Apparu apparait bien peu crédible

Apparu apparait bien peu crédible

Éditorial flash

Voilà, c’est reparti pour les revirements. Les anciens soutiens des concurrents de François Fillon, pendant la primaire, ont été recasés dans l’organigramme du candidat. Tous, ou à peu près, mangent leur chapeau, retournent leur veste, tiennent des discours à l’opposé de ceux qu’ils tenaient hier . Leur carrière ne peut se poursuivre qu’à ce prix. Ainsi, ce matin (un exemple parmi d’autres) Benoît Apparu, porte-parole d’Alain Juppé et qui défendait les propos du maire de Bordeaux sur l’impossibilité de supprimer 500 000 fonctionnaires en cinq ans, mais seulement 250 000, change de discours. Interrogé par Jean-Jacques Bourdin sur cette question, Benoît Apparu a fait cette réponse « Supprimer 500 000 fonctionnaires c’est difficile, mais c’est possible« . Voilà où va se nicher la politique à la petite semaine, de ces fantassins d’opérette.

Categories: France

Comments

  1. ericp27 21 décembre, 2016, 22:47

    et comment voulez vous que l’abstention ne prenne pas plus d’ampleur avec tous ces guignols?
    on a systématiquement 50% a chaque scrutin, c’est grave.
    1 français sur 2 n’en a plus rien a foutre !
    que faut il faire pour qu ils se reveillent, ouvrent grand leurs yeux et leurs oreilles

  2. RAOULT E. 21 décembre, 2016, 11:49

    Pour moi, Benoist Apparu était peu crédible depuis un certain temps déjà. Quand on suit un peu les politiques, leurs zigzags donnent le tournis.Prenons par exemple « le jeune » Darmanin venu à Vernon, à l’EPA, en 2012. Il est connu de ses semblables (et jusqu’à présent il s’en sort bien) pour serpenter, passant de son chef Bertrand à l’ancien Président lors de la présidence de l’UMP l’an dernier puis des Primaires de droite (qu’il pensait dans la poche pour Sarkozy, malheureusement – pour lui – battu au premier tour) et se retrouvant illico presto au premier rang des soutiens de campagne du gagnant Fillon. Mais le Parti est le même. Qu’ils s’arrangent entre eux. C’est plus grave pour certains électeurs dont beaucoup votèrent Bayrou et lui offrirent une obole consistante, mais le virent un peu plus tard recommander de voter Hollande, et qui zigzague de nouveau le mois dernier en faveur de Juppé. Ils se sont plantés tous les deux, et voici que certains juppéistes se tournent vers le juvénile Macron. S’encarter, après de telles prouesses ? Ca refroidit. Benoist Apparu, l’an dernier, a partagé du rouge à lèvres devant les photographes avec Jean-Christophe Lagarde (UDI), croyant séduire les dames pour « la journée de la femme » (il y a une journée de l’homme ?). Ils étaient simplement ridicules mais ledit Lagarde, en outre, a été tout simplement lamentable lorsqu’il a fait faux bond à Marc Le Fur pour offrir la Bretagne par marchandage au cumulard Le Drian. Je constate qu’on mange virtuellement beaucoup de chapeaux ces temps-ci, du chapeau mou (qui revient à la mode à Paris) à la casquette Ricard, en passant par le bérêt basque, la kippa, le bibi et la capeline. Le pape, lui a complètement abandonné sa tiare pour une calotte, qui pèse moins lourd, certes, mais qui est tout-de-même un peu légère pour le prestige du représentant (qui ignore les femmes dans son organisation mais prétend les orienter, quand les imams en ont plusieurs tout en les réservant à la ponte et à la tambouille) d’un milliard de pratiquants de l’Eglise romaine. Au moins, on a la calculette en mains chez Fillon. Ils sont assez nombreux pour s’en sortir (même sans la mixité qui n’est pas au programme, ce qui, entre nous, n’est pas plus mal).

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.