Bayrou-Sarnez touchent le Super Loto

Bayrou-Sarnez touchent le Super Loto

Bayrou-Sarnez, Sarnez-Bayrou. Quand l’un se montre, l’autre n’est pas loin. Ils sont en politique depuis 30 ans grâce au système qu’il dénoncent par ailleurs. En cette année 2017, ils ont enfin décroché la bonne grille du Super Loto. François Bayrou, après de vives critiques envers Emmanuel Macron, se retrouve au zénith de sa carrière politique et se positionne comme le vrai leader du Centre.

En janvier dernier, François Bayrou estimait qu’Emmanuel Macron était une « coquille vide« . Au fil des semaines, le patron du Mouvement Démocrate s’aperçoit que le leader d’En Marche est, peut-être, en train de réussir ce que lui, François Bayrou, avait toujours rêvé de concrétiser. La « coquille vide » devient subitement l’homme à l’épaisseur réelle. Bayrou lorgne vers lui, pour finir dans ses bras. Le futur Président saisi l’opportunité et en fait son gage centriste. Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI rate une occasion qui ne se renouvellera pas avant longtemps.

Le vrai poids de Bayrou

Lorsqu’en février François Bayrou propose une alliance à Emmanuel Macron, il le fait au regard des bons sondages attibués au candidat d’En Marche. Ce dernier était, alors, sur la pente ascendante, crédité de 19% derrière Marine Le Pen et François Fillon. Le gain de 5 points lui ayant permis la victoire finale serait la conséquence du geste de François Bayrou. La réalité est qu’on ne le saura jamais. Toutes les supputation sont possibles. Rien n’indique, en effet, scientifiquement, que sans l’alliance avec Bayrou, Emmanuel Macron n’aurait pas remporté la présidentielle. D’abord, parce que les électeurs du MoDem ne sont véritablement identifiés. Qui sont-ils? Combien sont-ils? comment votent-ils en l’absence de candidats MoDem aux diverses élections. L’estimation de 5%, indiquée par les sondeurs ne permet, aucunement, d’indiquer que ces électeurs aient voté dans leur intégralité pour Emmanuel Macron. Ainsi, la probabilité que  la victoire du nouveau Président soit la conséquence du ralliement de François Bayrou n’est qu’une lecture parmi d’autres et non une vérité révélée.

Gourmand et menaçant

D’abord, François Bayrou a menti lorsqu’il affirmait devant les caméras qu’il n’y a eu, avec Emmanuel Macron, d’accord quant au nombre de circonscriptions attribuées aux candidats labellisés MoDem. Seulement voilà, dès la divulgation de la première liste portant sur 424 circonscriptions, François Bayrou se cabre, se fâche et dénonce le reniement de la parole donnée. Voilà qu’après coup, François Bayrou admet qu’il y a bien eu accord verbal. Le président du Mouvement Démocrate n’accepte pas les 35 circonscriptions et en demande entre 120 et 130. La République En Marche, après discussions de plus de 4 heures, lui en attribue 85, dont une quarantaine éligibles. Si l’opération est acceptée par les électeurs, décideurs in fine, Bayrou aura réussi le coup de sa carrière: obtenir 40 députés et un groupe à l’Assemblée, sans militants et sans élus. Ses exigences vont encore plus loin: il impose Marielle de Sarnez  dans le nouveau gouvernement. Elle obtient celui des Affaires Européennes. Petits arrangements, copinage. Un duo politique pas très éloigné, moralement, d’un comportement à la « Thénardier »

Bayrou et Sarnez pourfendent un élément important de la « moralisation de la vie politique »

François Bayrou est nommé Ministre de la Justice Garde des Sceaux. Il est l’instigateur d’une future loi sur la moralisation de la vie publique, entièrement assumée par le Président de la République lequel avait indiqué au cours de la campagne sa volonté de limiter le nombre de mandats. Ce texte prévoit un maximum trois mandats consécutifs de parlementaire, national et européen. Manuel Valls n’a pas obtenu l’investiture La République En Marche, principalement pour cette raison. Il arrivait au terme de son 3ème mandat. Pourtant, la mesure ne s’appliquera pas à Marielle de Sarnez, députée européenne, qui achève son 3ème mandat. Elle est pourtant candidate aux législatives dans la 11ème circonscription de Paris, pour un 4ème mandat donc. Devant la réticence de la Commission Nationale des Investitures de la République En Marche, qui rappelle ce point important, François Bayrou monte de nouveau au créneau pour défendre sa protégée. La CNI recule. Monsieur Bayrou, moralisateur de la vie publique pour les autres, mais pas pour lui.

 

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*