Candidatures de façade très bien financées

Candidatures de façade très bien financées

La démocratie a bon dos. Ces candidats qui apparaissent à chaque élection présidentielle et législatives ont tous adopté la même parade lorsqu’on leur pose la question sur la pertinence de leur candidature. Souvent, les mêmes remettent le couvert tous les 5 ans et disparaissent de la circulation ensuite. Certes, ils sont tous respectables mais peut-on le dire de leur projet, composé d’un bric-à-brac de mesures qui sont autant d’enfoncements de portes ouvertes. La réalité cache parfois des arrière-pensées sonnantes et trébuchantes. Vidéo, militants de l’UPR en campagne:

Ils sont appelés « petits candidats » du fait de leur faible score. Ils se retrouvent tous les 5 ans sans avoir progressé dans les intentions de vote. 0,5%, 1,5%, 2%, 3,5%. Les plus chanceux peuvent atteindre les 5%…..

Au cours de la campagne certains assurent figurer au second tour et n’acceptent pas d’être contredits par ces emmerdeurs de journalistes, sinon la riposte est cinglante « et qu’est-ce que vous en savez que je ne serais pas au second tour, vous êtes devin? 

Parmi ces « petits candidats » deux disent volontiers ne pas chercher à être élus. D’abord, Nathalie Arthaud, l’une des représentantes de l’extrême gauche admet ne pas vouloir gouverner. Sa candidature est un appel à renverser le système tenu depuis des décennies par la droite et la gauche. Madame Arthaud ne donne pas la recette de ce renversement, les paroles suffisent…. Jacques Cheminade, aussi, sait qu’il ne peut gagner. Il prône des mesures dont certaines sont défendues par divers autres candidats et d’autres, impossibles à réaliser comme des navettes entre la Terre et Mars…. Philippe Poutou, qui ne fait jamais parler de lui, revient sur son sujet favori « prendre l’argent là où il est »…. Nicolas Dupont-Aignan, souverainiste parmi les souverainistes veut, encore une fois, créer la surprise. « Sortir de l’Europe et de l’Euro » constitue son principal fonds de commerce. L’ancien élu UMP est certain de figurer au second tour et de battre, ensuite, Marine Le Pen, de laquelle, sans le vouloir ou en le voulant, il n’est pas très éloigné idéologiquement….Jean Lasalle, le député situé au centre et ancien ami de François Bayrou, lui aussi se voit à l’Élysée.

Enfin, François Asselineau, autre souverainiste. « Sortir de l’Europe. Tout état peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union ». Monsieur Asselineau dénonce, par ailleurs, des complots fomentés par Washington contre l’Europe. Le complotisme constitue une partie de son programme…..

Ces « petits candidats », pour partie, voient aussi dans leur candidature un moyen de bénéficier d’argent public pour leur parti, ou micro-parti. Outre l’aide financière allouée pour la campagne présidentielle, ils bénéficieront ensuite, aux législatives, s’ils présentent des candidats et ce sera le cas pour certains d’entre eux, de primes octroyées en fonction du nombre de voix obtenues par l’ensemble des candidats, dans au moins 50 circonscriptions, ayant atteint 1% des votants. L’État leur attribue 1,70 € par voix. Bonne opération financière au final.

Categories: France

Comments

  1. José Alcala Author 30 mars, 2017, 09:45

    @ Henri Clément
    Sans vous en rendre compte, vous versez aussi dans la notion complotiste…Sur Fillon, c’est indéniable. Même au sein du parti il est lâché sur le sujet. Toutefois, sur ce cas précis, le complotisme de Monsieur Fillon est feint. Attitude à l’adresse de son noyau dur, dont il sait qu’il va mordre. Ainsi, lorsque des « journaleux » lui ont posé la question sur ce « Cabinet Noir » qu’il avait tenté d’instrumentaliser avec sa « visite » à Jean-Pierre Jouyet concernant Nicolas Sarkozy, Fillon a balayé d’un revers de main…

    Oui, Henri Clément, le complotisme existe parce qu’il y a une clientèle fidèle adepte de ces sensations fortes. Vous, les fans de partis nationalistes, pompeusement appelés « souverainistes », vous en êtes de très bons clients. C’est une obsession, un dogme, une foi. Monsieur Asselineau est l’un de ses maillons en politique. Lisez son projet. Il y évoque « la main de Washington ». Roman de gare mal écrit. Le candidat décrit-il des situations avérées, avec noms, dates, situations vécues, témoignages, chiffres, démonstrations concrètes? Évidemment non!
    Votre comparaison avec Caméra Diagonale ne tient pas au fond. Ce média donne des informations, derrières lesquelles sont rassemblées, précisément, des témoignages, confidences dûment identifiées, enregistrements. Les informations sont recoupées et résumées et les sources jamais révélées. Nous sommes loin, ici, d’une quelconque théorie voisine d’un complotisme.

  2. Henri Clément 29 mars, 2017, 18:52

    Complotisme… un mot bien usé du prêt à (ne pas) penser, non ?
    On a un peu du mal à faire le lien entre des « théories du complot » fantasques chez les fans d’Elvis Presley, chez les sceptiques sur la mission Appolo (évoqués en votre article précédent) et la position accusatoire certes discutable de François Fillon contre l’Elysée ou ici les exposés très documentés de Monsieur Asselineau sur les liens USA-UE.
    Faire ce lien, n’est-ce pas là précisément un premier ressort complotiste ?

    Car voilà un concept et un amalgame à double effet. L’anti-complotisme est toujours contradictoire : il dénonce sont propre processus argumentaire.
    Exemple. Camera diagonale excelle, entre autre, dans la chronique avisée, retro ou prospective, des dialectiques d’intérêts, des tractations, des négociations ouvertes ou discrètes, alliances et dés-alliances politiciennes dans la région.
    Cela en fait-il un blog complotiste ? Stricto sensu, oui, pourquoi pas, mais évidement si en mauvaise langue on veut y mettre une nuance péjorative, et ceci de façon non démontrée. L’affirmer n’est pas une info valide.
    Eh bien, M. Asselineau, comme beaucoup d’autres intellectuels compétents, fait de même à l’échelle internationale, non pas en tant que journaliste mais en tant que citoyen-candidat. Lui prêter d’emblée une intention trompeuse, manipulatoire intéressée et une absence de crédibilité n’est-ce pas justement …du complotisme implicite ?

    Plus généralement, les tenants de l’anti-complotisme ambiant ne sont-ils pas les champions de l’épouvantail Poutinien, ce nouveau « je suis partout » des bonnes consciences actuelles ? Et la diabolisation de l’adversaire, cette vieille ficelle venant des mêmes, n’est-ce pas du complotisme ? Pourquoi M. Poutou ne serait-il pas complotiste, lui ? On peut multiplier les exemples.

    Je suggére de parler de plutôt de « courant politique à forte, large ou profonde teneur critique » s’agissant de M.Asselineau… comme de M.Mélanchon, ou de Mme Arthaud.

  3. Pierre Vandevoorde 29 mars, 2017, 14:07

    En effet, Philippe Poutou est jusqu’alors moins connu qu’Olivier Besancenot, et franchement, ce n’est pas tout fait de notre faute, car les médias l’ont quasiment boudés jusqu’à la fameuse émission « On n’est pas couché » où la morgue, la légèreté et l’inconscience d’un tout petit monde de nantis a fait scandale. Mais ce que je voulais surtout souligner ici, c’est que si le NPA (parti pas tout à fait inconnu quand même) a fait le choix de présenter Ph. Poutou (pour la seconde et dernière fois d’ailleurs, conformément à nos principes), ce ne n’est que très accessoirement pour profiter du financement public ou pour faire parler de nous. Ce qui nous importe, c’est de promouvoir l’idée qu’il faudrait arriver à ce que celles et ceux d’en bas se représentent, sans faire confiance à un-e quelconque sauveur-e suprême. C’est ce que nous avons tenté en lançant l’idée du NPA il y a 10 ans. Nous n’avons pas réussi, nous sommes prêts à recommencer avec celles et ceux qui prennent au sérieux la conjonction de l’urgence sociale et de l’urgence écologique et cherchent à construire une opposition de terrain, démocratique et radicale

Write a Comment