Jeune garde LR, dépassée

Jeune garde LR, dépassée

Éditorial

La réunion publique organisée vendredi soir, à Vernon, en soutien au candidat Alexandre Rassaërt a été un morceaux d’anthologie en matière de mélanges des genres, contradictions et fourre-tout. Une espère d’exercice de rattrapage pour tenter de faire ingurgiter la pilule à une assistance éberluée. Car, il fallait être dans la salle et se promener le long des deux travées pour voir des visages effarés et entendre balbutier des mots d’étonnement. Contre mauvaise fortune, bon cœur. A l’issue des discours, des auditeurs félicitaient le candidat, jeune et plein d’allant. Pourtant, aucune joie débordante ne se manifestait. La jeune garde, sur l’estrade, en trois années de présence est devenue le reflet d’une droite républicaine rabougrie.

Dans la salle, 122 personnes assistaient au meeting de soutien à Alexandre Rassaërt, candidat aux législatives dans la 5ème circonscription. Sur l’estrade, outre le député sortant dont c’était le dernier acte officiel, quatre élus LR de la cuvée (et couvée) 2014 et 2015: Sébastien Lecornu, François Ouzilleau, Catherine Delalande et Alexandre Rassaërt. Un rassemblement très unitaire s’il avait eu lieu il y a encore un mois, mais beaucoup plus complexe aujourd’hui. Le point de repaire des trois jeunes gens et jeune femme: Bruno Le Maire, député depuis 2007, ministre de Nicolas Sarkozy et aujourd’hui ministre d’Emmanuel Macron. Le parti Les Républicains de l’Eure était gouverné sous l’autorité du député  et de sa garde rapprochée, incarnée par Sébastien Lecornu. Les discours de soutiens, sur l’estrade, ce dernier vendredi, revêtaient une dimension surréaliste. Catherine Delalande, élue conseillère départementale en 2015, en binôme avec Sébastien Lecornu, est responsable départementale de « Sens Commun », le mouvement créateur de « La Manif pour Tous » opposé au « Mariage pour Tous ». Certains de ses membres (pas Madame Delalande) estiment que l’homosexualité est une déviance et une perversion . C’est un point de vue. Politiquement, elle s’oppose fermement à un rapprochement avec Emmanuel Macron, ce qu’a fait Bruno Le Maire et approuvé par Sébastien Lecornu. François Ouzilleau, le maire de Vernon, est également sur la ligne de son premier adjoint. Alexandre Rassaërt, quant à lui, assume une position intermédiaire « je pourrais, si je suis élu le 18 juin, voter des textes du gouvernement telle la loi sur la réforme du travail, mais m’opposerai à l’augmentation de la CSG.  Texte qui sera défendu par le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire…Dans la salle, un élu LR susurre à un collègue « moi, je ne comprends plus rien! » Et oui! Quoi comprendre?

Jeune génération perdue dans les méandres du carriérisme

Les discours de soutien sont contradictoires. Dans ses diverses visites Bruno Le Maire dit soutenir les candidats de la République En Marche, mais à Vernon, son bras droit soutient le jeune maire de Gisors et l’ensemble des candiats LR et UDI du département. Le même Sébastien Lecornu dit représenter, avec ses amis, la jeune génération politique. En réalité, ils ne sont plus que la dernière génération de la vieille politique. La nouvelle, arrive et ce n’est nullement une question d’état civil.

La défaite est un plat qui se mange chaud

Dimanche 11 juin, la défaite de LR provoque déjà des dissensions. Dans la 2ème circonscription, Jean-Paul Legendre, candidat LR « imbattable »  a été battu. Il a laissé éclater sa colère contre la position de Bruno Le Maire. Dans la 3ème, Pierre Bibet, le candidat soutenu par LR et l’UDI a aussi été battu. Dans la 4ème circonscription, le candidat UDI-LR est allé au tapis et dans la 5ème Alexandre Rassaërt ne sera pas présent au second tour. Seul Bruno Le Maire a été réélu dans la 1ère. Mais, lorsqu’il déclare à la télévision « j’ai été mieux réélu qu’en 2007 et 2012,« , il oubli de préciser qu’il doit sa réélection et son score à Emmanuel Macron. Beaucoup dans le département sont tombés de haut en constatant le nouveau positionnement politique de l’ancien ministre de l’Agriculture. (appréciations recueillies par téléphone) Il faudra du temps pour digérer la « surprise Le Maire ».

Les Républicains de l’Eure, sans tête

Bruno Le Maire en était le président et Sébastien Lecornu le secrétaire départemental. Quelle personnalité pour remplacer l’actuel ministre de l’Economie? Sébastien Lecornu poursuivra-t-il au sein du parti ou présentera-t-il sa démission pour rejoindre En Marche? D’autres élus et militants sont-ils tentés par ce passage à l’acte?

A Vernon la majorité municipale pourrait éclater

Comment est vécue l’évènement Macron dans la majorité municipale, entre les élus proches de BLM, les sarkozistes, les fillonistes, les proches du FN et les « Sens Commun »?

Le message d’Alexandre Rassaërt à ses électeurs, après sa défaite:

Chers amis,

Merci à vous, aux milliers d’électeurs, aux militants, aux nombreux élus qui m’ont soutenu durant cette campagne.

La vague était trop forte.

J’ai voulu faire une campagne sans compromission et rester fidèle à mes valeurs jusqu’au bout. Perdre une élection est une chose, perdre mes convictions aurait été beaucoup plus grave à mes yeux.

Je suis extrêmement fier du travail accompli et de l’énergie déployée sur le terrain ces dernières semaines.

Enfin merci aux Gisorsiens qui me positionnent largement en tête avec plus de 33% des suffrages. Leur soutien fidèle me touche énormément. C’est une immense satisfaction que je partage avec l’ensemble de l’équipe municipale.

 

 

 

 

Categories: Eure

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*