Bavards de l’information

Bavards de l’information

Ils sont des incontournables des chaines d’infos en plus de leurs charges à Paris-Match et au Figaro Magazine. Leurs interventions médiatiques ne laissent aucun doute sur leur sensibilité politique. Logique, s’agissant des journaux pré-cités, mais fâcheux sur des antennes TV s’adressant à tout le monde. Leurs bavardages militants est une anomalie intellectuelle.

La liberté de la presse et des journalistes qui la servent est une vertu qu’il faut protéger. Mais, entre cette liberté d’informer et l’œuvre militante de certains journalistes il y a un pas que d’aucuns franchissent allègrement. C’est le cas pour ces deux brillants hommes, qui ont choisi d’informer sur la base de leurs points de vues personnels. Ainsi, lors de la campagne présidentielle de 2017, l’un et l’autre s’étaient rangés dans le camp Fillon et moquaient sans retenue le candidat Macron, qui ne pouvait gagner face à Fillon.

Mauvaise foi affichée

Hier, sur un plateau TV, en direct, le fort en thème répond, après que son interlocuteur évoque « deux France » que la France des gilets jaunes est loin d’être majoritaire. Ces gilets jaunes, depuis le 17 novembre, sont au mieux 300 000. Reste 66 millions de français qui ne sont pas gilets jaunes…« . Argument frelaté, s’il en est. Le journaliste semble être à côté du réel. Ou bien, il fait semblant d’être idiot, ou, effectivement il manque à la fois de finesse et d’analyse objective. En effet, sur le terrain, de samedi en samedi, les gilets jaunes pouvaient rassembler, au mieux, quelques dizaines de milliers ou centaines de milliers de personnes. En revanche, les français étaient et restent environ 65-70% à leur être favorables et les soutenir. Cela représente autour de 20 à 30 millions de français majeurs. Cette réalité n’a pas effleuré nos deux journalistes.

Approximatif

L’autre, celui de Paris-Match, sert quotidiennement le même discours. Sa finesse professionnelle va, aussi, jusqu’à confondre en direct sur un plateau, un gilet jaune authentique, avec un militant d’extrême-gauche portant le même patronyme, lui assénant « vous êtes un faux gilet jaune », ce à quoi il s’est vu répondre « c’est vous qui êtes un faux journaliste »

Voilà comment la désinformation peut faire son œuvre, insidieusement, avec certitude et révérence, en prime.

Categories: France

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.