C’était il y a 100 ans, la « der des ders »

C’était il y a 100 ans, la « der des ders »

14-18, une catastrophe humaine. Ce centenaire, qui marque l’armistice de la Grande Guerre verra, au cours de ce week-end, des cérémonies dans tout le pays et notamment dans le nord-est. A Paris, le Président de la République reçoit 70 chefs d’État, pour les commémorations. Le pire eut été un abandon, progressif, de la mémoire collective. Il n’en est rien. Le pays tout entier vivra ces prochaines 48h dans l’émotion, en pensant à nos Poilus « Morts pour la France »

Categories: France

Comments

  1. zébulon 12 novembre, 2018, 18:48

    @Pascal Doriane : vous écrivez « aouh ! Pour arriver à recaser les mots « racisme », « homophobie » à l’occasion de la commémoration de l’armistice de 1918, il fallait oser ! Une macronite aigüe ? » AVANT de faire un commentaire il serait bon de le lire correctement. Certains conflits ont engendrés toutes ces horreurs ou qui persistent encore dans le monde. La guerre n’est pas un monde de bisounours non ! J’ai aussi eu de la famille qui a combattu en 14-18 mais il n’y a pas que cette guerre qui hélas fait des morts. il y en a des français qui sont tués en défendant les couleurs de la France, la liberté, la sécurité, la Paix de nos jours. Jamais je ne salirai la mémoire de tous ceux qui sont tombés pour la France. De plus ce centenaire commémorait tous ceux qui sont morts dans tous les conflits jusqu’à nos jours si je n’abuse. Vous avez mal interprété mes propos. Vous êtes tout excusé.

  2. Pascal Demoriane 11 novembre, 2018, 23:35

    « Tant de morts, de blessés, d’horreurs, de destructions, de racisme, de xénophobies, d’homophobies, de tortures, etc. » dit Zébulon.
    Waouh ! Pour arriver à recaser les mots « racisme », « homophobie » à l’occasion de la commémoration de l’armistice de 1918, il fallait oser ! Une macronite aigüe ?

    Alors s’agissant du racisme, moi, j’ai juste lu et relu les mémoires et les courriers d’époque de mon grand oncle, alors jeune lieutenant passé par Verdun, combattant jusqu’au campagne en Alsace faisant part de sa collaboration cordiale, amicale et productive avec ses homologues américains noirs, arrivés sur le tard. Ou est le racisme ? Je ne sais pas. Moi j’ai pas de trace objective. J’ai aussi des lettres de ma grand mère, marraine de guerre entretenant correspondance avec des soldats belges « sans famille » étonnés de leur collaboration avec les contingents africains, leurs mœurs spécifiques, oui, mais sans aucune connotation raciste. Donc non, je n’ai pas de traces objectives du racisme au champs de bataille. Pour ce qui est de l’homophobie en situation de guerre, vous nous donnerez vous sources, puisque vous osez. Cela nous intéressera.
    Il ne faut pas confondre la mémoire commémorattive avec un crachoir à bien pensance…
    C’est pas digne. Nos soldats du peuple morts pour la france ne sont pas les poubelles de la mauvaise conscience des citoyens démissionnaires du XXIe siècle qui tremblent au premier coup de feu en se cachant derrière des grands mots ! Non mais ! Honteux !

  3. zébulon 10 novembre, 2018, 15:53

    Espérons que le souvenirs, les documents, les archives, les musées, les témoignages écrits, audiovisuels de la Grande Guerre comme ceux de la deuxième guerre mondiale puissent servir afin que cela ne se reproduise jamais. Tant de morts, de blessés, d’horreurs, de destructions, de racisme, de xénophobies, d’homophobies, de tortures, etc. ont permis à certains de se permettre l’inacceptable, Et dire que sur cette planète il y a encore des conflits qui pourraient être évités mais l’homme étant le plus grand prédateur pour lui même arrêtera t’il un jour ? L’espoir fait vivre mais dans quelles conditions ?

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.