, il ne s’en tire pas trop mal mais il reste encore deux semaines et demi….

Categories: France

Comments

  1. laulau274 8 avril, 2017, 11:29

    Poutou, pauvre guignol !!!!
    et quelle image de candidat présidentiable, il vaut 1% et c’est tout
    il ne représente même pas les ouvriers, ces derniers votent majoritairement FN maintenant, par rapport aux années 50 où ils votaient à gauche et principalement PCF
    demandez vous plutôt pourquoi mr prolo
    au lieu de critiquer bêtement

  2. prolo 6 avril, 2017, 14:02

    Clément
    voilà comment tu traite le représentant de pauvres Poutou Show, et toi t’es quoi?

  3. ZANKER Ludovic 5 avril, 2017, 17:49

    Ce débat a été sur la forme comme le fond démocratique, les deux chaines, BFMTV et CNEWS ont envoyé du lourd, tous les candidats ont été représentés.
    Un débat intéressant, mais qui ne nous a pas trop apportés de solutions aux vrais problèmes des Français dans leur quotidien.

    En revanche, le cas du candidat M.Poutou, c’était du pain bénit pour lui, ce débat lui tendu une bonne perche, il a fini sa conclusion en faisant rappeler aux Français, qui était M.Fillon par ces affaires juridiques, même s’il a été hautin sans le respecter, mais aussi Me Lepen en a pris pour son grade.

    Il s’est fait remarqué à plusieurs reprises, c’est vrai, mais il a joué un peu le jeu en mettant ce débat à son avantage.

    Après à suivre si les électeurs vont voter pour lui dont son programme se fonde sur des revendications anticapitalisme.

    A suivre

  4. Henri Clément 5 avril, 2017, 17:03

    A propos du Poutou Show d’hier soir :
    Marx avait prédit que les tragédies décisives de l’histoire, comme les révolutions, ne pourront se répéter que sous forme de comédie burlesque mise en scène par le capital : Poutou en est la l’illustration.
    Si la mission historique de « l’extrême gauche », incarnée par M. Poutou, qui surjoue le comique troupier de la lutte de classe (…de maternelle) est bien d’entériner l’idée que le prolétariat est immature, infantile et incapable de prendre en main les affaires sérieuses, c’est mission accomplie. L’opération de trotsko-entertainement est réussie pour ridiculiser les luttes populaires. Bravo l’artiste.

    « Nous, quand on est convoqué par la police, on n’a pas d’immunité ouvrière. » dit-il.
    C’est du Coluche, le talent en moins, mais la presse adore.
    Pourtant on ne défend pas l’intérêt des travailleurs avec des bons mots. Ce n’est pas en démolissant le statut et la crédibilité du parlementaire qu’on va renforcer le statut, l’immunité et la crédibilité du syndicaliste. Marine Le Pen a eu raison de faire le parallèle, car le syndicalisme, pour respectable et indispensable qu’il soit, n’est pas exempt de corruption manipulatoire, prétexte à répression.
    Et il faudra voir si le dit ex-syndicaliste bouffon a jamais eu le dixième de l’adhésion, la légitimité populaire d’un seul député d’opposition. Poutou anticapitaliste en peau de lapin n’aura pas dit un mot critique sérieux sur l’opération Macron, c’est en cela un coup de couteau dans le dos de la CGT en perte de vitesse… Les camarades travailleurs vont vite rire jaune de ces bouffonneries.

    Au terme de la deuxième moitié du débat (cela m’a suffit), j’ai eu la nette impression d’un joli tour de passe passe ourdi autant à gauche qu’à droite : »pas un mot sur le quinquennat précédent, tirons tous sur l’ambulance du soldat Fillon comme s’il était le président sortant ».
    Tous (Marine comprise) s’associent donc pour un seul objectif : M. Hamon étant hors jeu, il faut éliminer M. Fillon pour un second tour Macron-Le Pen et se partager les gamelles des cadavres des deux ex-partis « de gouvernement ».
    Business as usual. Dites moi que je me trompe.

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*