Bernard Fragneau, ancien préfet de l’Eure, s’est suicidé

Bernard FragneauxPersonnage haut en couleur et atypique, Bernard Fragneau n'avait peur de rien ni de personne. Son passage dans l'Eure, entre 2000 et 2004, a laissé un souvenir contrasté. Les élus qui l'ont côtoyé s'en souviennent bien. Il était aussi d'une droiture exemplaire. Parfois il dépassait la ligne blanche, mais c'était dans l'intérêt général. En 2010 il claque la porte au nez de Nicolas Sarkozy. Il a mis fin à ses jours, hier.

Né le 7 mai 1951, ancien élève de l'ENA, Bernard Fragneau a mené une carrière de Haut Fonctionnaire, tambour battant. Il sillonne les départements comme sous-préfet, à partir de 1979, durant une dizaine d'années. Il fera une incursion à France 2 en qualité de Secrétaire général, auprès du directeur généra de la chaine, Jean-Michel Gaillard, durant deux ans. En 1997, il est nommé préfet du Jura, puis dans l'Eure en 2000. Il y restera jusqu'en 2004, pour aller ensuite dans l'Essonne. Dans ce département il saisit la Cour régionale des Comptes à propos du budget de la mairie de Corbeil-Essonnes dont Serge Dassault est le maire. Moins d'un mois plus tard, il est muté dans le Pas-de-Calais. Son périple se poursuit dans le Poitou-Charentes, puis dans la Région Centre comme préfet de Région. C'est là, en 2010 qu'il fait expulser une étudiante marocaine en situation irrégulière. Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, désavoue Bernard Fragneau et fait revenir l'étudiante. Piqué dans son honneur, le préfet demande à être relevé de ses fonctions et être placé Hors Cadre de la fonction publique. Bernard Fragneau a décidé de mourir, hier, lundi 20 janvier 2014.

Categories: Eure

Write a Comment