Vernon, majorité-opposition jeu de Guignols

Vernon, majorité-opposition jeu de Guignols

Le favoritisme est-il une pratique des majorités municipales envers des militants politiques, ou amis? La réponse est variée, mais affirmer qu’elle est une réalité absolue ou un mensonge avéré, est faux. La polémique,  sur le sujet, au sein du conseil municipal de Vernon, est, par conséquent, une perte de temps. Les deux camps, à Vernon comme ailleurs, s’adonnent à ce type d’exercice, à rythme varié, pour le meilleur et le pire. Chaque groupe défendra sa position sur l’intérêt général, ou la qualité des projets subventionnés. Dans leur subconscient, l’appartenance à une couleur politique (la leur) est déjà une « qualité ».

Rien ne sert de mentir, il faut favoriser à point.

Le dernier numéro du journal de communication de la ville de Vernon rapporte, dans sa rubrique « Expression Libre », un texte signé de l’opposition socialiste du groupe « Oui Vernon Avance ». Il dénonce les propos de l’adjoint au maire de Vernon, Alexandre Huau-Armani, qui, lors du conseil municipal du 25 mars dernier, avait proféré de graves accusations, sur des subventions accordées aux associations. L’adjoint chargé de la culture avait déclaré « désormais il n’est plus besoin d’avoir sa carte. (de militant PS, NDLR) Il s’agit simplement pour une association de s’engager dans la vie municipale ». L’opposition socialiste y a détecté une accusation directe de la part de l’équipe de Sébastien Lecornu sur un supposé favoritisme par l’ancienne majorité socialiste envers des associations amies du PS. Le groupe PS déclare avoir saisi La procureure de la République afin d’engager une procédure judiciaire. C’est, évidemment, faire beaucoup de mousse pour pas grand-chose. En effet, il y a belle lurette que la tentation de favoritisme, en général, envers des amis politiques est une réalité, partielle. Le groupe PS de la ville de Vernon manque une occasion de se taire. Un seul exemple peut illustrer l’attaque de l’adjoint à la culture: En 2008, lorsque les socialistes prennent la mairie de Vernon, ils allouent une subvention de 40 000 euros à une association qui propose la création d’un festival de cinéma intitulé « La Normandie et le monde ». Le festival sera renouvelé 5 fois avec une subvention annuelle de 20 000 euros. Le président de l’association, créateur du Festival, était membre du Parti socialiste de Vernon. Au demeurant, un homme sympathique qui cherchait à réaliser un projet pour la ville. Pourtant, si ce même projet avait été initié par un militant UMP, Monsieur N’guyen Thanh aurait-il attribué la subvention? Chacun répondra comme il l’entend.

Que la majorité municipale « Les Républicains », ne se réjouisse pas trop vite. Il y a autant à son service. Que le maire de Vernon dise qu’il ne succombe pas à la tentation, de favoritisme, n’engage que lui. Comme pour le groupe socialiste, offrons-lui l’occasion de réfléchir. Un seul exemple. L’attribution de subventions provenant du Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce (FISAC). Il s’agit d’attribuer de l’argent aux commerçants locaux pour renouveler et moderniser leurs magasins. C’est la municipalité qui étudie les dossiers et choisit les heureux bénéficiaires. Le numéro 23 du journal municipal VernonDirect, rapporte qu’une bijouterie de Vernon s’est vue attribuer la somme de 10 000 euros dans le cadre de l’opération. A y regarder de plus près, c’est ce que fait Caméra Diagonale, le couple de bijoutiers, en question, a soutenu la campagne électorale de la majorité municipale, en 2014 et est membre du parti « Les Républicains ». Peut-être que cette bijouterie du centre ville se trouve dans un état économique qui autorise une substantielle aide financière, mais si les patrons avaient été membre du PS, l’auraient-ils obtenue?

Peut-être faudra-t-il à la majorité et à l’opposition trouver d’autres dossiers à débattre, plus sérieux.

DROIT DE REPONSE  samedi 26 novembre 2016

Dans le cadre du droit de réponse, le responsable du festival de cinéma adresse à Caméra Diagonale le texte qui suit. Il conteste les chiffres donnés dans l’article.

—————————

               Droit de réponse:

M. Alcala cite des chiffres dans son article concernant les subventions municipales versées à l’association Cinénum pour l’organisation du festival La Normandie et le Monde. Ses chiffres sont faux.

J’ai donc commenté son article en donnant, dans mon commentaire du 29 juin, les vrais chiffres. Mes chiffres peuvent facilement être vérifiés puisque les subventions aux associations sont votées publiquement en conseil municipal.

Monsieur Alcala, qui veut avoir le dernier mot, a rédigé un commentaire à mon commentaire.

Au lieu d’admettre son erreur sur les chiffres, il essaie d’une part d’en réduire la portée « Mais qu’importe…les chiffres »…

D’autre part il donne une nouvelle piste. Je cite : « Peut-être que les généreux donateurs ont intégré les coûts de la logistique fournie par la ville avec occupations de salles et heures de travail d’employés communaux? ». Cette hypothèse est destinée à faire croire qu’en ajoutant certains coûts, ses faux chiffres sont peut-être vrais. Cette hypothèse est fausse. J’attends avec curiosité que Monsieur Alcala apporte un élément concret à ce sujet. L’exercice sera particulièrement intéressant pour l’année 2008, pour laquelle il annonce une subvention de 40000€ alors qu’il n’y en a pas eu du tout, le festival ayant commencé en 2009.

Je ne vais pas commenter dans le détail tout le reste de son bavardage, essentiellement un tissu d’élucubrations sans queue ni tête, d’agressivité et de transformation de mes propos.

Pierre Constantin – président de l’association Cinénum

Categories: Vernon

Comments

  1. José Alcala Author 29 juin, 2016, 09:52

    Bonjour Monsieur Pierre
    En premier lieu, je respecte votre anonymat puisque telle est votre démarche. Ensuite, je vous réponds sur le fond et sur les erreurs, par omission, que vous commettez. Le montant des subventions annuelles, indiqué, est celui qui nous a été fourni à l’époque. Peut-être que les généreux donateurs ont intégré les coûts de la logistique fournie par la ville avec occupations de salles et heures de travail d’employés communaux? Mais qu’importe, que vous ayez bénéficié de 140 000€ au total, ou 88 000€, 20€ ou même d’un million€. Le sujet de l’article traite, au fond, sur des accusations que se lancent majorité et opposition dans l’attribution de subventions basées sur du favoritisme. Aussi, le propos est de les renvoyer dos à dos, sur le thème, dans certains cas. Je pense que l’article est suffisamment explicite. J’emploie le mot « exemple », car il s’agit bien d’exemples et « exemple » n’est pas synonyme « d’habitudes » ou d’agissements répétés. Au passage je remarque que vous justifiez les subventions par la qualité du projet, or je n’ai pas abordé l’intérêt de ce festival. Mais puisque vous l’intégrez dans votre réponse, parlons-en: que reste-t-il de ce festival, quel impact sur les vernonnais, quel intérêt culturel? etc…
    Enfin, vous soutenez que le maire socialiste de l’époque aurait attribué la subvention si le projet était celui d’un militant UMP. Je pense que vous vous moquez du monde. De même, si vous l’aviez proposé à un maire UMP il ne vous aurait pas suivi. Alors oui, il y a du favoritisme en ce qui concerne certaines subventions portés par des militants politiques et c’est ce dernier point qui reste déterminent, qu’on le veuille ou non. Peu importe que soyez soutenu par Yolande Moreau ou par le Pape François.

  2. Pierre 29 juin, 2016, 01:24

    Bonjour Monsieur Alcala,
    Je suis désolé mais il y a un certain nombre d’inexactitudes dans votre article, je me permets donc ce commentaire.
    1 – Le Festival La Normandie et le Monde n’a pas reçu de subvention de 40000€ pour organiser un festival de cinéma en 2008. La première édition du festival a eu lieu en 2009 et a été subventionnée à hauteur de 20000€ par la mairie de Vernon. Ce montant est resté identique non pas pendant 5 ans comme vous l’indiquez mais pendant 3 ans, puisqu’ensuite il est passé à 8000€ pour la quatrième et la cinquième année, puis 10000€ la sixième année. Votre article est donc trompeur en augmentant largement les sommes en jeu.
    2 – Vous indiquez que la subvention donnée au festival est un exemple de favoritisme. En utilisant le mot « exemple », vous signifiez qu’il y en a beaucoup d’autres dans le même cas, ce qui me semble faux. La Normandie et le Monde n’est pas donc pas un exemple. Le montant des subventions aux associations par la ville de Vernon est de l’ordre de 800000€ par an. Et vous savez très bien que, quels que soient les changements de majorité, à quelques exceptions près, les subventions varient peu. Et quand elles varient, c’est en fonction de choix politiques légitimes. La gauche a sans doute privilégié la culture et le social quand la droite privilégie les associations sportives qui organisent des compétitions. Parmi les nombreuses associations subventionnées, quelques dirigeants associatifs ont en parallèle des engagements politiques à droite ou à gauche, et alors ?
    3 – Je tiens aussi à vous indiquer que l’association percevait également une subvention de la Cape pour certaines de ses activités ! La Cape était alors présidée par M. Volpatti, qui, à ma connaissance n’est pas au parti socialiste. La Cape, comme la mairie de Vernon, a subventionné un projet que j’ai mis du temps à préparer. Et évidemment chaque année, je justifiais des sommes dépensées.
    Je n’ai donc pas l’impression d’avoir bénéficié d’un quelconque favoritisme, ni d’un côté ni de l’autre. Je crois que ma crédibilité venait de mon parcours. J’ai été quelques années professionnel dans le milieu du cinéma. Juste avant de créer le festival à Vernon, je venais de passer pas mal de temps à seconder le responsable d’un festival international en Afrique. J’avais le soutien de Yolande Moreau. Je pense donc que l’équipe de Philippe Nguyen Thanh aurait très bien pu subventionner ce projet, même si je n’avais eu aucune carte.

  3. zébulon 19 juin, 2016, 18:38

    Il ne reste plus qu’à créer un festival vernonnais avec un « cresson d’or », créé pour l’occasion par l’heureux bijoutier subventionné, lors du festival de cinéma, de théâtre à Vernon. Reste à savoir si une subvention sera attribué pour l’organisation de ce festival peut être par un partisan du seul parti n’ayant pas eu de subvention : cherchez bien et vous aurez droit à un place gratuite !

  4. Henri Clément 19 juin, 2016, 18:25

    Vous parlez ici des éventuels élus « favoriseurs », aux accointances discutables, mais ce qui m’étonne le plus c’est d’observer ce qu’il y a en face : les « candidats aux faveurs » ou du moins ceux qui cherchent plus ou moins consciement – et plus ou moins lourdement – à se mettre sur ce « marché d’opportunités »… chez certains cela peut commencer très tôt et aller très loin, prendre des proportions aussi déraisonnables que ridicules. Oui, c’est un classique du management, le favoritisme ressenti peut s’enraciner dans les psychologies collectives sans qu’il y ait nécéssairement de fait patent pour le concrétiser. Il a donc sa clientèle assurée ! Ne mettons pas tout sur le dos des politiques.
    On pourrait s’amuser à analyser la façon dont ils y cèdent selon qu’ils soient de droite ou de gauche, car les motivations comme les justifications ne sont pas exactement les mêmes !

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.