Catalogne, les indépendantistes gagnent mais Ciudadanos devient le premier Parti

Catalogne, les indépendantistes gagnent mais Ciudadanos devient le premier Parti

Paradoxe de la situation dû au système électoral et aux accords inter-mouvements. Les indépendantistes obtiennent 70 sièges sur les 135 que compte le Parlement catalan et les unionistes 65 sièges.  Ces derniers sont majoritaires en voix avec 52%, tandis que les indépendantistes obtiennent 47%. Ce n’était pas le cas précédemment. Autre changement de taille, le parti de centre-droit, unioniste, Ciudadanos, devient le premier parti en Catalogne avec 37 sièges au Parlement. Photo: Inès Arrimadas autre vainqueur des élections

La participation a été très forte avec 82%. Ce sont, ainsi, 4 360 843 électeurs, sur les 5 322 269 inscrits, qui se sont déplacés pour voter. 135 sièges étaient à pourvoir. Le parti Ciudadanos, situé au centre-droit et favorable à l’unité du pays, présidé par une jeune femme de 36 ans, née en Andalousie, Inès Arrimadas, obtient le meilleur score avec 37 sièges. Il sera allié au Parti Socialiste Catalan qui obtient 17 sièges et au Partido Popular (PP) de droite, présidé par le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. Pour celui-ci, c’est une défaite politique. En face, les partis indépendantistes, minoritaires en voix, obtiennent: 34 sièges pour le parti de Carles Puigdemont, Ensemble pour la Catalogne; Parti de Gauche républicaine (ERC) 32 sièges; Catalunya en Comù, proche de Podemos, 8 sièges et le parti de la gauche radicale (CUP) 4 sièges. On le voit, le positionnement gauche, centre et droite, ne veut plus rien dire ici. Les trois tendances sont indifféremment alliées dans l’indépendantisme et l’unionisme…

C’est en cela, également, que la situation est plus complexe qu’il n’y parait pour la suite des évènements. En additionnant les sièges des partisans de l’indépendance, la majorité est réelle. Mais, par le jeu d’alliances possibles, rien ne dit que des voix provenant du groupe proche de Podemos ne rejoindraient pas les unionstes de Madame Arrimadas. Podemos, parti de gauche de la gauche a toujours été défavorable à l’indépendance, mais rechigne aussi à une alliance avec la droite conservatrice de Mariano Rajoy. Sauf que dans le cas présent, PP avec seulement 3 sièges ne pèse pas lourd. A suivre…

Quels que soient ces accords d’alliance, ou pas, le nouveau Parlement catalan n’a pas pour mission de préparer un processus d’indépendance. Il devra poursuivre son travail dans le cadre de la Constitution de 1978.

Avec la contribution de José Manuel Arenga, à Barcelone.

 

Categories: Espagne, Europe

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.