Brèves sans comptoir

Brèves sans comptoir

Les élections régionales approchent et en coulisses se traitent les affaires de têtes de listes et de candidats indésirables et, ou, désirés. Les communistes sont clairs: pas d’alliances, à priori, mais rien n’est exclu….Europe Ecologie-Les Verts compose sa liste de premier tour et éjectera des colistiers au second… La police municipale de Vernon chahutée à l’intérieur, elle change de chef plus souvent qu’à son tour… Le président du département de l’Eure menace de ne plus payer le RSA à la fin de l’année si l’État continue de lui serrer le kiki…financier.

Jean-Luc Lecomte est conseiller régional sortant, Front de Gauche. En rupture avec les socialistes, il sera la tête de liste pour les régionales des 6 et 13 décembre prochains. A la question sur une alliance avec les socialistes, au second tour, l’ancien maire-adjoint de Vernon répond que cela dépendra de beaucoup de choses. Notamment, si la liste socialiste lui réserve, ou non, une place dans les quatre premiers. Ce qui parait impossible puisque la première place est pour Marc-Antoine Jamet, la 2ème revient obligatoirement à une candidate, la 3ème est garantie pour Timour Veyri le secrétaire de la section PS d’Évreux et la 4ème encore une candidate. La défaite, probable, des socialistes fait qu’ils n’auront que 4 élus. Jean-Luc Lecomte a fait le compte et le compte n’y est pas. Les communistes présenteront leur liste complète au second tour.

Le brouillamini est encore plus profond chez les écologistes de EELV. Ils présentent une liste autonome, dans l’Eure également. Elle sera conduite par Laëtitia Sanchez, la secrétaire régionale de EELV, militante qui tient plutôt la route dans son domaine. Néanmoins, la clarté laisse à désirer entre socialistes et écologistes. En effet, l’accord passé entre eux fait état d’une fusion des listes pour le second tour et…la tête de liste écolo se retrouvera sur la liste PS en 4ème position, donc éligible. Cet accord, sous le coude pour l’instant, sacrifie de fait la candidate socialiste, Martine Seguela, prévue à l’origine en 2ème ou 4ème place. Question: pourquoi PS et EELV ne se sont-ils pas associés dès le 1er tour?. « Ah mais non! Il est important de se compter au premier tour pour peser au second », clament les caciques des deux camps.

Sur cette même liste socialiste figure Mélanie Mammeri en 2ème position, derrière Marc-Antoine Jamet, le premier secrétaire fédéral du PS. Ce dernier ne peux pas encadrer la jeune femme et fait tout son possible pour qu’elle dégage. Mais voilà, Madame Mammeri est défendue par Nicolas Mayer-Rossignol, le président de la Région, qui pèse davantage sur ce type de décisions.

Le chef de la police municipale de Vernon change pour la deuxième fois en 5 mois. En juin dernier c’était Xavier Obry qui partait pour désaccord avec l’élu en charge de la sécurité. Il était remplacé par Thierry Launay à la tête du groupe de policiers municipaux. Patatras! le même élu convoque son nouveau chef de la police et le décharge de sa fonction. Il le remplace par le maître-chien, Hervé Chauvin. Que se passe-t-il? Incompétence à occuper la responsabilité, ou humeur changeante de l’élu « sécurité »? L’on se souvient, lors de l’arrivée de la nouvelle équipe municipale, que Sébastien Lecornu avait déclaré prendre en charge, personnellement, l’ensemble du secteur lié à la sécurité. A priori ce n’est pas le cas. A quand le 3ème changement de chef de la police municipale?

Le président du Département de l’Eure, Sébastien Lecornu, menace de ne plus payer le RSA  si l’État continue de faire peser la charge financière sur le seul département. Il met le doigt sur un accord, à l’origine, qui n’est pas respecté. L’État devait prendre la charge financière intégralement en transférant la compétence aux départements. La réalité aujourd’hui est loin de l’accord. L’État a laissé les départements payer la facture, qui n’en finit pas pas de s’alourdir. Le président Lecornu se donne jusqu’à la fin de l’année pour mettre en œuvre sa menace. Le montant total du RSA était de 70 millions d’euros pour passer à 77 millions, dont la moitié à la seule charge du département parce que l’État a gelé sa participation depuis 2012. Alfred Recours, le président socialiste de la commission des Finances du conseil départemental a donné raison raison à Sébastien Lecornu en déclarant « la fraude principal au RSA, c’est celle de l’État et des 40M€ qu’il ne compense pas », sans doute pour répondre aussi aux accusations de Sébastien Lecornu qui souhaite faire la chasse aux fraudeurs- allocataires du RSA.

Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.