Brèves sans comptoir

Brèves sans comptoir

Reprise de cette rubrique très suivie si l’on en juge par les chiffres des statistiques. Aujourd’hui, allons du côté de Louviers avec la marche très soutenue du « prochain maire »et de son concurrent direct, le maire sortant; puis de la future loi prévue en février sur les GAFA et des conséquences probables;

Du côté de Louviers rien n’est clair. Situation nébuleuse sur plusieurs fronts? Voyons: Diego Ortega est candidat déclaré aux municipales de mars 2020, c’est-à-dire dans 14 mois. Il est fonctionnaire territorial et a été le DirCab de Franck Martin, l’ancien maire. Diego Ortega, (à ne pas confondre avec Daniel Ortega le Président nicaraguayen) est manifestement compétent. Toutefois, d’aucuns se demandent pourquoi il s’use de la sorte, longtemps avant le scrutin, sur Facebook et sur le terrain, dans la moindre manifestation d’importance inégale. De plus, il tend à une association avec le PS alors que son mentor Franck Martin était à couteau tiré avec ce parti. Qui ne se souvient des joutes verbales, qui allaient, parfois très loin, avec le maire PS de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet. Pour terminer, Diego Ortega semble bien disposé envers les gilets jaunes, mouvement haï de Franck Martin qui le traite de « peste brune » sur son compte Facebook. Comprenne qui pourra.

Le maire de Louviers, François-Xavier Priollaud, ancien UDI passé au MoDem il y a quelques mois, a assisté mardi dernier au grand débat avec le Président de la République et 600 maires normands. Il a changé, lui aussi, d’écurie politique. En 2017, lors de la campagne d’Emmanuel Macron, il était très critique envers lui, tout comme l’était son ami, l’actuel Président de la Région Normandie, Hervé Morin. La différence, aujourd’hui, entre les hommes est que Hervé Morin est resté fidèle à sa position initiale. Cela étonne beaucoup dans le Landerneau, à telle enseigne qu’un responsable politique de la Région pense tout haut qu’il s’agit, dans ce positionnement, d’une astuce calculée. Ah bon? Ben v’la aut’chose!

Ainsi, le ministre des Finances, Bruno Le Maire, élu de l’Eure, prépare un projet pour février prochain, sur la taxation des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple). C’est au cours du second semestre 2019 que l’Assemblée devrait, semble-t-il, voter une loi sur le sujet. Les groupes américains devront payer au fisc français jusqu’à 5% maximum de leur chiffre d’affaire. La mesure devrait rapporter autour de 500 millions d’euros. Le ministre explique qu’il est injuste que les géants américains ne payent que 9% d’impôts en France, alors que les PME françaises s’acquittent de 23%%. Certes, mais ne serait-il pas plus juste que ces PME soient ramenées à une fiscalité de 9%? Elles apprécieraient à coup sûr. Cette décision pourrait avoir un coût réel pour les utilisateurs français: paiements des services gratuits tels les hébergements de vidéos sur YouTube (YouTube est devenu propriété de Google) au prorata du nombre de mégaoctets hébergés; des hébergements Facebook, des applications d’Apple et ainsi de suite. Car, il faudrait être naïf pour croire que les GAFA se contenteraient de payer des impôts supplémentaires sans retomber sur leurs pieds, économiquement.

Categories: Eure

Write a Comment